www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Carrières et Rémunération 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
24 janvier 2022

Salaires :
le 27 janvier, l’heure est désormais à la mobilisation de toutes et tous !
GREVE et manifestations à Bastille dès 11h30


Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires, et de jeunesse Fidl, MNL, Unef et UNL appellent à la grève le 27 janvier !
4 pages sur les salaires.

Déclaration d’intention de faire grève à envoyer avant lundi 24 janvier à 23h59, modèle ici.

Lettre aux parents en cliquant ici.



Programme de la journée :
- 12h : Place de la Bastille Concert de "Paname afrogroove connection".
- 13H : prise de parole des secrétaires nationaux dont Benoît Teste
- 13H30 : reprise du concert
- 14h : départ de la manif direction Ministère de l’économie par la rue de Lyon (ordonnancement : Solidaires, jeunes, CGT, FSU, FO)



Meeting Place de la Bastille à partir de 11h30, concert et prises de parole, puis manifestation en direction de Bercy





Montreuil le 17 décembre 2021

Personne ne peut ignorer le contexte social et économique, les augmentations des produits de première nécessité, de l’énergie comme de l’alimentation et finalement du coût de la vie pour toutes et tous, jeunes, actifs, demandeurs d’emploi et retraités.

Personne n’ignore que seuls les salaires, les pensions et les aides et allocations continuent de stagner ou même de baisser au regard de l’inflation, de décrocher par rapport aux qualifications dans le privé comme dans le public.

Si, dans de certains secteurs et entreprises des mobilisations et des négociations ont permis d’obtenir des revalorisations de salaires, trop souvent encore les négociations sont au point mort ou les propositions des employeurs loin du compte.

Les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires, Fidl, MNL, Unef et UNL ne peuvent s’en satisfaire et n’entendent pas en rester là !

Sans augmentation du point d’indice et du SMIC il n’y aura aucune avancée pour les salarié.e.s dont les mínima de branches sont actuellement en dessous du salaire de base minimum.

Les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires, Fidl, MNL, Unef et UNL contestent dans le même temps que le gouvernement ait maintenu sa réforme de l’assurance chômage qui aura pour conséquence d’enfermer de trop nombreux salariés dans des emplois à faible salaire, à temps partiel ou en CDD.

Les retraité.e.s très massivement mobilisé.e.s attendent toujours une réponse pour une augmentation immédiate de leur pension, retraite de base et retraite complémentaire, dont la dernière revalorisation a été plafonnée à un niveau très inférieur à l’inflation.

La jeunesse confrontée à une grande précarité de vie et de travail, à la pauvreté accentuée par la crise sanitaire, économique et sociale doit obtenir une réponse à l’encontre des réformes libérales, de l’éducation, de la formation, de l’assurance chômage décidées par le gouvernement.

Les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires, Fidl, MNL, Unef et UNL soutiennent les actions et mobilisations organisées dans les jours et semaines qui viennent pour exiger des augmentations de salaires et défendre les emplois et conditions de travail et appellent à une mobilisation interprofessionnelle sur les salaires et l’emploi le jeudi 27 janvier 2022.

Il est urgent et indispensable d’agir toutes et tous ensemble par la grève et les manifestations pour l’augmentation immédiate de tous les salaires du privé comme du public, des allocations pour les jeunes en formation et en recherche d’emploi, ainsi que d’améliorer les pensions des retraité.e.s.






Le 23 septembre 2021

Pour la deuxième année consécutive, loin des promesses du ministre sur les montants engagés, la revalorisation des enseignant·es et psyEN prévue pour 2022 prendra exclusivement la forme d’une prime d’attractivité.

Si elle n’a concerné qu’un tiers des personnels (de l’échelon 2 à l’échelon 7 de la classe normale) en 2021, le ministère consent à élargir le volume des bénéficiaires jusqu’au 9ème échelon pour 2022, 58 % des enseignant·es seront concerné·es. Cette seconde tranche de la prime s’échelonnera de 57 à 28,50 euros nets mensuels, ce qui ne compensera ni l’écart avec le salaire des enseignant·es européen·nes (graphique 1) ni la perte de pouvoir d’achat liée à l’inflation depuis 2010 subie par l’ensemble des fonctionnaires (graphique 2). De plus cette prime d’attractivité, dégressive en fonction des échelons, va avoir pour conséquence de réduire la progression salariale entre les échelons 2 à 9 et donc engendrer une perte d’attractivité, contrairement à ce que son nom indique (graphique 3).

Pour la FSU et le SNUipp-FSU, le compte n’y est pas. Ils rappellent que pour répondre structurellement à la question du pouvoir d’achat des enseignant·es et psyEN, une loi de programmation pluriannuelle est nécessaire pour revaloriser le point d’indice et rehausser les grilles, plutôt que de créer de nouvelles indemnités. Et, dès maintenant, il faut doubler le montant de l’ISAE et porter la prime d’équipement à 500 euros annuels.

 

90 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 93, Bourse Départementale du Travail, 1 place de la Libération, 93016 BOBIGNY cedex - Tel : 01.48.96.36.11 - Fax : 01.48.96.36.80 - email : snu93@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis, tous droits réservés.