www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Maternelle 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
15 juin 2021

Programmes de Maternelle :
De nouvelles évolutions positives grâce au SNUipp-FSU


Suite aux interventions du SNUipp-FSU en commission spécialisée le 10 mai, le projet de programme maternelle a continué d’évoluer jusqu’aux débats du Conseil Supérieur de l’Education le 27 mai.

La version présentée au CSE : toujours des avancées à l’actif du SNUipp-FSU

La dernière mouture du texte intègre de manière exhaustive les propositions du SNUipp-FSU concernant le préambule (en particulier, la levée de l’ambiguïté sur l’obligation de scolarisation à 3 ans et la valorisation du jeu libre). La totalité des amendements SNUipp-FSU sur l’évaluation positive ont également été retenus, réinstaurant des dimensions importantes comme l’observation de l’activité de l’élève, l’objectif d’auto-évaluation, la prise en compte des différences d’âge et du développement de l’enfant. Concernant le domaine du langage, les demandes du SNUipp-FSU de maintenir le bornage du cycle 2 pour le lire-écrire ont été entendues. Une avancée a été également obtenue sur un point clivant : les unités sonores de la langue avaient été réduites aux simples phonèmes. Le texte ne rétablit pas la formulation initiale comme le demandait le SNUipp-FSU mais réintroduit la référence explicite aux syllabes au côté des phonèmes. Par contre, des éléments importants ne sont pas corrigés comme la confusion entre langue et langage, la référence à un enseignement structuré de l’oral et l’attendu de connaissance de la lettre, de son tracé et de sa valeur sonore dès la moyenne section est maintenu.
Alors qu’il avait peu évolué jusqu’alors, le domaine « construire les premiers outils pour structurer sa pensée » a fait l’objet de modifications positives significatives. Sans renoncer au concept contesté de mathématique, celui de raisonnement est intégré. La construction progressive du nombre est réaffirmée comme priorité et des précautions de 2015 la distinguant de l’entrée dans la numération et les opérations au cycle 2 sont reprises à nouveau. Le passage consacré à la résolution de problèmes intègre une proposition d’activité ludique et a été débarrassé de ses entorses au principe de neutralité commerciale. Les attendus de fin cycle sont modérés par la précision selon laquelle il convient seulement de « commencer à » utiliser l’écriture chiffrée, à comparer, à intercaler un nombre ou à résoudre un problème jusqu’à 10. Le CSE aura permis d’autres avancées, mais aussi la confirmation d’un recul à travers la référence explicite aux mathématiques.

Amendements de la DGESCO : un bilan contrasté

En complément du projet de texte, la DGESCO a proposé au CSE neuf amendements qui n’avaient fait l’objet d’aucun débat contradictoire en amont. Deux d’entre eux constituaient des avancées : référence au développement de l’enfant dans l’évaluation positive, remplacement de la notion restrictive de « corpus de mots » par le terme plus ouvert de « bagage lexical » en vocabulaire. Deux autres proposaient des ajouts relativement neutres : explicitation des interventions de l’enseignante dans la communication orale avec les élèves, correspondant à des gestes professionnels ordinaires ou propositions de jeux sonores dont le SNUipp-FSU a regretté qu’ils ne soient pas étendus à des dimensions plus transversales. Concernant celui portant sur le vocabulaire, le SNUipp-FSU a pu faire préciser que l’objectif d’enrichissement lexical n’était qu’un objectif parmi d’autres des activités proposées, dont les lectures offertes.
Le SNUipp-FSU a considéré que l’amendement portant sur les modalités d’acquisition du langage par le jeune enfant en amont de sa scolarisation n’amenait pas de valeur ajoutée au programme, sans qu’il oriente de manière négative les prescriptions.
Par contre, la révision du titre de chapitre « construire la syntaxe » en « acquérir et développer les structures fondamentales de la syntaxe » a fait l’objet d’une ferme opposition, en raison de l’abandon de la notion de construction des apprentissages et de la référence au concept indéfini et inapproprié au cycle 1 de « structures fondamentales ». Le principal recul s’incarne dans la révision du titre du domaine 4 « construire les premiers outils pour structurer sa pensée » en « acquérir les premiers outils mathématiques », repris dans deux amendements. Le SNUipp-FSU s’y est opposé au motif que cette modification tardive et non débattue dans les échanges antérieurs incite à l’importation d’apprentissages formels du cycle 2 vers le cycle 1. Le syndicat a également fait l’analyse que le dernier amendement spécifiant que « comme d’autres domaines, les mathématiques contribuent à la structuration de la pensée » tend à démontrer que s’ils y contribuent, les mathématiques n’épuisent pas la structuration de la pensée à eux seuls, ce qui délégitime la révision de l’intitulé du quatrième domaine d’apprentissages.
S’agissant d’amendements de l’administration, ceux-ci n’ont pas été soumis au vote mais pris en compte dans le vote global du texte.

Amendements du SNUipp-FSU : des intégrations partielles

Sur les 17 amendements proposés par le SNUipp-FSU, 5 ont été retirés suite aux échanges du CSE quand ils avaient permis la prise en compte de modifications partielles apportant une plus-value au texte d’origine. Cette intégration d’amendements en cours de séance constitue une situation relativement inédite lors d’un CSE.
La prise en compte partielle de l’amendement 1 (maintenu au vote) a permis une légère minoration de la structuration des enseignements. L’amendement 4 a réduit la portée des séances dédiées aux acquisitions syntaxiques en « courtes activités ». L’amendement 5 a introduit un élément de progressivité dans l’exigence d’expression orale intelligible des élèves. L’amendement 15 constitue une avancée marquée avec la réintroduction de l’avertissement contre le comptage-numérotage. Et l’amendement 16 a rétabli les précautions en faveur d’une construction progressive des nombres au-delà de 5.
Les 12 amendements maintenus au vote ont tous reçu un vote largement favorable de la part du CSE mais la DEGSCO n’a pas fait le choix de les intégrer dans le texte.
Les autres organisations syndicales ont peu amendé le texte : 2 amendements proposés par le SE-UNSA, 1 par le SNALC, et 4 pour Renouveau Collectif (élu.es lycéen.es). Seuls les amendements du SE-UNSA ont recueilli un vote favorable du CSE.

Au final : un vote en abstention

Le texte définitif soumis au vote a recueilli un vote majoritaire en Abstention (49 voix), dont celui de la FSU et du SNUipp (SE-UNSA, CGT Educ’Action, SUD, FCPE). Seuls le SGEN-CFDT et le CNEA se sont prononcés avec 7 voix Pour le texte. Et FO, avec 4 voix, a opté pour un Refus de Vote, sans avoir participé aux débats. Ce texte devrait être publié courant juin pour une mise en vigueur à la rentrée de septembre 2021.
A la suite du travail syndical engagé par le SNUipp-FSU, le cadre du programme 2015 est préservé et donne des points d’appui aux équipes pour résister à des prescriptions fondées sur le pilotage par les évaluations CP. Malgré tout, des points de vigilance demeurent, en particulier le renforcement de certains attendus qui importent des objectifs du cycle 2 vers le cycle 1. Le SNUipp-FSU sera également particulièrement vigilant suite à l’annonce de documents d’accompagnement trop souvent considérés par la hiérarchie comme des prescriptions officielles. Il encourage la profession à utiliser les marges de manœuvre que laissent ce nouveau programme et soutient les PE actrices et acteurs de la transformation de l’école.



Le 21 mai 2021

  1. Une note du CSP attaquant les fondements de la maternelle

    En décembre 2020, le Conseil Supérieur des Programmes (CSP) a soulevé l’indignation de la communauté éducative en diffusant, sans aucune consultation préalable, une note d’orientations sur le programme de la maternelle qui remettait en cause les fondements mêmes de l’école première.

    Le SNUipp-FSU a produit un décryptage complet de cette note et en a immédiatement dénoncé publiquement les orientations idéologiques néfastes :

    • Resserrement sur les fondamentaux et subordination de la maternelle à la préparation du CP et des évaluations nationales (instrumentalisées pour disqualifier le programme 2015) ;
    • Renoncement à l’évaluation positive ;
    • Jeu « scolarisé » au service de l’apprentissage de la langue française, facteur de cohésion nationale ;
    • Mise au pas de la professionnalité enseignante sommée de « se conformer à des protocoles précis » ;
    • Précocité outrancière des apprentissages à travers les attendus de fin de cycle (comptage jusqu’à 100, de 10 en 10, décomposition 10 + 3…) et l’importation d’outils de l’élémentaire (cahier de mots, schéma, carnet d’expériences…).

    La production du CSP dessinait les contours d’une école du « rabâchage » et du « bachotage » qui, en faisant glisser les apprentissages formels du cycle 2 vers le cycle 1, aurait eu comme principale conséquence de renforcer les inégalités scolaires, tout en assignant les PE à une position d’exécutant-e et en renvoyant la responsabilité de l’échec aux élèves et à leur famille.

  2. Les initiatives du SNUipp-FSU

    Pour contrecarrer ce projet inacceptable, le SNUipp-FSU a multiplié les interventions publiques. Il a pris l’initiative de rassembler la communauté éducative en réactivant le «  forum maternelle », collectif de syndicats et mouvements pédagogiques jusqu’à la publication d’une tribune commune « défendons l’école maternelle » dans Libération. Lors du Conseil Supérieur de l’Education (CSE) du 7 janvier, le SNUipp-FSU a fait adopter à l’unanimité un vœu en faveur de la stabilité du programme de la maternelle . Le webinaire « Maternelle attaquée : quelle riposte ? » a réuni en direct près de 1 500 collègues et placé l’école maternelle au cœur de la mobilisation du 26 janvier. Une campagne de RIS thématiques menée par les sections départementales a permis de poursuivre le travail d’information et de mobilisation de la profession. Avec plus de 800 inscrit-es, le colloque du 1er juin « Maternelle : il faut voir grand pour les petits » constituera le point d’orgue de ce semestre d’intense travail syndical de défense de la spécificité de la maternelle et de ses missions.

  3. Versions DGESCO d’avril et mai : des avancées engrangées par le SNUipp-FSU

    Les initiatives du SNUipp-FSU sont en train de porter leurs fruits. En effet, les versions révisées du programme sur lesquelles les organisations syndicales ont enfin été consultées prennent leur distance avec la production initiale du CSP.

    Une première version a fait l’objet d’un échange contradictoire le 14 avril entre les services du ministère (bureau des écoles, DGESCO et IGEN) et les OS (SNUipp-FSU, SE-UNSA, SGEN-CFDT, SNALC, SUD). Ce texte d’avril abandonnait les propositions outrancières du CSP, tout en conservant l’architecture générale du programme 2015, et reprenait dans leur intégralité de grands principes défendus par le SNUipp-FSU : éducabilité de tous les élèves, donner envie d’aller à l’école comme mission principale, respect du rythme de développement de chacun, maintien de l’évaluation positive, place importante du jeu, de la littérature jeunesse, de l’écriture inventée dans les apprentissages.

    Pour autant, plusieurs modifications du texte 2015 confirment un changement d’approche de notions essentielles (comme celle du nombre), la volonté d’anticiper des apprentissages formels et des attendus relevant du cycle 2 et suppriment des garde-fous adoptés en 2015 pour éviter une primarisation, propice au renforcement des inégalités scolaires. A l’appui de ses interventions, le SNUipp-FSU a produit une première contribution écrite.

    La version discutée le 10 mai en commission spécialisée, en préparation des votes du Conseil Supérieur de l’Education du 27 mai, a pris en compte à nouveau plusieurs propositions du SNUipp-FSU. Les avancées les plus probantes concernent le préambule et le domaine du langage : le maintien de la référence à la loi de refondation instaurant le cycle 1, le renforcement de la place du jeu associé à la découverte du monde si décisive pour les plus jeunes élèves, le rappel du cadre collectif dans lequel doivent s’inscrire les remédiations pédagogiques pour prévenir une individualisation excessive qui creuse les inégalités scolaires, une progressivité assouplie en phonologie, davantage de contextualisation pour conférer du sens aux apprentissages en vocabulaire, l’ouverture culturelle en soutien de l’éveil linguistique prenant appui sur les langues et cultures d’origine des familles, la modération de l’attendu « association lettres/sons », la suppression de la description des formes géométriques inadaptée aux compétences langagières et conceptuelles des élèves de cycle 1, le retrait de la référence à la préparation de l’exercice contesté de la ligne numérique graduée des évaluations CP.

  4. D’autres garanties à obtenir pour consolider missions et professionnalité

    Par contre, le domaine « structuration de la pensée » et les apprentissages relatifs à la maitrise du nombre n’ont pas suffisamment évolué : la place donnée au comptage-numérotage fragilise la construction du nombre comme expression d’une quantité qui était la priorité en 2015. D’importants garde-fous de 2015 contre l’importation d’attendus et d’activités du cycle 2 ne sont toujours pas restaurés. Certains ajouts en phonologie (le phonème plutôt que la syllabe), en expression orale (recherche précoce de la correction syntaxique prioritaire par rapport à l’entrée dans la communication) ou des modifications concernant l’évaluation positive et les conditions d’exercice de la mémoire constituent des reculs par rapport au texte d’avril. Pour le SNUipp-FSU, ces révisions pèsent encore trop dans le sens d’une réorientation des missions de la maternelle et de ses pratiques pédagogiques vers une anticipation renforcée des enseignements du CP.

    A la suite des débats en commission spécialisée, le SNUipp-FSU a produit une nouvelle contribution écrite pour faire évoluer le projet. Ces propositions et leur motivation constitueront la base du travail d’amendement de la version du programme qui sera proposée au CSE.



  5. Pour toutes celles et tous ceux qui n’ont pu assister au webinaire ou pour le revoir, nous mettons en ligne son enregistrement.





    A la demande du ministre, le Conseil supérieur des programmes (CSP) a publié une note proposant une ré-écriture du programme de la maternelle qui marque une véritable rupture concernant ses missions.

    La place du langage, le rôle du jeu dans les apprentissages, l’évaluation positive, le principe du « tous et toutes capables », déterminants d’une école première accueillante, bienveillante et exigeante, seraient remis en cause au profit d’une primarisation et de la préparation aux évaluations standardisées de CP. L’individualisation primerait sur l’apprendre ensemble, les interactions entre pairs minorées... Les apprentissages se réduiraient à des procédures mécaniques et répétitives visant l’acquisition des savoirs « fondamentaux ».

    Mardi 19 Janvier 2021 - 20h30
    Webinaire
    « Maternelle attaquée : quelle riposte ? »

    Véronique Boiron et Joël Briand apporteront leur éclairage. Ensemble nous tenterons de répondre aux questions suivantes : En quoi les propositions du CSP constituent-elles une attaque des fondements de la maternelle ? Quelle orientations sous-entendent-elles ? De quelle marge de manœuvre disposent les enseignant·es pour y résister ?

    Pour s’inscrire, cliquer ici

    Présentation des intervenant·es

    • Véronique BOIRON
      Enseignante chercheure à l’INSPÉ d’Aquitaine, université de Bordeaux, laboratoire E3D
      Didacticienne du langage oral, de la littérature de jeunesse
    • Joël BRIAND
      Maître de conférences et formateur honoraire en mathématiques, il mène des recherches sur l’enseignement des mathématiques à l’école primaire, particulièrement sur la construction du nombre.
      Il a participé à la formation des cadres de l’Éducation nationale à l’ESEN de Poitiers.
      Il est régulièrement appelé pour la formation de formateurs du premier degré en mathématiques en France et à l’étranger.


    La Note explique longuement à quel point les programmes de 2015 se sont trompés. Elle invite à suivre deux maitres : S Dehaene, présenté comme référence unique pour la lecture, et A Bentolila. Selon la Note il y aurait soit la méthode Dehaene soit la méthode globale, celle-ci étant très mauvaise, comme si elle existait encore à l’école.

    Le nouveau programme organisera un apprentissage explicite et ordonné de la langue avec un enseignement "explicite et structuré du vocabulaire adossé à des travaux de classification , de mémorisation". Cela conduit le CSP a annoncer deux évaluations de tous les enfants une en petite section (PS) à 3 ans et une autre en grande section (GS) à 5 ans. Cette dernière vérifiera "l’acquisition à la fin de la GS". Sinon l’enfant redouble ?

    L’étude des nombres suit les mêmes choix. Le premier guide est les évaluations de CP : l’école maternelle doit y préparer. Les références changent : S Dehaene est toujours là mais s’y ajoute C Villani et C Torossian. Et rien d’autre.

    Cette Note , qui donne des listes des "attendus des enfants en fin de maternelle", en français , maths et sciences, opère une rupture par rapport au programme de 2015. Le nouveau programme réduit l’école maternelle à l’antichambre de l’école élémentaire avec un enseignement limité au lire, écrire, compter. En ce sens c’est aussi une rupture avec toute l’histoire de l’école maternelle qui devrait s’opérer cette année.

    Lire aussi :
    - Pascale Garnier : La fin du programme de 2015 en maternelle ?
    - Mireille Brigaudiot : "On va vers des échecs considérables"
    - Sylvie Plane : Le CSP tente de réorienter l’école maternelle
    - Evelyne Charmeux : Le massacre des innocents...




     

53 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 93, Bourse Départementale du Travail, 1 place de la Libération, 93016 BOBIGNY cedex - Tel : 01.48.96.36.11 - Fax : 01.48.96.36.80 - email : snu93@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis, tous droits réservés.