www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : GREVES  / GREVES 2006-2007 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}

Documents joints


  • carte des bassins et jours de grève
    JPEG - 155.3 ko
    Télécharger

  • Bulletin n°541 de janvier 2007.pdf
    Sommaire : p.1 : La profession passe à l’action - p.2 et 3 : Création massive de postes budgétaires p.4 : Bassin par bassin : grèves tournantes - p.5 : Projet “innovant” ? L’exemple de Bondy p.6 : Stage de formation Syndicale ; Promotions 2006/2007 Congrès de la FSU 93 ; Langues vivantes ; Prochaines réunions paritaires.
    PDF - 341.8 ko
    Télécharger
17 janvier 2007

Grèves tournantes en Seine Saint Denis, bassin par bassin du 22 au 26 janvier 2007

Il nous faut obtenir des créations massives de postes budgétaires !
Toutes les raisons de faire grève et de montrer la détermination de la profession à se faire respecter et à lutter pour obtenir la CRéATION MASSIVE DE POSTES BUDGéTAIRES partout en France et en Seine-Saint-Denis !
  • Semaine d’action du Lundi 22 au Vendredi 26 janvier 2007 Grèves tournantes par bassin en Seine-Saint-Denis
  • A télécharger : Bulletin n°541 de janvier 2007 - Sommaire : p.1 : La profession passe à l’action - p.2 et 3 : Création massive de postes budgétaires p.4 : Bassin par bassin : grèves tournantes - p.5 : Projet “innovant” ? L’exemple de Bondy p.6 : Stage de formation Syndicale ; Promotions 2006/2007 Congrès de la FSU 93 ; Langues vivantes ; Prochaines réunions paritaires.

Grève du bassin 4 : Lundi 22 janvier 2007

Grève du bassin 3 : Mardi 23 janvier 2007

Grève du bassin 2 : Jeudi 25 janvier 2007

Grève du bassin 1 : Vendredi 26 janvier 2007

JPEG - 155.3 ko
carte des bassins et jours de grève
PDF - 341.8 ko
Bulletin n°541 de janvier 2007.pdf
Sommaire : p.1 : La profession passe à l’action - p.2 et 3 : Création massive de postes budgétaires p.4 : Bassin par bassin : grèves tournantes - p.5 : Projet “innovant” ? L’exemple de Bondy p.6 : Stage de formation Syndicale ; Promotions 2006/2007 Congrès de la FSU 93 ; Langues vivantes ; Prochaines réunions paritaires.

Les PE2 sont appelés à faire grève le jour de leur stage filé pendant cette semaine, à rejoindre les AG de ville et les rassemblements organisés devant l’inspection académique toute la semaine - davantage de précisions dans de prochains articles.

Je fais grève et je rejoins le combat collectif parce que :

  • Je veux un allègement des effectifs dans ma classe pour une meilleure réussite de mes élèves.
  • Je ne peux plus faire classe quand les collègues malades ne sont pas remplacés et que les élèves sont répartis.
  • Je suis choqué des conditions qui sont faites aux PE2 entrant dans le métier.
  • Je refuse une formation initiale centrée sur le seul socle commun.
  • Je veux retrouver la possibilité de partir en stage de formation continue.
  • Je ne supporte plus les pressions, les discours réducteurs du ministre, les injonctions et les menaces.
  • J’en ai assez de l’absence de solution pour les élèves qui se mettent en danger et qui mettent en danger les autres.
  • J’en ai assez de ne pas avoir de temps de concertation.
  • Je refuse de transférer à des dispositifs extérieurs des noms d’élèves que je repère en difficulté et à qui le système éducatif ne propose plus de remédiation.
  • Je m’oppose à la disparition progressive de la médecine scolaire.
  • Je veux pouvoir participer aux permutations nationales et obtenir le département que je demande dans un délai raisonnable.
  • J’exige des moyens à la hauteur d’un service public rénové capable d’accueillir tous les enfants dans de bonnes conditions, d’offrir le meilleur à tous, à ceux qui réussissent facilement comme à ceux qui sont en difficulté.

C’est ma dignité que je défends. C’est notre professionnalisme que nous défendons !

Nos revendications :

  • L’augmentation du nombre de places au concours P.E. pour que cesse le recours systématique à la liste complémentaire (encore 200 cette année !).
  • Réduction importante des effectifs par classe.
  • Renforcement du remplacement des maîtres.
  • Prise en charge par l’école, et non par des dispositifs extérieurs, du traitement de la difficulté scolaire, ce qui suppose un développement des postes en RASED.
  • Développement de structures extérieures à l’école et de soins des enfants (services publics, partenaires).
  • Renforcement de l’accompagnement de la scolarisation des enfants handicapés avec mise en place systématique de temps de concertation remplacé pour assurer les réunions d’équipes éducatives.
  • Développement du « plus de maîtres que de classes », du temps de concertation.
  • Arrêt des stages filés, prise en compte de l’épuisement des PE2, rétablissement de la formation continue sur trois possibilités de stages de trois semaines (et non pas deux).
  • Rétablissement du paiement de l’ISSR pour les remplaçants sur l’ensemble des jours de la semaine, ainsi que pour les postes partagés (1/2 + 1/2).
  • Création d’emplois statutaires : de secrétariat, de bibliothécaires, d’accompagnants de la scolarisation des enfants handicapés.

Imposons le respect de nos droits :

  • Paiement dans les temps des salaires, indemnités, arrêt des prélévements inopinés.
  • Prise en compte des promotions sans retard.
  • Remise des rapports d’inspection dans les délais.
  • Rétablissement d’un fonctionnement normal des organismes paritaires notamment CTP et CDEN).

Une réaction forte rendue nécessaire par la virulence des attaques et les régressions annoncées :

Le ministère de l’Education Nationale a entrepris une vaste opération de démolition de l’image du service public d’éducation pour mieux faire passer sa politique d’économies budgétaires, de régressions sociales et de réduction des objectifs de réussite pour tous les élèves. « Les socleurs » n’hésitent pas sur la méthode pour mieux imposer l’austérité : pressions, intimidations, menaces, injonctions. Austérité rime toujours avec autorité dans ce qu’elle a de plus restrictif. Le ministre se répand en propos rétrogrades (méthode syllabique, grammaire) et même lorsqu’il se calme le mal est fait. Alors que la carte scolaire est en préparation, l’inspecteur d’académie, au mé-pris de la transparence et du paritarisme, n’affiche aucune de ses orientations pour l’année scolaire à venir. C’est la voie ouverte aux projets dits “innovants” provoquant déréglementation et municipalisation renforcée de l’école (voir l’exemple de Bondy p.5). Partout en France, on punit financièrement les directeurs qui n’obéissent pas au doigt et à l’œil (blocage administratif, logiciel base élève). Quant au droit des personnels en Seine Saint-Denis, il continue à être bafoué dans le cadre des permutations. De nouveaux barèmes condamnent les plus anciens à rester bloqués dans le département sans possibilité de permuter. Quant aux demandes de rapprochement de conjoints, de nombreux collègues resteront sur la touche malgré les discours démagogiques du ministre. Comble du mépris, le ministère refuse de recevoir la Seine Saint-Denis. On épuise les PE2 dans des stages filés pour les transformer en remplaçants des directions d’écoles à 4 classes (protocole de direction signé par une seule organisation minoritaire), ou de stages de formation qui n’existent pas ou peu, ou en complément de service des temps partiels.

Si nous ne réagissons pas, ils vont continuer encore plus fort. (De nombreux projets sont dans les cartons). L’heure est à la mobilisation et à la prise de nos responsabilités individuelles et collectives, demain sera ce que nous aurons laissé faire ou... ce que nous en ferons.

 

47 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 93, Bourse Départementale du Travail, 1 place de la Libération, 93016 BOBIGNY cedex - Tel : 01.48.96.36.11 - Fax : 01.48.96.36.80 - email : snu93@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis, tous droits réservés.