www.snuipp.fr

SNUipp/FSU 93 Seine Saint Denis

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Les débuts/néo
M1 EFS T1 T2 T3

 
/ IUFM 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
1er juin 2009

Diversité de situations, diversité de réponses...

CTPM du 28 mai 2009 : les votes, les déclarations du SNUipp, de la FSU

Les votes de la FSU au CTPM du 28 mai 2009 concernant les décrets relatifs à la formation des enseignants
Les situations sont différentes selon les différents corps d’enseignement, et les décrets proposés par le ministère au CTPM de ce 28 mai sont jugés différemment par les syndicats de la FSU. Afin que chacun puisse se faire une opinion, nous vous faisons part des déclarations du SNUipp et de la FSU. Concernant le décret relatif à la formation des professeurs des écoles, la FSU a voté contre, tout comme elle l’a fait pour les PLP. La FSU s’est abstenue sur les décrets concernant les certifiés, les agrégés et les CPE. La FSU a refusé de voter concernant les profs d’EPS

Comité Technique Paritaire National Jeudi 28 mai 2009 Déclaration du SNUipp

C’est d’abord en pensant aux élèves, au fonctionnement des écoles, au travail en équipe, à la polyvalence que nous abordons l’ensemble de ces discussions. Le métier d’enseignant s’est profondément transformé : enseigner ne s’improvise pas et mettre tous les élèves sur les chemins de la réussite scolaire nécessite une formation approfondie tant en matière disciplinaire, que pédagogique et professionnelle. C’est cet objectif qui doit guider toute réforme en visant une véritable professionnalisation du métier d’enseignant.

Or, peu d’enseignants et de formateurs peuvent aujourd’hui se faire une idée de la formation professionnelle qu’auront reçue les professeurs des écoles qui débuteront dans les classes en septembre 2010 et 2011. Si, après l’élévation du niveau de recrutement à la licence en 1990, le SNUipp est favorable à une reconnaissance au niveau du master du métier d’enseignant, il désapprouve totalement le caractère précipité et aventureux du dispositif actuel principalement guidé par la volonté d’économies budgétaires (-3000 postes au concours en 2009) et la suppression des IUFM. Le SNUipp demande l’abandon du dispositif envisagé pour permettre que se poursuivent de véritables discussions.

Le SNUipp est favorable à ce que les masters enseignants intègrent progressivement dès l’année de M1 les trois composantes principales de la formation d’un enseignant : dimension disciplinaire, pédagogique et professionnelle en lien avec la recherche. Il demande que les épreuves du concours intègrent également ces trois dimensions et que le concours se situe avant l’année de M2 afin de permettre à l’étudiant d’effectuer des stages en responsabilité et de procéder à des analyses de pratiques dans le cadre des masters. Il demande que les professeurs des écoles maîtres-formateurs (PEMF), partie prenante du dispositif de formation initiale des professeurs d’école, participent à la formation dans le cadre des masters. Il souhaite que rapidement se tienne un groupe de travail qui précise leurs interventions dans le cadre de l’organisation des IUFM intégrés dans l’université. Nous demandons également que les IUFM et l’expérience accumulée par ses équipes soient confortés et jouent un rôle déterminant dans la mise en place des masters.

Devant les inquiétudes et la mobilisation des personnels, vous avez été amenés à annoncer des mesures transitoires qui répondent à certaines de nos demandes : maintien des concours existants en 2010, maintien des conditions actuelles de préparation des concours en 2010, inscription à l’IUFM en 2009. Vous avez enfin reconnu la nécessité d’un temps de formation d’un tiers de service pendant l’année de stagiaire. Nous vous demandons solennellement, après le maintien des concours et des conditions de préparation, de maintenir également les conditions d’organisation de l’actuelle année de stagiaire (année de PE2) constituée de 60 % temps en formation à l’IUFM et de 40 % en stage. Pourquoi priver une promotion de professeurs des écoles de formation professionnelle à l’exercice d’un métier complexe et exigeant ?

Vous comprendrez donc que même si les mesures transitoires contenues dans le décret traduisent des évolutions importantes, le contenu actuel du décret préjugeant de la formation en raison de la place du concours, du rôle des IUFM ne peut recueillir notre soutien.

La notion de formation professionnelle disparaît, la période de formation des stagiaires est simplement mentionnée, le rôle des IUFM est absent. Si nous enregistrons positivement que vous ayez rétabli la possibilité de recrutement sur listes complémentaires en cours d’année scolaire, nous voterons contre le projet présenté.

Vote CTPM décret PE : Contre : 19 (FSU, SGEN, UNSA,...) Pour : 20 (administration) Abstention : 1


Déclaration FSU CTPM du 28 mai 2009

La réforme de la Formation des enseignants s’effectue dans un contexte de poursuite politique brutale de diminution de l’emploi public. L’éducation nationale verrait ses emplois amputés de 17 à 18000 à la rentrée 2010. Cette ponction d’une ampleur jusque là inégalée viendrait s’ajouter aux suppressions des années antérieures. En poursuivant cette politique, alors que la crise provoque une hausse chômage des jeunes, l’Etat aggrave la situation en recrutant en deçà des besoins. Les conséquences sont lourdes pour les élèves : détérioration de l’encadrement des élèves, dégradation des possibilités d’aide aux élèves en difficulté, diminution des remplacements... Elle marque également le dispositif de mastérisation.

Si la FSU et ses syndicats revendiquent la reconnaissance de la formation et du recrutement des enseignants par l’obtention d’un master, ils considèrent que le dispositif proposé de réforme de la formation et du recrutement reste inacceptable en l’état. La Fsu en demande l’abandon au profit d’une toute autre réforme permettant d’améliorer la formation et le recrutement des enseignants et CPE.

Par rapport aux précédents décrets, ces textes comportent un certain nombre d’évolutions que nous contestons, notamment la disparition de la référence à la formation dans les IUFM. Par ailleurs elle revendique l’extension des dispositifs d’aides sociales et la mise en place de pré-recrutements, c’est le sens du voeu que nous proposerons au CTPM.

Si la FSU se félicite des évolutions annoncées en matière de mesures transitoires et de d’ augmentation du temps de formation pendant l’année de stagiaire, elle considère qu’il n’y a pas d’ urgence à présenter les projets de décret sur les statuts particuliers des enseignants et CPE. En effet ceux-ci préjugent des conclusions des groupes de travail et des propositions que soumettra la commission Marois-Filâtre.

C’est pourquoi la FSU a refusé de siéger mercredi et renouvelle solennellement la demande de report de l’examen des décrets.

Voici le détail des votes sur les textes :

  • le texte concernant les PE : 20 voix pour, 19 voix contre (CFDT, Unsa, FO, CGT, Solidaire, FSU) et 1 abstention (CSEN).
  • le décret sur les certifiés : 20 voix pour (administration), 10 voix contre (CFDT, Unsa, FO, CGT, Solidaire) et 10 abstentions (FSU, CSEN).
  • le décret sur les agrégés : 20 voix pour (administration), 10 contre (CFDT, Unsa, FO, CGT, Solidaire) et 10 abstentions (FSU, CSEN).
  • le décret sur les professeurs d’EPS : 20 voix pour (administration), 10 voix contre (CFDT, Unsa, FO, CGT, Solidaire) 1 abstention (CSEN) et 9 refus de vote (FSU).
  • le projet de texte modifiant le statut des PLP : 20 voix pour (administration), 19 contre (CFDT, Unsa, FO, CGT, Solidaire, FSU) et 1 abstention (CSEN).
  • le projet de décret sur les CPE : 20 voix pour (administration), 10 voix contre (CFDT, Unsa, FO, CGT, Solidaire) et 10 abstentions (FSU, CSEN).

 

21 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 93, Bourse Départementale du Travail, 1 place de la Libération, 93016 BOBIGNY cedex - Tel : 01.48.96.36.11 - Fax : 01.48.96.36.80 - email : snu93@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp/FSU 93 Seine Saint Denis, tous droits réservés.