www.snuipp.fr

SNUipp/FSU 93 Seine Saint Denis

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Rythmes scolaires  / Evolutions du temps de service des professeurs des écoles, le samedi matin... 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
8 avril 2009

Gel de l’aide personnalisée : constater les avancées, envisager l’avenir. Agir collectivement !

8 avril 2009 : état des discussions avec M. L’inspecteur d’Académie

Pour la réussite de tous les élèves, pour un fonctionnement démocratique de l’école.
Depuis décembre 2008, nous sommes plusieurs centaines dans le 93 à bloquer les aides personnalisées pour dénoncer les fermetures de postes RASED et refuser de laisser croire au remplacement des maîtres spécialisés par l’aide personnalisée. Plusieurs dizaines d’entre nous n’ont jamais mis en place les aides personnalisées et les ont remplacées par du temps de concertation et ont reçu une lettre de l’I.A. les enjoignant à les mettre en place. Ces collègues sont informés de la venue prochaine de leur IEN sur cette question. Le SNUipp FSU 93 a rencontré l’I.A. le lundi 6 avril, les portes ne sont pas fermées, la négociation continue et nous faisons le pari que dans l’intérêt des élèves et de celui des enseignants une solution permette de prendre en compte une des aspirations du SNUipp FSU : le développement du temps de concertation.

Gel de l’aide personnalisée : vers une solution négociée dans l’intérêt du Service Public, des élèves et des personnels.

Dans le cadre de la riposte aux réformes Darcos l’action de gel des aides personnalisées lancé dans le département a engagé 2650 collègues qui exprimaient ainsi :
  • leur opposition à la fermeture annoncée de 3000 postes de RASED
  • leur refus de la logique de ciblage des enfants
  • leur volonté de ne pas abuser les parents sur la portée d’un tel dispositif

1- Les acquis de l’action :

La mobilisation importante des enseignants et des parents pour le maintien des RASED a obligé le Ministère à reculer sur ses projets. Il abandonne 1500 fermetures de postes de RASED sur les 3000 annoncées pour la rentrée 2009 et n’en programme plus aucune autre pour les rentrées suivantes. Il a redéfini la lettre de mission des RASED en satisfaisant les demandes des maîtres E (relayées par le SNUipp) sur la mission et le fonctionnement des maîtres surnuméraires dans le cadre d’un RASED.

En Seine Saint Denis, l’Inspecteur d’Académie va envoyer en formation CAPASH pour la rentrée 2009, autant de stagiaires que l’an passé et « seulement » 61 postes de RASED fermés à la rentrée 2009, alors qu’il était question de plus du double.

Nous prenons acte de ces signes importants de recul mais qui laissent entières les questions et les difficultés engendrées par les aides personnalisées.

2 - Réception d’une lettre de l’I.A par une partie des collègues dans l’action :

Parmi les collègues engagés dans cette action de gel, plusieurs dizaines n’ont assuré aucune prise en charge d’élèves pendant ces 60 heures. Ils ont remplacé les 60 heures par du temps de concertation.

Ces collègues viennent de recevoir un courrier de l’Inspecteur d’Académie leur enjoignant de respecter les dispositions réglementaires applicables pour tous les enfants de la République, répondant ainsi à la demande du ministère de rappel à la loi.

Lors d’une entrevue avec l’Inspecteur d’Académie le 6 avril, nous avons réaffirmé notre demande que l’institution rende possible pour les équipes pédagogiques qui le souhaitent l’utilisation de ces 60 heures pour la réalisation de projets ou d’expérimentations avec du temps de concertation nécessaire à leur élaboration.

3 - Les pistes possibles :

L’article 34 de la Loi d’orientation de 2005 (voir encadré) indique : « le projet d’école peut prévoir la réalisation d’expérimentations portant sur l’enseignement des disciplines, l’interdisciplinarité, l’organisation pédagogique de la classe, de l’école et la coopération avec les partenaires du système éducatif ».

Ce droit à l’expérimentation défini dans le cadre de la Loi pourrait permettre une certaine autonomie des équipes qui le souhaitent pour choisir la forme d’organisation des 60 heures articulant temps de concertation et prise en charge des élèves après validation des projets par les IEN. Projets qui seront définis dans le cadre du projet d’école « mis en œuvre pour assurer la réussite de tous les élèves et pour associer les parents à cette fin ».

4 - Lors de la discussion à venir avec votre IEN

Nous invitons les collègues concernés à se saisir dès maintenant de cette possibilité pour définir ces expérimentations avec les IEN lors de leur venue, comme il est indiqué dans le courrier de l’Inspecteur d’Académie.

Nous pourrons ainsi faire vivre une des revndications importantes portées par le SNUipp : une école démocratique fonctionnant avec son conseil des maîtres et élaborant des réponses appropiées aux besoins des élèves.

5 - La lutte syndicale se poursuit :

Nous continuerons tous ensemble à nous mobiliser pour obtenir le retour des postes RASED sédentarisés, le retrait des réformes Darcos qui mettent à mal le service public d ‘éducation et la création des milliers d’emplois nécessaires à son amélioration.

Article 34 de la LOI D’ORIENTATION ET DE PROGRAMME POUR L’AVENIR DE L’ÉCOLE - L. n° 2005-380 du 23-4-2005. JO du 24-4-2005
Bulletin officiel n°18 du 5 mai 2005
I - Au début du livre IV du code de l’éducation, il est inséré un titre préliminaire ainsi rédigé :
“Titre préliminaire - Dispositions communes
Art. L. 401-1 - Dans chaque école et établissement d’enseignement scolaire public, un projet d’école ou d’établissement est élaboré avec les représentants de la communauté éducative. Le projet est adopté, pour une durée comprise entre trois et cinq ans, par le conseil d’école ou le conseil d’administration, sur proposition de l’équipe pédagogique de l’école ou du conseil pédagogique de l’établissement pour ce qui concerne sa partie pédagogique.
Le projet d’école ou d’établissement définit les modalités particulières de mise en œuvre des objectifs et des programmes nationaux et précise les activités scolaires et périscolaires qui y concourent. Il précise les voies et moyens qui sont mis en œuvre pour assurer la réussite de tous les élèves et pour associer les parents à cette fin. Il détermine également les modalités d’évaluation des résultats atteints.
Sous réserve de l’autorisation préalable des autorités académiques, le projet d’école ou d’établissement peut prévoir la réalisation d’expérimentations, pour une durée maximum de cinq ans, portant sur l’enseignement des disciplines, l’interdisciplinarité, l’organisation pédagogique de la classe, de l’école ou de l’établissement, la coopération avec les partenaires du système éducatif, les échanges ou le jumelage avec des établissements étrangers d’enseignement scolaire. Ces expérimentations font l’objet d’une évaluation annuelle.
Le Haut Conseil de l’éducation établit chaque année un bilan des expérimentations menées en application du présent article.
Art. L. 401-2 - Dans chaque école et établissement d’enseignement scolaire public, le règlement intérieur précise les conditions dans lesquelles est assuré le respect des droits et des devoirs de chacun des membres de la communauté éducative.”
II - L’article L. 411-2 du même code est abrogé.

 

14 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 93, Bourse Départementale du Travail, 1 place de la Libération, 93016 BOBIGNY cedex - Tel : 01.48.96.36.11 - Fax : 01.48.96.36.80 - email : snu93@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp/FSU 93 Seine Saint Denis, tous droits réservés.