www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Les débuts/néo
M1 EFS T1 T2 T3

 
/ IUFM 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
28 mars 2009

Les ministres reculent . Poursuivons l’action !

IUFM : La FSU a rencontré DARCOS et PECRESSE ce vendredi 27 mars 2009

Communiqué FSU sur la rencontre avec DARCOS et PECRESSE et analyse d’André Ouzoulias
A la demande de X. Darcos et V. Pécresse une rencontre fut tenue ce vendredi 27 mars avec la FSU et ses syndicats d’enseignants et du supérieur (SNESUP, SNEP, SUIPP, SNES et SNUEP). La FSU à ce moment de la crise dans les universités, de l’inquiétude des formateurs et étudiants, a porté ses exigences en matière de formation des enseignants et de concours. Elle a insisté pour que le dispositif conçu par le gouvernement soit abandonné au profit de l’ouverture de négociations et de garanties sur l’année 2009-2010.

Communiqué de la FSU (SNESUP-FSU, SNES-FSU, SNUIPP-FSU, SNEP-FSU, SNUEP-FSU) Paris, le 27 mars 2009

Si vous souhaitez lire le communiqué sur le site national de la FSU, cliquez ici.

A la demande de X. Darcos et V. Pécresse une rencontre fut tenue ce vendredi 27 mars avec la FSU et ses syndicats d’enseignants et du supérieur (SNESUP, SNEP, SUIPP, SNES et SNUEP). La FSU à ce moment de la crise dans les universités, de l’inquiétude des formateurs et étudiants, a porté ses exigences en matière de formation des enseignants et de concours. Elle a insisté pour que le dispositif conçu par le gouvernement soit abandonné au profit de l’ouverture de négociations et de garanties sur l’année 2009-2010.

Les deux ministres ont pris l’engagement politique de maintenir outre les concours, les conditions d’inscription et de formation telles qu’elles existaient jusqu’à aujourd’hui : les étudiants pourront bien préparer les concours à l’IUFM. L’inscription en IUFM en 2009- 2010 vaudrait inscription en première année de Master. Valérie Pécresse a précisé que les IUFM et leurs moyens seraient en conséquence maintenus à cet effet ainsi que toutes les antennes départementales. Pour l’horizon 2011, le champ des discussions semblent s’ouvrir (place des concours, articulation master-concours, formations des lycées professionnels…) ce qui se traduirait par l’abandon de l’idée d’un « comité de suivi ».

Nos revendications sur le pré-recrutement et l’année de stage n’ont pas encore été entendues et feront l’objet de négociations.

La FSU entend maintenir tous ses dispositifs d’actions en particulier le 2 avril.

Dans l’enseignement supérieur et la recherche, la FSU entend obtenir l’ouverture de négociations globales avec le MESR associant toutes les organisations pour faire entendre toutes les revendications.

Analyse de André OUZOULIAS, professeur-formateur à l’IUFM de Versailles :

Analyse consultable sur le site de l’IUFM de Paris en grève.

Il est clair que le gouvernement manœuvre en recul, mais les inquiétudes de (...) sont fondées : Xavier Darcos nous laisse des bombes à retardement.

Nous demandions le maintien des concours dans leur forme actuelle en 2010. Nous l’avons obtenu. Nous demandions l’inscription des étudiants licenciés aux formations actuelles PE1, PLC1, etc. Nous venons de l’obtenir.

Nous demandions l’ouverture immédiate des inscriptions dans les IUFM. Nous venons d’obtenir un feu vert officiel.

Il est donc exact que le gouvernement, en quelques jours, vient de céder à ces trois demandes auxquelles il était resté sourd jusque-là. Il faut y voir une réponse au rapport de forces qui a été créé ces derniers mois dans les Universités et parmi les personnels impliqués dans la formation des enseignants.

Mais en ouvrant les inscriptions en M1 dans les UFR et en reconnaissant l’année d’IUFM comme M1, le gouvernement tente de lancer le processus de mastérisation de la formation. Or, il le fait sans en préciser le contenu.

  • Quid des stages en M1 et M2 (nombre, nature, durée, encadrement) ?
  • Quid des concours (nature et date des épreuves) ?
  • Quid de l’année dite de stage après le concours (valeur de l’allégement de service, dispositif d’accompagnement, nature des formations et encadrement, forme de la certification) ?
  • Quid du devenir des IUFM, des personnels et des sites ?
  • Quid de l’utilisation de leurs compétences pour la formation professionnelle et la recherche et de la structuration nécessaire des coopérations interuniversitaires… ?
  • Quid de l’importance de la revalorisation des salaires des enseignants ? Etc.

Les IUFM seraient particulièrement fragilisés : les étudiants visant PLC s’inscriraient en M1 dans leur UFR, mais ils y resteraient naturellement en M2. De la sorte, on aboutirait à réserver les IUFM aux formations PE, PLP et CPE et l’on institutionnaliserait la coupure entre premier et second degré. Les responsables des fédérations syndicales sont-ils bien conscients de ce risque pour l’unité des enseignants.

Nous ne pouvons accepter le marché qui nous est proposé : vous avez vos PE1 ou PLC1 en septembre 2009, taisez-vous maintenant et laissez- moi concevoir leur formation. Ce serait signer un blanc-seing…

De plus, pour les étudiants, ces annonces soulèvent beaucoup de questions : sur quels critères serait attribuée la reconnaissance de l’année de M1 ? Les étudiants inscrits en IUFM en septembre 2009 auraient-ils la possibilité de poursuivre en M2 en IUFM ? Dans quel master ? Et avec quelle articulation entre M1 et M2 ? Que se passerait-il pour ceux qui réussiraient le concours et n’auraient pas ou pas encore leur M2 ? Et les lauréats qui se seraient inscrits comme candidats "libres" (cette catégorie est fortement représentée dans les concours actuels), seraient-ils mis directement sur le terrain pour leur année de "stage" ? Etc.

Enfin, si les universitaires des UFR et des IUFM participaient à ce processus, ils se jetteraient dans une concurrence cannibale qu’ils ont pourtant rejetée jusqu’ici avec force et dignité en refusant de se faire traders à la Bourse des masters !

Après tant de mois d’actions, si nous nous prenions à embellir les concessions annoncées, nous pourrions demain nous retrouver dans cette situation paradoxale de devoir dire : le gouvernement a reculé mais il nous a vaincus !

Pour un enjeu de cette importance, la FDE, ne soyons pas avares de précautions.

Depuis le 31 janvier et le 7 mars, notre demande est claire : encore un effort, M. Darcos, il faut retarder d’un an la mise en œuvre de la réforme de la formation et ouvrir sans plus attendre la réflexion sur le recrutement et les concours, à travers la préparation soigneuse d’Assises Nationales commençant de façon décentralisée dans les UFR et les IUFM, puis dans des assemblées académiques. C’est ce que propose la CDIUFM, affirmant qu’il n’y a pas de raison de se précipiter. Soutenons cette proposition.

 

19 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 93, Bourse Départementale du Travail, 1 place de la Libération, 93016 BOBIGNY cedex - Tel : 01.48.96.36.11 - Fax : 01.48.96.36.80 - email : snu93@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis, tous droits réservés.