www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Infos administratives  / Salaires, indemnités, traitements. 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
12 novembre 2008

Les personnels ne sont pas à vendre ! Nous dénonçons les primes annoncées par Darcos !

400 euros pour faire passer les évaluations en CE1 et en CM2 !
Tentative de division des personnels à la veille de la grève du 20 novembre ? Nous n’admettons pas cette méthode qui consiste à distribuer des primes pour un travail qui est de toute manière fait par les enseignants. Nous n’attendions pas cette mesure pour faire notre travail et nous faisons passer des évaluations aux élèves pour préparer nos classes. Les évaluations "obligatoires" sont bien souvent l’objet de travaux collectifs qui ne touchent pas que les enseignants des classes concernées. En procédant de la sorte, le ministre individualise un peu plus notre métier et nous enferme, encore un peu plus seul(e) dans nos classes. C’est d’une revalorisation de tous et d’augmentation de salaires pour tous dont nous avons besoin ! Plusieurs enseignants, une fois de plus atteints dans leur dignité professionnelle parlent de reverser cette prime aux caisses de solidarité de grève pour les mois qui s’annoncent...

Primes : embarras ou esquive du ministre ?

Le ministre de l’Education Nationale vient d’annoncer l’attribution d’une prime « exceptionnelle » de 400 euros aux enseignants des écoles faisant passer les évaluations dans les classes de CE1 et CM2.

Cette annonce effectuée sans aucune concertation est sans doute un premier résultat de l’annonce d’une journée de grève unitaire dans les écoles le jeudi 20 novembre. Après l’attribution d’une prime pour les directeurs d’écoles et les nouveaux recrutés, le ministre reconnaît partiellement l’alourdissement et la multiplicité des tâches demandées aux enseignants.

Pour autant cette mesure ne peut tenir lieu de revalorisation pour tous les enseignants des écoles puisqu’elle ne concernera que 60 000 enseignants sur les 300 000 professeurs des écoles. Elle est prise sans aucune discussion avec les organisations syndicales et témoigne d’une curieuse conception du dialogue social. Ce n’est pas en égrainant une succession de mesures particulières que le ministre peut réduire le décalage important entre le niveau de qualification des enseignants et leur niveau de rémunération.

Le ministre ne veut-il pas par ces annonces surprises cacher son embarras sur les 6000 suppressions de postes annoncées dans les écoles alors que 20 000 élèves supplémentaires sont attendus à la rentrée prochaine ? Le ministre ne cherche-t-il pas à esquiver les questions de fonds sur lesquelles il est interpellé avec la suppression des RASED ou l’avenir de l’école maternelle ? Ce sont ces questions pour lesquelles les enseignants, soucieux de justice sociale et de réussite de tous les élèves, exigent l’ouverture de discussions. Ce sont aussi ces questions qui seront au coeur de la journée de grève du jeudi 20 novembre.

 

32 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 93, Bourse Départementale du Travail, 1 place de la Libération, 93016 BOBIGNY cedex - Tel : 01.48.96.36.11 - Fax : 01.48.96.36.80 - email : snu93@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis, tous droits réservés.