www.snuipp.fr

SNUipp/FSU 93 Seine Saint Denis

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Rythmes scolaires  / Evolutions du temps de service des professeurs des écoles, le samedi matin... 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
1er novembre 2008

Les 60h d’aide personnalisées... La position du SNUipp 93 dans les circonstances actuelles.

Nous en avons assez des pressions, notre métier c’est enseigner avant tout sur les 24 h de présence hebdomadaires de tous les élèves
A en croire l’ Administration, il n’y a rien de plus important que la mise en place des 2 heures hebdomadaires d’aide personnalisée. Nous avons tous compris que c’est pour fermer 3000 postes de RASED à la rentrée prochaine, et nous persistons à rappeler que l’essentiel de notre métier c’est l’entrée dans les apprentissages et la réussite de tous les élèves sur le temps de classe pour tous (24 h. hebdomadaires des élèves)

Position départementale du SNUipp FSU 93 sur l’évolution de la situation concernant la mise en place des 60 heures d’aides personnalisées :

A l’issue du conseil syndical de ce mardi 14 octobre 2008 et concernant la mise en place des 60 h d’A.P. :

  • Le SNUipp FSU 93 revendique 24h de travail en présence des élèves et 3 heures de concertation, dans le cadre de son projet de transformation de l’école pour la réussite de tous les élèves. Le SNUipp soutiendra et accompagnera si nécessaire les équipes dans les négociations qui s’ouvriront avec les autorités. Le temps de concertation n’est pas un luxe, c’est lui notamment qui permet de travailler avec les personnels des RASED.
  • Afin de ne pas rentrer dans le tri des élèves et dans la logique qui l’accompagne : réduction massive des postes de RASED, le SNUipp FSU 93 propose aux équipes qui sont rentrées dans « l’aide personalisée » de prendre en charge tous les élèves - par roulement- dans des ateliers se tenant à l’heure annoncée pour les 60h.

Notre volonté est de ne pas remplir l’objectif assigné par Darcos. Celui-ci veut faire la démonstration de la possibilité de remplacer les RASED par les enseignants des classes. Ne le laissons pas faire ! Dans les plans de réductions massives de postes des années à venir, Darcos et demain ses successeurs, s’en prennent dès aujourd’hui aux RASED, à partir de Janvier aux remplaçants, bientôt à la maternelle, et pour finir à tout le monde. La mise en place de l’agence nationale du remplacement préfigure l’embauche de personnels contractuels vacataires sur des moyens d’enseignement.

Quelques rappels :

  • A l’issue du processus de discussions avec le ministère début 2008, le SNUipp FSU n’a pas signé le relevé de conclusions ou protocle d’accord sur le samedi matin notamment à cause de ses conséquences : les suppressions d’emplois dans les RASED.
  • L’I.A. 93, en fin d’année scolaire précédente, en séance du CDEN avait indiqué devant le Préfet, les élus, les organisations syndicales, les représentants de parents d’élèves, les représentants d’associations périphériques à l’école, les DDEN, qu’il laisserait les écoles se concerter jusqu’à la Toussaint. Le recteur a changé la donne en début d’année en imposant 54 heures-élèves plus 6 heures de concertation. Dans plusieurs départements en France d’autres mesures existent : 50+10 ; 45+15 ; 40+20. Pourquoi cette attitude provocatrice sur l’académie de Créteil ?
  • Le SNUipp FSU 93 a appelé les écoles à mettre en place du temps de concertation sur ces deux heures hebdomadaires et à rédiger des motions en conseil d’école en ce sens. Cette proposition syndicale est suivie par plusieurs écoles à Saint Denis, Sevran, Montfermeil. nous sommes en cours de relevé des situations et vous nous rendrez service en utilisant le document ci-joint pour nous tenir informés de la position de votre école.

Document à retourner complété au SNUipp 93

Word - 24.5 ko
enquête nationale suivi de la mise en place des 60 heures
version "papier"

Le ministère dévoile les cartes fin septembre :

Dans le cadre de la préparation du budget 2009, le ministère annonce la couleur fin septembre en indiquant qu’il va fermer 3000 postes de RASED à la rentrée 2009. L’I.A. 93 avait déjà anticipé en gelant 18 postes E pour assurer des ouvertures de classes ou des postes de remplaçants .

L’épreuve de force :

Depuis le rentrée nous subissons des pressions extraordinaires pour que ces heures d’aides personnalisées se mettent en place coûte que coûte, dans les pires conditions. Nous avons le droit ici à des menaces, ici à des coups de téléphone incessants. Il faut refaire x fois des tableaux de prévisions de services. L’annonce circule officiellement de visites d’inspections qui se feraient sur ces heures, pour les volontaires... Dans une commune l’IEN a indiqué aux personnels non grévistes le 7 octobre qu’ils seraient déclarés grévistes si ils ne mettaient pas en place les A.P. le soir même.

  • Résultat : le climat est délétère, les tensions sont au maximum, des heures et des heures ont été consacrées à l’organisation de cette « usine à gaz ». Certains IEN obligent les membres des RASED à prendre des élèves dans le cadre de ce soutien, ce qui est parfaitement contradictoire avec les textes régissant les RASED.

Le SNUipp FSU 93 a rencontré l’inspecteur d’académie ce vendredi 10 octobre 2008 :

  • Nous avons redit notre opposition à cette mesure dont le seul objectif est la fermeture des postes de RASED. Nous avons rappelé notre attachement au développement du temps de concertation. Nous avons rappelé que nous soutiendrions les écoles qui se sont lancées dans le temps de concertation.
  • Nous avons exposé les dérives qu’induisaient cette mesure : stigmatisation des élèves en difficulté, désorganisation des écoles.
  • Nous avons protesté contre le climat de suspicion généralisée qu’induisent les pressions exercées par la hiérarchie et sur la conséquence immédiate : la perte de confiance des équipes dans leur hiérarchie et le mauvais climat qui s’installe. Ce climat n’est pas de notre fait . L’entière responsabilité en revient aux consignes qui sont données aux IEN pour mettre en place cette décision qui repose sur la signature d’un accord minoritaire.

L’Inspecteur d’Académie en réponse à nos propos dit qu’il refuse de négocier deux choses :

  • refus de voir des écoles prendre tous les élèves en même temps et de leur assurer 26 heures d’enseignement tout le long de l’année.
  • refus d’accepter que les écoles ne fassent que du temps de concertation.

Il indique aussi qu’il va faire passer un message invitant à davantage de souplesse. Les faits nous indiqueront la réalité de ce propos.

L’I.A. nous indique qu’un guide d’utilisation pédagogique des A.P. va prochainement être fourni par ses services.

« L’I.A. dit aussi que pour lui les AP doivent commencer la 7ème semaine d’école soit à compter du lundi 13 octobre. Les AP comportant 6 heures de concertation, les écoles qui souhaitent commencer par 6 heures de concertation auraient donc selon lui la possibilité de le faire. » Ce qui revient à ce que les travaux avec les élèves ne commenceraient quà compter du 10 novembre.

Analyse de la situation :

La volonté ministérielle est d’introduire des éléments de divisions entre les parents et les enseignants d’une part, et entre les enseignants eux mêmes d’autre part. « Diviser pour mieux régner », « diviser pour mieux fermer les emplois ». Il nous faut donc construire des réponses collectives et ne pas se laisser impressionner par les annonces de mesures coercitives.

Nous pouvons tranquillement dire aux IEN que la mise en place des AP devant se faire à partir du 13 octobre, nous avons la possibilité de commencer par la concertation, soit jusqu’au 10 novembre avant de prendre des groupes d’élèves... Nous ne serons pas en faute ! Par ailleurs, nous attendons le guide proposé par l’I.A. pour mettre en place avec des outils appropriés cette aide personnalisée.

Notre objectif : refuser de servir de « faire-valoir » à la démonstration ministérielle. Le ministère veut fermer les RASED, ne lui donnons pas les outils lui permettant de le faire. Réfléchissons aux stratégies nous permettant de contourner cet obstacle.

Le conseil syndical du SNUipp 93 se réunissant mardi 14 octobre 2008 proposera des solutions collectives de sortie par le haut de cette situation de blocage.

 

30 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 93, Bourse Départementale du Travail, 1 place de la Libération, 93016 BOBIGNY cedex - Tel : 01.48.96.36.11 - Fax : 01.48.96.36.80 - email : snu93@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp/FSU 93 Seine Saint Denis, tous droits réservés.