www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Carte Scolaire 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
25 mai 2020

Carte Scolaire :
CTSD du 7 avril :
Zéro poste supplémentaire pour le département le plus pauvre de France métropolitaine !
Toutes les mesures


Communiqué de presse du SNUipp-FSU 93.
Toutes les mesures par ville.
Bilan du CTSD du 7 avril 2020

Après un CTSD de 3 heures puis un repli dans l’après-midi, les organisations syndicales ont voté unanimement contre ce projet de carte scolaire. La dotation initiale de 107 postes ne permettaient pas initialement de répondre aux enjeux du département. La Seine-Saint-Denis n’a reçu aucune dotation supplémentaire de la part du ministère. Le ministre considère que pour l’éducation prioritaire, le travail est fait, il parle même « d’amélioration du taux d’encadrement », voire de « record historique » à la prochaine rentrée : sur quoi repose cette affirmation ? Sur les SEULS dédoublements de classes. Plus il y a d’écoles en éducation prioritaire (REP et REP+) ce qui est le cas de notre département, plus le P/E (ratio professeur / élèves) « bat des records », sans que rien ne soit amélioré : ni les effectifs dans les autres classes, ni les postes de RASED ou de remplaçants, ni le potentiel de formation…

Bilan global des opérations de carte scolaire :
  • 159 ouvertures de classe dont 62 en éducation prioritaire, 169 fermetures de classe dont 125 en éducation prioritaire soit un solde de -10
  • 95 ouvertures de poste pour le dispositif 100% élémentaire, 22 fermetures de de poste pour le dispositif 100% élémentaire soit un solde +117
  • 4 ouvertures de poste pour le dispositif 100% (GS) en maternelle, 1 fermeture de poste pour le dispositif 100% (GS) en maternelle soit un solde de +3
  • 23 postes pour des moyens hors la classe (6 postes de CPC, 3 ETP en IME, 3 postes ULIS école, 2 postes UE Autisme, 5 postes UPE2A , 1 référent départemental autisme, 2 postes coordinateurs AESH)
  • 10 postes pour des réserves de bassins (pour les mesures d’ajustement de juin et septembre)
  • 5 postes pour les modifications de décharge de direction
Le solde des 107 postes de la 1ère dotation est donc épuisé.

Cette carte scolaire marque l’abandon d’une véritable politique d’éducation prioritaire, qui lutte vraiment contre la corrélation entre inégalités socioéconomiques et inégalités scolaires. L’effort est maintenu sur les CP / CE1 alors que cet effort n’est pas du tout poursuivi pour les dédoublements de grande section en REP et en REP+, ni pour les GS et CP à 24 hors éducation prioritaire.

Afin de maintenir les seuils départementaux et de répondre aux commandes ministérielles sans moyen supplémentaire, le DASEN a fait le choix de ne pas créer les 4 postes supplémentaires de MPVS, pourtant prévu dans le 1er projet. Aucune proposition n’a été actée pour la création de postes en RASED ou en moyens de remplacement .


Toutes les mesures :
- Créations et fermetures d’écoles
- Mesures de classes banales
- Mesures UPE2A, établissements spécialisés et ULIS
-  Mesures CPC, Coordo REP, ERSEH, PSYEN
- Scolarisation des enfants de moins de 3ans
- Réserve de postes et maintien de décharge
- Mesures diverses





Communiqué de presse du SNUipp-FSU 93 - 7 avril 2020

Alors que la période de confinement révèle et exacerbe encore davantage les inégalités sociales et scolaires, alors que le département enregistre une hausse exceptionnelle de la mortalité liée au coronavirus (Entre le 21 et le 27 mars, les décès ont bondi de +63% par rapport à la semaine précédente), les opérations de carte scolaire (ouvertures et fermetures de classe) du département ne semblent bénéficier d’aucune dotation supplémentaire. Le ministre Blanquer avait annoncé le 27 mars sur TF1 que des mesures exceptionnelles seraient prises pour la rentrée 2020 comme la "neutralisation de certaines fermetures en milieu urbain". Certaines académies se voient dotées de postes supplémentaires. A Créteil, l’académie où se concentre le plus grand nombre d’établissements en "Education Prioritaire", ce sera donc ZERO poste en plus pour le 93 !

La rentrée qui s’annonce nous inquiète à bien des égards. L’austérité budgétaire qui règne dans l’éducation doit cesser et de véritables moyens doivent être débloqués partout en urgence pour permettre de réduire les inégalités.

Pour le SNUipp-FSU 93, il n’est pas envisageable de fermer des classes en ce moment. Fermer une classe, obligera aussi à se séparer d’un enseignant qui connait l’école, les familles et surtout ses élèves. Comment pourrait-on se priver de cette richesse en temps de crise.

D’un point de vue pédagogique, nos élèves vont avoir besoin de mieux d’école avec des conditions qui pourront favoriser le retour aux apprentissages pour tou-tes. La priorité ne doit plus être à la mise en oeuvre des dispositifs ministériels, mais bien à un allégement généralisé des effectifs dans toutes les classes, au renforcement du RASED au sein des écoles (et non en « pôle ressource »), au développement des maîtres supplémentaires dans toutes les écoles afin de reconstruire ce que cette crise sanitaire aura chamboulé.

A situation exceptionnelle, le SNUipp-FSU 93 exige des mesures exceptionnelles pour la Seine Saint-Denis :
- L’annulation de toutes les fermetures de classes envisagées
- L’ouverture de toutes les classes réclamées par les équipes enseignantes
- Le maintien de toutes les décharges de direction avec la prise en compte dans les décharges des moyens supplémentaires alloués au titre du 100% réussite en GS comme en CP et CE1
- La reconduction de tous les contrats des personnels non-titulaires : enseignant·es ; administratif·ves et AESH
- La création de postes de RASED et de « Plus de maîtres que de classes » dans toutes les écoles.
- La mise en oeuvre de véritables pré-recrutements pour former enfin les futurs enseignant-es en nombre suffisant.

Bobigny, le mardi 07 avril 2020







30 mars 2020

Pas de fermetures de classes dans le rural, révision de l’équilibre ouvertures-fermetures en milieu urbain et report des décisions dans les départements : le ministre a pris en compte le vent de colère qui commençait à souffler un peu partout en France.

Aucune fermeture de classe en milieu rural sans l’accord du maire. La mesure, annoncée par le ministre de l’Éducation nationale à l’occasion d’un journal télévisé, prolongerait celle prise en 2019 de ne fermer aucune école rurale sans ce même accord.
La rue de Grenelle se serait également engagée à être en mesure de décider moins de fermetures, ayant obtenu une « enveloppe » de postes supplémentaires pour prendre en compte le caractère exceptionnel de la situation. Et de pouvoir ainsi revoir l’équilibre ouvertures-fermetures en milieu urbain.
Dans une période où les réunions en présentiel sont interdites, où les maires et les conseils municipaux n’ont pas tous été élus, où le pays vit au ralenti, où enseignantes et enseignants sont mobilisés pour assurer une activité scolaire et un lien avec les familles et les enfants, il était incompréhensible que les cartes scolaires se tiennent comme si de rien n’était.

Des questions en suspens
Le SNUipp-FSU avait interpellé le ministre à ce sujet. Les actions locales et nationales de la FSU, tout comme les initiatives intersyndicales, ont pesé dans ces annonces et de plus en plus de Dasen annoncent déjà le report des instances.
Pour autant, ces promesses télévisuelles doivent se concrétiser. Quel sera le volume de cette nouvelle dotation de postes ? Quelle est la définition précise d’une école rurale ?
Le ministère peut-il garantir qu’aucun moyen ne soit redéployé (remplacement, RASED…) ou que la mise en œuvre des dédoublements prévus ne soit pas reportée ou encore que le nombre de postes au concours soit augmenté ? Dans cette situation exceptionnelle mettant en lumière les inégalités à l’école, le SNUipp-FSU revendique un moratoire sur toutes les opérations de carte scolaire, qui doivent se limiter aux ouvertures de classes là où elles sont nécessaires et une dotation permettant partout d’alléger les effectifs comme de développer les RASED et les maîtres supplémentaires.
Ces annonces, tout comme comme la vidéo adressée aux enseignants, montrent un changement de ton que le SNUipp-FSU a réclamé avec force ces dernières semaines. Cela ne peut toutefois suffire à rassurer une profession actuellement engagée pour le maintien du lien avec leurs élèves et pour l’accueil des enfants des équipes soignantes.

La crise épidémique confirme, s’il en était besoin, l’utilité des services publics, dont celui de l’éducation. Pour la rentrée, le SNUipp-FSU réclame un moratoire sur toutes les opérations de carte scolaire, lesquelles doivent être limitées aux ouvertures de classes là où elles sont nécessaires. Il demande aussi une dotation permettant d’alléger les effectifs, de développer les RASED et les maîtres supplémentaires. Cela dans toutes les écoles, afin de reconstruire ce que cette crise sanitaire aura chamboulé et peut-être enfin s’attaquer franchement aux inégalités.
Par ailleurs, le syndicat continue de réclamer la protection optimale de tous les personnels qui accueillent les enfants des équipes soignantes avec la fourniture de masques et l’arrêt de toutes les opérations administratives nécessitant des échanges en présentiel (notamment Affelnet).



Le CTSD qui devait se tenir le 27 mars en visioconférence est reportée à une date ultérieure.

Lettre aux maires de Seine-Saint-Denis





Le SNUipp-FSU 93, majoritaire dans les instances, portera la situation de chaque école et de chaque circonscription au groupe de travail « carte scolaire ». Un représentant de chaque ville interviendra pour argumenter sur toutes les demandes d’ouverture de classes ou de création de postes : RASED, remplaçant-es, dispositifs effectifs réduits en éducation prioritaire, TPS, ULIS, UE, UPE2A, CPC et formateurs, conseillers à la scolarisation et référents handicap, coordonnateurs REP, MPV, ERUN…

Attention :
La dotation en poste pour l’académie de Créteil (93, 94 et 77) n’est pas à la hauteur des besoins. Les 201 postes prévus pour les 3 départements en septembre 2019 (c’était 502 postes en septembre 2019 dont 282 postes le 93) ne permettront pas de maintenir les seuils existant d’élèves par classe dans le 93 tout en appliquant les orientations présidentielles et ministérielles :
- poursuite du dédoublement des GS en éducation prioritaire,
- poursuite du déploiement des CE1 dédoublés,
- création de TPS en éducation prioritaire,
- 24 élèves en GS, CP et CE1 hors éducation prioritaire,

La dotation pour le 93 n’est pas encore connue à ce jour, mais nous pouvons craindre des fermetures massives de classes car le DASEN priorise la politique ministérielle.
Ces fermetures de classes n’ont pas forcément été envisagées et annoncées par les IEN, envoyez-nous vos chiffres !
Préparons cette carte scolaire pour faire reconnaître tous les besoins en ouvertures de classes, en maternelle comme en élémentaire, en Education prioritaire comme Hors Education prioritaire (HEP).

Faisons respecter les seuils de Seine-Saint-Denis : 25 en élémentaire HEP, 23 en élémentaire Education prioritaire ; 27 en maternelle HEP, 25 en maternelle Education prioritaire.

Remplissez les fiches écoles :
Les élèves d’ULIS et d’UEE doivent être comptés (voir lettre au DASEN du SNUipp-FSU 93 en cliquant ici)
- maternelle ICI
- élémentaire Hors Éducation Prioritaire ICI
- élémentaire REP et REP+ ICI

Envoyez-les soit aux responsables SNUipp-FSU de votre ville, soit à snu93@snuipp.fr.



Le ministère a dévoilé ce mercredi les créations de postes pour tout le territoire. Cette année, le nombre de postes créés sur tout le territoire est inférieur au nombre de postes créés pour la seule académie de Créteil l’année dernière. Le compte n’y est vraiment pas !!

L’année dernière, 502 postes avaient été attribués à l’académie de Créteil et la Seine-Saint-Denis avait été dotée de 282 postes. Malgré cette dotation, cela a été insuffisant pour dédoubler tous les CE1 en REP et seulement 17 écoles maternelles REP+ ont pu bénéficier de la mise en place des grandes-sections dédoublées.

Cette année, nationalement la création de postes est de 440 !

Pour les 3 départements de l’académie de Créteil, la dotation est de seulement 201 postes ! Malgré une augmentation des effectifs qui perdure (+800 élèves rentrée 2019).

Lorsque la dotation sera répartie entre le 77, le 93 et le 94, le SNUipp-FSU 93 ne voit pas bien comment vont pouvoir être appliquées les orientations présidentielles et ministérielles :
- poursuite du dédoublement des GS en éducation prioritaire,
- poursuite du déploiement des CE1 dédoublés,
- création de TPS en éducation prioritaire,
- 24 élèves en GS, CP et CE1 hors éducation prioritaire,

Et quid de la gestion du département :
- ouverture de classes, d’UPE2A, classes spécialisées,….
- restauration des RASED,
- augmentation de la brigade de remplacement et BD-REP+….

La préparation de la carte scolaire se fera fin mars après les élections municipales. Le groupe de travail CTSD du 1er degré se réunira le 23 mars toute la journée.


Communiqué du SNUipp-FSU

La répartition des 440 créations de postes dans les académies vient d’être dévoilée. Insuffisant pour mettre en œuvre toutes les mesures de dédoublement et de limitation des effectifs qui ont été annoncées. La priorité au primaire, vraiment ?

La répartition dans les académies des 440 postes créés pour la rentrée 2020 vient d’être dévoilée et c’est la douche froide pour treize d’entre elles qui perdent des moyens d’enseignement, tandis que six autres ne compteront aucun poste supplémentaire. Pour les quelques autres qui bénéficient de créations, le compte est bien loin d’y être.

Comment limiter les effectifs des classes de grande section à 24 élèves comme le Président de la République l’a pourtant annoncé, une mesure qui à elle seule « coûterait » 1187 postes d’après les propres annonces de Jean-Michel Blanquer ? Et comment dès lors pourra être honorée la promesse ministérielle de dédoublement des classes de grande section de maternelle en éducation prioritaire ?

Comment également financer les indispensables mesures d’amélioration des décharges liées à la direction d’école ? Comment reconstituer les réseaux d’aide aux élèves les plus en difficulté ? Comment assurer le remplacement des personnels en congé maladie et le départ en formation continue ? Comment en définitive donner corps à cette « priorité au primaire » qui n’en a décidément que le nom ?

A l’évidence, quoiqu’en dise le ministre, la baisse démographique n’y suffira pas et il faudra bien trouver les postes ailleurs. Dans le 2nd degré, mais aussi en chargeant encore un peu plus les effectifs des autres classes, en fermant des classes en milieu rural et en maternelle notamment.

Dans les mois qui viennent, il s’agira pour le SNUipp-FSU, avec l’ensemble de la communauté éducative, de porter haut et fort l’exigence des moyens indispensables au combat contre les inégalités scolaires et pour la réussite de tous les élèves.

La dotation par académie pour la rentrée 2020 :

AIX-MARSEILLE 76
AMIENS  -40
BESANCON  -9
BORDEAUX  32
CLERMONT-FERRAND 0
CORSE 0
CRETEIL 201
DIJON -26
GRENOBLE 35
GUADELOUPE -16
GUYANE 49
LILLE -83
LIMOGES 0
LYON 55
MARTINIQUE -25
MAYOTTE 48
MONTPELLIER 18
NANCY-METZ -18
NANTES 0
NICE 67
NORMANDIE -52
Dont Caen  -43
Dont Rouen  -9
ORLEANS-TOURS -27
PARIS -16
POITIERS -40
REIMS  -30
RENNES -41
REUNION  0
STRASBOURG 0
TOULOUSE  39
VERSAILLES  243
TOTAL  440

 

51 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 93, Bourse Départementale du Travail, 1 place de la Libération, 93016 BOBIGNY cedex - Tel : 01.48.96.36.11 - Fax : 01.48.96.36.80 - email : snu93@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis, tous droits réservés.