www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Vie du département 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
15 novembre 2019

Direction d’écoles :
Ce n’est pas le statut qui règlera les problèmes de fonctionnement de l’école !
15 mesures d’Urgence pour la direction d’école


Le SNUipp-FSU 93 appelle à répondre collectivement, direction et conseil des maitres, au questionnaire du ministère.

Le vif émoi suscité par le suicide de notre collègue Christine Renon, les mobilisations de la profession et les interpellations du SNUipp-FSU ont obligé le ministre de l’Éducation Nationale à bousculer son agenda social pour ouvrir des discussions sur les conditions de travail des directrices et directeurs d’école.

Pour le SNUipp-FSU, la question de la direction d’école est aussi la question du fonctionnement de l’école, du collectif de travail qu’est le conseil des maîtres.

Le ministère a décidé de lancer un questionnaire à destination des 45 000 directrices et directeurs de toute la France. Vous trouverez ICI le questionnaire.

Pour le SNUipp-FSU 93, ce questionnaire ne peut être l’alpha et l’oméga des préoccupations des directrices et directeurs d’école. Depuis de nombreuses années, nous avons alerté le ministère sur la dégradation des conditions de travail des directrices et directeurs qui a conduit à une perte de sens du métier avec un impact sur le fonctionnement de l’école comme sur la santé des personnels. La question des évolutions et du fonctionnement de l’école concerne aussi l’ensemble de la profession, c’est pourquoi le SNUipp-FSU a demandé que ce questionnaire soit adressé à tou-tes les enseignant-es du 1er degré. Le ministère s’y est refusé.

Le questionnaire envoyé ce jour est déjà orienté dans ces questions sur les conclusions que pourraient en tirer le ministère. En effet, les municipalités, les collectivités locales et les IEN sont désignés comme potentiels responsables du malaise de la profession par leurs demandes et leur manque de réactivité éventuel. Rien sur les injonctions ministérielles, rien sur la perte de sens du métier liées aux décisions ministérielles. Rien sur la disparition des services publics partenaires de l’école (ASE, justice des mineurs, médecine ...)

Et évidemment la question du statut qui passe par le souhait des directrices et des directeurs de participer à l’évaluation des collègues.


Nous vous invitons à remplir ce questionnaire en équipe. La direction d’école est une question de fonctionnement de l’école qui est l’affaire de tous les personnels.

Pour le SNUipp-FSU 93, le temps n’est plus à tergiverser, dès maintenant, les conseils des maîtres doivent signer la motion ICI et indiquer que le collègue en charge de la direction d’école ne fera plus que ce qui est utile aux élèves et aux collègues
 : consigne syndicale ci-dessous.

Le SNUipp-FSU a été reçu le lundi 14 octobre par le ministre de l’Education nationale. Le SNUIpp-FSU a porté l’urgence d’agir sur la question de la direction et du fonctionnement de l’école avec l’octroi de temps de décharges, d’une aide au fonctionnement de l’école et la possibilité de prendre de suite 15 mesures d’urgence. La discussion a également porté sur les nécessaires améliorations du métier pour l’ensemble des enseignantes et des enseignants qui sont également soumis à des injonctions et des pressions administratives en tous genre.

Le ministre s’était engagé à faire des propositions dés la rentrée des vacances d’automne. Pour mieux les repousser au mois de décembre, alors que nous avions des propositions concrètes ! Après que ce gouvernement ait supprimé les aides à la direction, il nous propose d’avoir recours aux jeunes en service civique, passant d’une précarité à une autre.

Le SNUipp-FSU sera vigilant sur l’utilisation qui sera faite de ce questionnaire. Si la souffrance des directrices et directeurs est manifeste et spécifique, celle des autres membres de la communauté éducative est aussi à prendre en compte. Dans ce contexte, le SNUipp-FSU 93 continuera de porter des revendications ambitieuses qui concernent l’ensemble de la profession et ne se contentera pas de mesurettes.

Lire aussi :
- Direction d’école : encore loin du compte

Questionnaire - décriptage :
QUESTIONS 1 à 11 + 13 + 29 à 31 :
Description du contexte d’exercice et « profil » du collègue chargé·e de la direction d’école.
Ces questions n’ont d’autre intérêt que de contextualiser les réponses.

QUESTION 12 :
Quels seraient pour vous les mots qui caractériseraient l’exercice de votre fonction de direction / votre métier ?
Cette question ouverte donne la possibilité d’exprimer la pénibilité du métier, la dégradation de nos conditions de travail.

QUESTION 14 :
A combien estimez-vous le nombre total d’heures que vous consacrez aux tâches de direction dans une semaine, en moyenne (temps de décharge inclus) ?
La DEPP (qui dépend du ministère de l’Education Nationale) dans son rapport de 2013 évaluait le temps de travail des enseignant.es du premier degré à 44 heures par semaine, auxquelles il fallait ajouter les journées de pré-rentrée, ainsi qu’une estimation de 20 jours travaillés durant les vacances.
Les enquêtes flash sur le temps de travail initiées par le SNUipp-FSU en 2012 puis en 2018 ont confirmé un temps de travail effectif bien au-delà du cadre réglementaire. Mais la seule réponse du Ministère sur cette problématique a été de rendre possible par décret en juin dernier cinq journées de formation continue obligatoire sur le temps de vacances ! Que cherche à démontrer le Ministère au travers de cette question spécifique du temps dévolu à la charge de direction ?

QUESTION 15 :
Êtes-vous d’accord ou pas d’accord avec les affirmations suivantes ?
A-t-on sérieusement besoin d’une enquête pour répondre à ces questions ??
Oui, la directrice ou le directeur sont constamment interrompus dans leurs tâches, que ce soit sur leur temps de classe ou celui de décharge de direction. Ces « empêchements » sont sources de stress professionnel.

QUESTIONS 16 - 17 :
Ce sont les deux seules questions où l’idée de pénibilité apparaît, mais ces questions fermées ne permettent pas d’approfondir le sujet.

QUESTIONS 16 - 20 - 23 - 25 - 26 :
Dans ces questions apparaissent les termes de « pilotage pédagogique », « pilotage de l’équipe éducative de l’école » et « au niveau de la circonscription », de reconnaissance de l’« autorité », de la possibilité d’être « associé à l’évaluation des professeurs de votre école »… !
Même s’il n’est pas cité in extenso, c’est bien la mise en place du « statut du directeur » qui est avancé ici en sous-main. Les verbes « animer, coordonner » ne sont pas utilisés par le Ministère qui leur préfère « piloter »… Les réponses apportées à ces cinq questions sont certainement les plus piégeuses. Les écoles ne sont pas, sur le plan réglementaire et juridique, des « établissements ».
L’enseignante ou l’enseignant en charge de la direction d’école assume une fonction : elle ou il n’est ni « chef d’établissement », ni fonctionnaire d’autorité. Le supérieur hiérarchique des enseignants adjoints n’est donc pas le directeur mais l’inspecteur de l’Éducation nationale de la circonscription (IEN). Le SNUipp-FSU refuse tout projet qui diviserait la profession en conférant à la direction un statut et un rôle hiérarchique relevant d’une conception managériale. A contrario, la notion d’équipe doit être consolidée avec des moyens impartis.

QUESTION 22 :
Avez-vous des pistes concrètes d’amélioration de vos tâches de direction à proposer ?
- des aides (matérielles et humaines via des emplois statutaires) à la direction et au fonctionnement de l’école,
- une augmentation du temps de décharge,
- une augmentation des rémunérations,
- des formations initiales et continue de qualité sur le temps de service…

QUESTION 28 :
Y a-t-il une question qui n’a pas été posée précédemment et qui aurait dû l’être ?
Le recours à la médecine du travail, les incidences sur la santé du collègue chargé de la direction, le souhait ou non de continuer à assumer ces tâches…




Le 18 octobre 2019

Le SNUipp-FSU a été reçu le lundi 14 octobre par le ministre de l’Education national. Nous avons porté l’urgence d’agir sur la question de la direction et du fonctionnement de l’école avec l’octroi de temps de décharges, d’une aide au fonctionnement de l’école et la possibilité de prendre de suite 15 mesures d’urgence. La discussion a également porté sur les nécessaires améliorations du métier pour l’ensemble des enseignant-es qui sont également soumis à des injonctions et des pressions administratives en tous genre.



Mardi 8 octobre, des collègues en charge de la direction d’école de tout le département se sont réunis lors d’une réunion d’information syndicale organisée par le SNUipp-FSU 93.

Le constat est unanime. Nous avons décidé collectivement de plusieurs actions :
- ne faire remonter à l’institution que ce qui est utile à nos élèves et à nos collègues ;
- demander à l’IEN la tenue d’une réunion de direction ayant à l’ordre du jour les conditions de travail des collègues des écoles ;
- exiger la possibilité pour les directeurs-trices qui le souhaitent de se réunir sur le temps de travail afin d’échanger et de mutualiser sans avoir à en rendre une trace institutionnelle ;
- voter une motion de conseil des maîtres avec information au conseil d’école ou motion de conseil d’école ;
- signer la lettre ouverte au ministre dénonçant nos conditions de travail (voir ci-dessous).

Nous exigeons :
- l’arrêt immédiat des pressions et des injonctions liées aux réformes ;
- l’ouverture de véritables négociations sur la revalorisation des personnels de l’Education nationale que ce soit en termes de reconnaissance sociale ou salariale ;
- la création de postes statutaires d’aide administrative à l’école ;
- l’augmentation significative des temps de décharges en fonction des besoins définis par le conseil des maîtres.

Nous ne répondrons plus :
- aux divers tableaux et demandes qui ne permettent pas la concrétisation du projet d’école (tableau des langues, désignation de référents, EPS, informatique, chorale, E3D …)
- aux sollicitations dont les informations sont disponibles via ONDE (espace IEN, espace mairie)

Nous ne compléterons plus des documents qui relèvent d’autres services (PAI, Affelnet, sollicitations mairie …)

D’ores et déjà, nous pouvons :
- ne pas modifier l’accueil des enfants de PS, réfléchi par les conseils des maîtres depuis des années en fonction de leurs réalités de terrain, au prétexte qu’un formulaire est utilisé pour nous imposer un choix de politique gouvernementale ;
- ne pas transmettre le procès-verbal papier des résultats des élections de parents d’élèves ;
- repousser l’exercice PPMS intrusion pour permettre aux équipes d’avoir le temps de l’élaborer et de s’en emparer (pour information Créteil est la seule académie où la date d’exercice a été imposée avant le 18 octobre) ;
- ne pas transmettre le calendrier des 108h et des concertations qui reste disponible dans le bureau du directeur ;
- ne plus prendre en charge l’organisation des ELCO ;
- refuser de transmettre les comptes rendus des réunions des conseils des maîtres, d’école ou de cycle ;
- ne pas participer aux réunions de l’administration ou des collectivités territoriales hors temps de travail ou non remplacées sur le temps de travail.

Et toutes autres injonctions, documents qui ne nous paraîtront pas utile pour l’école.

Motion de conseil des maîtres / d’école

L’équipe de l’école ………………………………………….. réunie en conseil …………………………………….. le ………………….. prend la décision de recentrer son action, sa réflexion et son travail sur ce qui est utile à nos élèves et à leurs familles. Nous faisons le constat ces dernières années que nous ne pouvons plus faire vivre nos projets d’école et que les injonctions pédagogiques permanentes mettent en souffrance les personnels comme les élèves.

Signature des membres du conseil :


REPONSE AUTOMATIQUE à copier/coller pour répondre à toutes sollicitations que vous jugerez inutiles.

Bonjour,

Je ne répondrai pas à cette demande car j’ai décidé de ne faire, en priorité, que ce qui me semble utile pour les élèves, mes collègues et les familles. Cela fait des années que le ministère est alerté et une simplification des tâches nous a été promise.

Cordialement

XXX


Plus de 200 directeurs-trices ont signé la lettre ouverte, si vous souhaitez la signer, remplissez le formulaire en dessous de la lettre



Formulaire de saisi de la signature
Signature Lettre ouverte au ministre
[Obligatoire] :
[Obligatoire] :
[Obligatoire] :
Type d’école [Obligatoire] :
[Obligatoire] :





Le décès de notre collègue Christine RENON, directrice d’école à Pantin, a secoué toute la profession. Et particulièrement les directrices et directeurs de toute la France qui se sont reconnu-es dans les écrits qu’elle a laissés. Nous proposons à tout-es les collègues en charge de la direction d’école de venir en Réunion d’Informations Syndicales mardi 8 octobre 2019 à 9h à la Bourse du Travail de SAINT-DENIS.

Son acte pointe les conditions de travail très difficiles des directions, sujet sur la table depuis maintenant trop d’années.

Le SNUipp-FSU93, lors d’états généraux de la direction organisés en 2018, a mis en lumière l’alourdissement et la complexification des tâches éloignant de leur mission première les directions d’école à savoir l’animation de l’équipe enseignante. Et ce, dans un contexte de successions de réformes, d’injonctions hiérarchiques contradictoires et hors-sol pour les enseignant-es.

Ces constats avaient été remontés au ministère qui a été une fois de plus sourd et aveugle. Cette absence de réponses concrètes de la hiérarchie aussi bien locale, départementale et ministérielle a eu pour effet l’isolement de trop de directrices et directeurs d’école.

COLLECTIVEMENT, exigeons que des mesures concrètes soient prises pour garantir la santé et l’intégrité physique et morale de tous les personnels.

RIS Spéciale Direction d’école
Mardi 8 octobre 2019

de 9h à 12h
Bourse du Travail de Saint-Denis

(9-11 rue Génin)

 

56 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 93, Bourse Départementale du Travail, 1 place de la Libération, 93016 BOBIGNY cedex - Tel : 01.48.96.36.11 - Fax : 01.48.96.36.80 - email : snu93@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis, tous droits réservés.