www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : GREVES 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}

Documents joints


  • Intention_de_greve
    janvier_2020

    Word - 22.5 ko
    Télécharger

  • tract-intersyndical-fp
    PDF - 358.7 ko
    Télécharger

  • Intersyndicale 93
    soirée solidarité
    samedi 11 janvier 2020

    PDF - 1.3 Mo
    Télécharger

  • Communiqué intersyndical 9 janvier
    PDF - 123.5 ko
    Télécharger

  • Déclaration unitaire 93
    manif départementale 150120

    PDF - 91.1 ko
    Télécharger

  • Déclaration unitaire 93 - 2301 manif 2401
    PDF - 91.4 ko
    Télécharger
10 janvier 2020

On ne relâche pas la pression
contre le projet de réforme de retraites :

Nouvelle journée de grève et de manifestation
vendredi 24 janvier

Manifestation retraite aux flambeaux
jeudi 23 janvier

Rassemblement à Paris
mercredi 22 janvier


Trois nouveaux temps forts la semaine prochaine, fermons les écoles vendredi 24 janvier, jour de présentation du projet lors du conseil des ministres.
Vendredi 24 janvier
Présentation du projet de loi en Conseil des ministres
TOU-TES en grève, il faut fermer les écoles !
Soyons plus nombreux et unis que jamais !

Manifestation à 11h

Départ place de la République vers la place de la Concorde



Modèle de lettre d’intention de grève pour janvier en cliquant ici.
Le SNUipp-FSU a déposé un préavis de grève jusqu’au 21 février.


Agenda de la semaine du 20 au 26 janvier :
- mercredi 22 à 13h00 avec les enseignant-es d’ile de France : Action Les évaluations, les injonctions pédagogiques, les pressions... on les envoie en l’air !
C’est nous qui enseignons c’est nous qui décidons !
- jeudi 23 : retraite aux flambeaux de la Bourse Départementale du travail vers le parvis de la Préfecture. Rendez-vous à 18h (distribution de flambeaux)
- vendredi 24 : grève et manifestation à Paris
Départ à 11h de la place de la République vers la place de la Concorde.
Communiqué de l’intersyndicale 93



Communiqué de l’intersyndicale





Samedi 11 janvier
Il ne faut rien lâcher !!
Participons massivement à la manifestation !

Départ à 13h30 de Nation, en direction de République

Nation > Bd Diderot > Av Daumesnil > Rue de Lyon > Bastille > Bd Beaumarchais > République
Ordre du cortège : Solidaires - CGT - FSU - Jeunes - FO - CFE-CGC


Mardi 14 janvier 2020
TOU-TES en grève
On continue à mettre la pression sur le gouvernement !




Modèle de lettre d’intention de grève pour janvier en cliquant ici.
Le SNUipp-FSU a déposé un préavis de grève jusqu’au 21 février.


Grande Soirée de Solidarité de l’Intersyndicale



Communiqué Intersyndicale du 09 janvier




Manifestation départementale
Mercredi 15 janvier 2020
à 11h place de la Gare à Bondy

Départ de la manifestation à 11h30
de Bondy en direction de Villemomble , siège de la permanence de la députée LREM, Sylvie Charrière



Communiqué de l’intersyndicale du 93




TOU-TES en grève le 9 janvier !
Grève et manifestation interprofessionnelle.

Manifestation à 13h30, départ de République vers Saint-Augustin via l’Opéra
Fermons toutes les écoles !


Modèle de lettre d’intention de grève pour janvier en cliquant ici.
Le SNUipp-FSU a déposé un préavis de grève jusqu’au 21 février.
Nouvelle lettre aux parents pour la grève du 9 et 10 janvier en cliquant ici.


Vendredi 10 janvier à 12h
TOU-TES au rassemblement devant le TGI de Bobigny

En soutien à notre collègue Julien d’Aubervilliers.

Communiqué de l’intersyndicale FSU 93, CGT93, FO 93 et Solidaires 93 :
Le mercredi 11 décembre, alors qu’il était présent avec des grévistes d’Aubervilliers, au dépôt de bus de la RATP, pour protester contre le projet de retraite à points, Julien, enseignant gréviste d’Aubervilliers, a été violemment arrêté et mis en garde à vue pendant 48h.
Son procès est renvoyé au 10 janvier 2020. Il est accusé "d’entrave à la liberté de travailler" et de "violences sur personne dépositaire de l’autorité publique". Deux accusations fallacieuses, qui ne sont qu’une tentative désespérée de la part de l’État et de la RATP de casser le mouvement social et d’intimider les grévistes.
Mais nous ne céderons pas à ses pressions ! Nous nous battrons jusqu’au retrait duprojet de réforme des retraites.

Les Unions Départementales CGT, FO, FSU et Solidaires appellent à un rassemblement le 10 janvier à 12h au TGI de Bobigny, pour soutenir notre camarade.
En attendant, la lutte continue, en grève, sur les piquets et dans la rue


Communiqué intersyndical


Tract des fédérations de la Fonction Publique


Intersyndicale 93 - Soirée de solidarité samedi 11 janvier 2020





Poursuivre la mobilisation et mettre la pression sur le gouvernement !


Manifestation à Paris
Samedi 4 janvier à 13h
Gare de Lyon en direction de la Gare de l’Est


Lire aussi :
- Communiqué FSU du 31/12 : Vœux du Président : E. MACRON reste sourd à la crise sociale
- article de Paul Devin (secrétaire national du SNPI-FSU, syndicat des personnels d’inspection) suite aux voeux de JM Blanquer : Se méfier des vœux de bonheur pour l’école…



Manifestation à Paris
à 13h
Gare du nord en direction de la Place du Chatelet



Après 3 semaines de mobilisations, des temps forts historiques par le nombre de manifestants, 1,5 millions le 5 décembre et 1,8 millions le 17 décembre avec une participation massive des enseignant-es dans les cortèges, la mobilisation doit se poursuivre. Continuons d’exiger le retrait de cette réforme des retraites !

Le gouvernement et le ministre de l’éducation nationale ont dû reconnaître que cette réforme serait injuste et défavoriserait considérablement les enseignant-es.
Ils ont été contraints face à leur mobilisation inédite et qui s’enracine de faire des "annonces", dont chacun-e a pu mesurer qu’elles étaient aussi floues que creuses et conditionnées à l’acceptation du projet de réforme des retraites.

Au-delà du retrait de ce projet de réforme des retraites, comme à l’hôpital et d’autres secteurs publics, les enseignant-es dénoncent leurs conditions de travail et la destruction des services publics.
Il s’agit de sauvegarder un modèle social qui est le meilleur système de protection au monde et doit continuer d’être amélioré. Notre assurance vieillesse actuelle permet à la France d’avoir le pourcentage de retraité-es sous le seuil de pauvreté le plus bas d’Europe.

Si nous sommes en vacances à la fin de cette semaine, de nombreux secteurs restent mobilisés !

Pour être avec elles et eux, il nous faut continuer à participer aux actions locales, départementales et nationales qui seront proposées durant cette période de vacances.
Et pour continuer à mettre la pression sur le gouvernement et montrer notre détermination, nous vous proposons d’envoyer dès aujourd’hui des intentions de faire grève mentionnant les jours travaillés du mois de janvier.
Ce qui nous permet de soutenir les secteurs toujours mobilisés et d’être prêt-es à entrer dans l’action dès la rentrée !




Lire aussi :
- le Communiqué unitaire Fonction publique : Pour nos retraites solidaires, nous ne lâcherons rien !
- le communiqué de l’intersyndicale du 93 : Sans retrait, pas de trêve
- Motion de soutien de Solidarité du CNE-CSC, syndicat belge.


Communiqué de presse FSU du 16 décembre

Le ministère de l’Éducation nationale contraint de reconnaître l’ampleur des dégâts de la réforme des retraites

La FSU a été reçue le 16 décembre 2019 en audience par le Ministre de l’Éducation nationale. Jean-Michel Blanquer a confirmé que les grands éléments du projet de réforme des retraites étaient maintenus et continue à dire que des compensations pour les rémunérations des enseignant-es seront faites.
La revalorisation éventuelle est donc toujours conçue comme une contrepartie de la baisse des pensions. Aucune réponse n’a été faite sur les générations 1960 et suivantes qui seraient touchées dès 2022 par un âge d’équilibre (64 ans en 2027). Les compensations seraient prioritairement tournées vers les générations 1975 et suivantes.
La référence à une loi de programmation pluri-annuelle (censée s’étaler jusqu’à 2037) serait incluse dans le projet de loi retraites et des premiers éléments de revalorisation sont annoncés dès le 1° janvier 2021. Mais le budget consacré à cette loi de programmation reste flou, le Ministre disant « Je ne sais pas si c’est 8, 9 et demi ou 11 milliards sur 15 à 20 ans ».
Concernant le fait de lier la revalorisation à des tâches supplémentaires, le Ministre a été évasif, nous donnant acte que les missions sont déjà très lourdes, et a ouvert la possibilité de revaloriser les indemnités existantes. La FSU rappelle que depuis le début de l’entrée en fonction du gouvernement, elle a porté la nécessité d’une revalorisation de l’ensemble des personnels, dans l’Éducation nationale comme dans l’ensemble de la Fonction publique.
Les femmes ont actuellement des taux de primes largement inférieur à ceux des hommes ; elles subiraient donc de plein fouet les effets de la réforme. Pour autant, il n’y a toujours rien sur la table sur cette question cruciale.
La FSU continue à demander le retrait de la réforme des retraites qui dégrade les pensions de toutes et tous et appelle à amplifier la mobilisation.



Le gouvernement persiste et signe dans la destruction du système de retraite solidaire par répartition.

La mobilisation interprofessionnelle historique du 5 décembre, les manifestations massives dans toute la France, l’engagement de nombreux collègues dans un mouvement reconductible, ont conduit le gouvernement à de nouvelles promesses (âge pivot, revalorisation pour les enseignant-es mais pas avant 2021 et sans montant, mise en œuvre à partir de la génération 1975 et non 1963...).

Les chiffres de revalorisation salariale avancés par Blanquer ces derniers jours ne sont pas repris par le premier ministre.
Ces annonces ne répondent pas à nos attentes, c’est le retrait total de ce projet de société individualiste que nous exigeons.

Continuons la grève, amplifions les mobilisations sur le terrain.
Fermons toutes les écoles, le 17 décembre, pour réussir une gréve historique !



A télécharger et diffuser :
- Lettre aux parents pour le 17 décembre, cliquez ici
- Motion de soutien à Julien Bertrane, cliquez ici



- Mardi 17 décembre : grande journée de grève et de manifestation à République vers Nation à 13h30 !



- Jeudi 19 décembre : Manifestation à 10h30 à La Courneuve vers Université de Paris 8 à Saint-Denis (La Courneuve les 6 routes (Place de l’Armistice - T1 : La Courneuve - 6 routes)Arrivée : Université de Paris 8 à Saint-Denis)



- Samedi 14 décembre : 14h00 Rassemblement devant le ministère de la santé (angle rue de Ségur/rue Duquesne)




- Jeudi 12 décembre : 14h00 Manifestation de la place de la Nation vers la place de la République

Suite à la journée d’action du 10 décembre qui a encore mobilisé de nombreux et nombreuses salariées dans tout le pays, l’intersyndicale s’est réunie mardi 10 au soir pour décider des suites de l’action. Elle appelle à poursuivre les actions notamment le 12 décembre et ce week-end et à préparer une nouvelle journée massive de grèves et manifestations mardi 17 décembre prochain.

Le mouvement contre la réforme des retraites se poursuit avec une journée d’action interprofessionnelle jeudi 12 décembre déclinée localement avec des reconductions de grève dans de nombreux secteurs et départements. Ce week-end des rassemblements sont prévus localement avant de mobiliser toutes les énergies pour construire la journée nationale massive de grève et de manifestations mardi 17 décembre.

Alors que le premier ministre s’apprête à prendre la parole sur son projet de réforme des retraites, l’intersyndicale lui demande de retirer purement et simplement son projet de retraite par point et d’entamer de nouvelles discussions sur des bases différentes. Dans la journée le SNUipp et la FSU communiqueront pour analyser les annonces faites par le Premier ministre.

En attendant, les organisations syndicales et de jeunesse CGT, FO, FSU, Solidaires, MNL, UNEL, et UNEF appellent l’ensemble des salarié·es et des jeunes à poursuivre les mobilisations sous des formes locales jusqu’au mardi 17 décembre, nouvelle journée massive de grèves et manifestations.

Le communiqué de l’intersyndicale
Toujours plus mobilisé·es pour gagner !

Les organisations CGT Éduc’action – FSU – Sud Éducation – SNALC - FAEN constatent que le mouvement contre le projet de réforme des retraites s’est inscrit depuis le 5 décembre dans la durée avec notamment des reconductions importantes de grève et avec l’entrée de nouveaux secteurs professionnels dans les actions de grève, de débrayages et de mobilisation.

La journée du 10 décembre a été un nouveau temps fort de cette mobilisation avec de nouveaux salarié-es du privé et davantage de jeunes.

L’opinion publique ne se laisse ni abuser par les opérations médiatiques du Gouvernement, ni par les tentatives d’opposer les uns aux autres. Les organisations syndicales dénoncent toutes entraves au droit de grève et de manifestation plus particulièrement envers les jeunes. La synthèse des concertations rendue publique lundi n’a pas apporté d’éléments nouveaux depuis le mois de juillet. Les organisations syndicales pointent la responsabilité du gouvernement sur la situation sociale. C’est pourquoi, elles attendent que lors de sa prise de parole, le premier Ministre tienne compte du rejet massif exprimé par les mobilisations du projet de régime universel à point et retire ce dernier. Elles confirment leur appel à l’ouverture de réelles négociations sans préalable sur la base des propositions des organisations syndicales pour le renforcement et l’amélioration du système actuel par répartition, solidaire et intergénérationnel.

Les organisations CGT Éduc’action – FSU – Sud Éducation – SNALC - FAEN appellent l’ensemble du monde du travail et la jeunesse à poursuivre et renforcer la grève y compris reconductible là où les salarié-es le décident. Elles appellent à organiser des actions de grève et de manifestations localement le 12 décembre, puis le week-end, et de faire du 17 décembre une nouvelle journée de mobilisation interprofessionnelle massive de grèves et de manifestations.

Paris, le 10 décembre 2019





Manifestation à Paris
à 13h30
Invalides en direction de Denfrt-Rochereau



Ce jeudi 5 décembre a été une démonstration de force massive de la mobilisation de tous les personnels et particulièrement des enseignant-es. Nous étions plus de 250 000 dans les rues de Paris avec une forte présence des personnels de l’Education Nationale. Des collègues ont reconduit la grève dès ce vendredi, près de 70 écoles sont fermées sur le département.

Ce vendredi, l’intersyndicale nationale interprofessionnelle (public-privé) appelle à la reconduction de la grève contre le projet de réforme des retraites avec des temps forts la semaine prochaine :
- mardi 10 décembre : grève et manifestation interprofessionelle à Paris (départ Invalides vers Denfert-Rochereau à confirmer)
- mercredi 11 décembre : manifestation interprofessionelle départementale à 11h à La Courneuve - Les 4 routes (Ligne 7 et T1 - 8 mai 1945) vers le parvis de la Préfecture de Bobigny. Prises de paroles et demande de rencontre avec le préfet...

Si vous n’avez pas envoyé de déclaration préalable d’intention de grève mentionnant tous les jours jusqu’au 20 décembre, vous devez l’envoyer pour la grève de mardi 10 décembre avant samedi 7 décembre minuit (modèle  Nouvelle lettre aux parents disponible en cliquant ici.
- Communiqué départemental interprofessionnel




Le SNUipp-FSU dans tous les médias

Les enseignantes et enseignants des écoles ont très bien compris les dangers du projet de réforme des retraites et le SNUipp-FSU a porté cette parole dans de très nombreux médias depuis une semaine, radio, TV, web, papier...

L’Humanité a consacré une interview entière au SNUipp-FSU sur les raisons de la mobilisation contre la réforme des retraites : « Les enseignants ne se contenteront pas de promesses  : perdre 600 à 900 euros, c’est trop. Surtout dans un métier très féminisé, avec donc beaucoup de carrières irrégulières ou de temps partiels. Tout cela doit être pris en compte. » Francette Popineau, co-secrétaire générale du SNUipp-FSU et porte-parole a également été invitée sur le plateau de Cnews à 41 min 32, à Franceinfo : « On sent une certaine fébrilité de la part du gouvernement parce qu’on vit de promesses. Ça ne nous rassure pas parce que pour l’instant il n’y a rien. Malgré trois réunions avec le ministre, il n’y a eu aucune proposition pour la revalorisation des salaires. Nous on ne veut pas de promesses, on veut l’assurance et des propositions concrètes que nous ne perdrons pas sur nos pensions. »

Résultat : 70 % de grévistes dans les écoles et une estimation de quatre écoles fermées sur dix, comme souligné dans Le Parisien, 20 minutes, BFMTV, Le Journal du dimanche , L’Express, Le Huggington post, RTL ou encore Europe 1 : « C’est un chiffre inédit, cela faisait très longtemps que nous n’avons pas eu un chiffre aussi haut, depuis 1995. C’est dire si la réforme inquiète les enseignants du primaire qui sont les grands perdants. » Sur France inter au 13 h de vendredi 6 décembre ici.



Les enseignants et enseignantes des écoles ont bien compris la réforme. Mais ce n’est pas grâce aux tentatives de communication du ministre pour la justifier, comme s’en amuse Le Canard Enchaîné :


Articles aussi dans toute la France
Avec des cortèges inédits dans de nombreuses villes de France, les médias ont eu à fort à faire pour tout couvrir. Actu.fr et France info a ainsi longuement interrogé Haydée Leblanc, du SNUipp80, sur ses raisons de faire grève avec ses collègues : « Je préfère perdre 800 euros en une année de grève plutôt que 800 euros tous les mois quand je serai à la retraite. On va partir à la retraite à 64 ans, si on vit jusqu’à 84 ans, notre perte équivaut à 200 000 euros, une maison », Ouest-France s’est tourné vers le SNUipp 35 pour mieux saisir cette opposition au projet de réforme. De même le SNUipp 62 a fait oeuvre de pédagogie dans les médias du Pas-de-Calais comme dans La Voix du Nord et Horizon radio, tout comme Laurianne Delaporte du SNUipp 45 sur France Bleu. Le SNUipp 73 a expliqué les dangers du projet de réforme à TVnet Citoyenne. « Une grève très suivie dans le Val d’Oise », titre VONews . Même écho en Franche-Comté « « du jamais vu depuis 15 ans », commente Peggy Gœpfert, co-secrétaire du SNUipp-FSU dans Le Trois.
Les actions se poursuivent vendredi 6 décembre, notamment en Seine-Saint-Denis comme le relate Le Parisien, les pays de la Loire dans Ouest France.

Lettre d’intention de grève
Afin d’être couvert sur toute la période qui s’ouvre, nous vous conseillons d’envoyer une lettre d’intention de grève qui précise tous les jours jusqu’au 20 décembre.
Cela ne présage en rien de votre participation à la grève chaque jour.
Modèle de lettre à adapter en cliquant ici.


Lire aussi :
- Communiqué des URIF : Macron, retire ton plan !
- Communiqué des fédérations de la Fonction Publique
- Vidéo : L’école des Bobards avec le ministre Blanquer, épisode 2



- Vidéo : La réponse du gouvernement aux 70% de grèvistes du 5 décembre



De nombreuses AG de ville ont décidé d’envoyer dès maintenant des intentions de grève mentionnant la date du 5 décembre et aussi les dates de tous les jours de classe jusqu’au 20 décembre. C’est une façon de mettre la pression sur le gouvernement et de ne se fermer aucune porte quant à la suite de la mobilisation.
Une intention de grève ne présage en rien de la participation à celle-ci.

Dates et lieux des AG dans les villes en cliquant ici


Manifestation à Paris
à 14h
Gare de l’Est en direction de Nation







A utiliser pour la journée du 5 décembre et les suivantes :
- Lettre aux parents, cliquez ici
- intention de grève à envoyer pour chaque jour de grève ou en précisant les jours de grève, cliquez ici.
Une intention ne présage en rien de la participation effective à la grève.


Affiche pour les parents, cliquez sur l’image


Affiche pour la porte de l’école et/ou la salle des maîtres, cliquez sur l’image
     

Lire aussi :
- bulletin spécial du SNUipp-FSU 93 : Pour défendre nos retraites,mobilisé-es à partir du 5 décembre
- Retraite : vers un système injuste et incertain, la preuve par trois ..., vidéos
- Déclaration unitaire interprofessionnelle
- Communiqué de presse du SNUipp-FSU







Dans un communiqué daté du 16 octobre, La CGT, la FSU, FO, Solidaires et quatre organisations de jeunesse appellent à la mobilisation contre le projet de réforme des retraites par points et pour une amélioration du système actuel, solidaire et intergénérationnel.

Le communiqué

Les organisations syndicales et de jeunesse s’engagent à construire un plan d’action contre le projet de réforme de retraites par points et pour gagner un renforcement, une amélioration du système actuel de retraites solidaire et intergénérationnel.

L’émergence et la construction de luttes dans les différents secteurs professionnels, montrent la nécessité d’apporter des réponses aux salarié-es en termes d’emploi, de salaires, d’égalité entre les femmes et les hommes, de conditions de travail… Autant de sujets qui sont étroitement liés aux questions de la retraite et que l’actuel projet de réforme gouvernemental aggravera.

Les organisations vont initier et impulser des assemblées générales sur les lieux de travail et d’études, des débats publics sur tout le territoire, des interpellations des élu-es locaux et nationaux, des initiatives de sensibilisation de toute la population pour échanger sur la réforme et sur les modalités d’actions et de riposte collective.

Les organisations syndicales et de jeunesse (CGT, F0, FSU, Solidaires, FIDL, MNL, UNL, UNEF) appellent l’ensemble des salarié-es du secteur privé comme du secteur public, des retraité-es, des privé-es d’emploi, des jeunes, à une 1ère journée de grève interprofessionnelle le jeudi 5 décembre 2019.

Montreuil, le 16 octobre 2019

Communiqué de la FSU





Lire aussi :
- Retraite : vers un système injuste et incertain, Diaporama
- Retraites : comprendre la réforme Macron, lutter avec la FSU pour développer les solidarités, dossier complet de la FSU



Le 20 septembre 2019



TOU-TES en GREVE le 24 septembre
Manifestation départ République à 14h



Profitant de la période estivale et des congés d’été, le gouvernement a adopté des lois structurantes qui visent à démanteler notre modèle social : protection sociale,statut de la fonction publique, code travail, assurance chômage...

Avec ces « contre réformes », le président répond aux exigences du MEDEF.

Sur la retraite, le rapport Delevoy préconise l’instauration d’un « système à point », la disparition des régimes spéciaux, une décote pour les départs avant 64 ans, l’allongement de la durée de cotisation...

Ce projet néfaste vise à faire des économies sur le dos des retraités et futurs retraités !
Cela veut dire travailler plus longtemps et gagner moins !

Pourtant, les moyens financiers existent pour financer les services publics, la protection sociale, l’éducation nationale. Ainsi, avec 51 milliards versés sur le premier trimestre par les sociétés du CAC40, la France est championne d’Europe du versement de dividendes !

C’est donc une rentréeuniversitaire2019 qui s’annonce particulièrement difficile, la jeunesse n’en est pas épargnée non plus, avec l’augmentation du coût de la vie étudiante, conduisant à une précarité grandissante et à des conditions d’études dégradées.

Heureusement, dans de nombreuses entreprises des salariés sont mobilisés pour de meilleurs salaires, pour l’emploi, les services publics...

Le mardi 24 septembre, journée de grève et manifestations sera l’occasion pour touteset tous de se faire entendre. Tous ensemble, il s’agira d’organiser la mobilisation dans les entreprises, les services publics.

Exigeons l’augmentation des salaires, des créations d’emplois dans les services publics pour répondre aux besoins de la population, la possibilité d’un départ à la retraite dès 60 ans.

Urgence climatique, urgence sociale, même combat : c’est le cas de la lutte en cours contre la privatisation d’ADP, qui s’inscrit dans la défense des services publics. C’est le cas également de la mobilisation pour le « train des primeurs » menacé de fermeture par le gouvernement.

Tous ensemble organisons une forte journée de grève et une manifestation unitaire interprofessionnelle le mardi 24 septembre.Une date qui permettra d’unifier la colère sociale qui gronde dans différents secteurs (SNCF, RATP, Hôpitaux, Finances Publique...).Rendez-vous 14h Place de la République.

Dès le 25 septembre, faisons « le bilan » des luttes en cours et décidons des suites en organisant des assemblées générales des prolongements à donner pour imposer nos revendications.

Lire aussi :
- Réforme de la Fonction publique
- Lettre aux parents
- Intention de grève
- Retraite : vers un système injuste et incertain

t

 

118 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 93, Bourse Départementale du Travail, 1 place de la Libération, 93016 BOBIGNY cedex - Tel : 01.48.96.36.11 - Fax : 01.48.96.36.80 - email : snu93@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis, tous droits réservés.