www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Précaires 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
8 février 2019

AESH : Audience intersyndicale avec la DSDEN 93

Pour une reconnaissance du métier d’AESH, compte-rendu de l’audience du 06 février 2016.

Compte rendu de l’audience intersyndicale AESH avec la DSDEN 93

Les revendications inscrites dans l’appel intersyndical national (voir ci-dessous) ont été déclinées.

Les syndicats départementaux ont insisté sur la reconnaissance du métier d’AESH qui passe par :
- Salaire revalorisé. Les AESH doivent pouvoir vivre avec des salaires décents.
- Droit de pouvoir travailler à temps plein : 35h qui incluraient temps de présence avec l’élève, temps de concertation et temps de préparation. Refus de l’annualisation et de la modulation du temps de travail et refus de participation obligée au périscolaire (projet ministériel). Refus de temps incomplets imposés.
- Formation sur le temps de travail avec la création d’un pôle remplacement d’AESH pour faciliter l’accès à celle-ci.
- Création d’un mouvement AESH intra-départemental pour favoriser la mobilité et le changement d’établissement ou d’école.
- Livret d’accueil départemental AESH qui récapitulerait les droits et missions. Activation avec les AESH, dès leur embauche, de leur boîte mail professionnelle.

Nous n’avons pas obtenu de réponses sur toutes ces questions dont certaines ne sont pas de la compétence de la DSDEN 93 mais les demandes vont être remontées au niveau du Rectorat et du Ministère. Pour nos revendications départementales (pôle de remplacement, mouvement…), l’intersyndicale attend des réponses de la DSDEN, sans lesquelles nous irons voir le Recteur de l’académie de Créteil ! La Secrétaire Générale nous indique cependant qu’un livret d’accueil AESH est déjà à l’étude sur le département.

L’administration est en attente de nouveaux textes ministériels sur les AESH. Elle les mettra en place dès qu’elle en aura connaissance. Problématique du département également évoquée lors de l’audience : Suite à la dépêche de l’AFP du 31 janvier 2019, nous avons appris que J.M Blanquer MEN avait dit : "Dès la rentrée prochaine, nous ne recruterons plus d’auxiliaires de vie scolaire sous contrat unique d’insertion, autrement dit il n’y aura plus de contrats aidés..." La question du SNUipp 93 à l’administration : aurons-nous assez d’ETP (équivalent temps plein) d’AESH pour couvrir les besoins des élèves et de leurs accompagnants à la rentrée 2019 ?

Notre département doit anticiper...la rentrée 2019 ne peut pas ressembler à celle de 2018 qui a été catastrophique : 373 élèves notifiés en septembre sans AVS et 233 accompagnés en deçà de leur notification MDPH...

La Secrétaire Générale nous indique que les moyens seraient évalués et demandés au Rectorat. C’est le Rectorat qui répartit les moyens en postes d’AESH sur les trois départements de l’académie de Créteil.





Pour la Seine Saint Denis, le SNUipp-FSU 93, le SNES-FSU 93,
le SNEP-FSU 93, la FNEC FP FO 93, la CGT Educ’action 93,
le SE-UNSA 93, SUD-Education 93 appellent
les AESH à se rassembler devant la DSDEN 93 à Bobigny,
mercredi 6 février 2019 à 14 h 30.



Métier et reconnaissance professionnelle des AESH, c’est tout de suite !

Le ministère de l’Éducation nationale et le secrétariat d’État chargé des personnes handicapées ont lancé en octobre une concertation sur l’école inclusive dont un pan concerne l’avenir du métier d’accompagnant.

Les premières pistes lancées pour les accompagnants des élèves en situation de handicap sont loin de correspondre aux attentes de milliers de ces personnels précaires qui subissent de plein fouet des conditions de travail dégradées, des temps incomplets imposés, des salaires bas, une absence de reconnaissance professionnelle, qui les conduisent souvent à renoncer à leur emploi.

C’est pourquoi nous sommes dans l’attente de mesures fortes qui bénéficieraient à la fois aux personnels concernés, aux élèves accompagnés et à l’ensemble de l’école.

Cela passe par :
- une revalorisation immédiate des salaires ;
- le versement de l’indemnité REP-REP+ pour les AESH exerçant en éducation prioritaire ;
- la création d’un véritable statut pour les AESH ;
- des emplois stables, pérennes et reconnus ;
- la création du nombre d’emplois nécessaire pour couvrir tous les besoins ;
- le droit de pouvoir travailler à temps complet ;
- une formation professionnelle de qualité sur le temps de travail.

Nous appelons d’ores et déjà à une mobilisation nationale unitaire le mercredi 6 février avant les arbitrages ministériels.

Une audience intersyndicale est demandée auprès de l’administration de l’Éducation nationale.



Conditions et temps de travail, salaire et reconnaissance professionnelle : la situation des accompagnants des élèves en situation de handicap est tout simplement inacceptable. Dix syndicats de l’Éducation nationale les invitent à se mobiliser pour exiger une véritable reconnaissance de leur métier.

Le ministère de l’Éducation nationale et le secrétariat d’État chargé des personnes handicapées ont lancé en octobre une concertation sur l’école inclusive dont un pan concerne l’avenir du métier d’accompagnant.
Or, « Les premières pistes lancées pour les accompagnants des élèves en situation de handicap sont loin de correspondre aux attentes de milliers de ces personnels précaires », dénoncent les organisations syndicales dans un communiqué unitaire. Conditions de travail dégradées, temps incomplets imposés, bas salaires et absence de reconnaissance professionnelle : la situation de ces personnels est tout simplement inacceptable.
Pour les syndicats, il est grand temps que des mesures fortes soient prises pour enfin revaloriser un métier devenu indispensable. C’est pourquoi ils demandent « des mesures fortes qui bénéficieraient à la fois aux personnels concernés, aux élèves accompagnés et à l’ensemble de l’école », et notamment :
- une revalorisation immédiate des salaires ;
- le versement de l’indemnité REP-REP+ pour les AESH exerçant en éducation prioritaire ;
- la création d’un véritable statut ;
- des emplois stables, pérennes et reconnus ;
- la création du nombre d’emplois nécessaire pour couvrir tous les besoins ;
- le droit de pouvoir travailler à temps complet ;
- une formation professionnelle de qualité sur le temps de travail.

Les dix organisations syndicales appellent d’ores et déjà à une mobilisation nationale unitaire le mercredi 6 février avant les arbitrages ministériels. Elles invitent les AESH à se réunir pour débattre ensemble et à se rassembler devant les Inspections académiques, les rectorats et les préfectures pour y exprimer leurs revendications.

Lire le communiqué unitaire SNUipp-FSU, SNES-FSU, SNUep-FSU, Snep-FSU, SNPI-FSU, CGT Educ’Action, SE-UNSA, SGEN-CFDT, SUD, FNEC-FP FO en cliquant ici.

 

34 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 93, Bourse Départementale du Travail, 1 place de la Libération, 93016 BOBIGNY cedex - Tel : 01.48.96.36.11 - Fax : 01.48.96.36.80 - email : snu93@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis, tous droits réservés.