www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Manifestations & Actions Nationales 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
14 février 2019

Salaires : à quand une réponse
M. le Ministre ?

Communiqué de presse


A quand le dégel du point d’indice et le coup de pouce de l’employeur comme l’a évoqué le président de la République lors de son allocution télévisée du 10 décembre.

Un mail XXL et cinq boîtes remplies des courriels envoyés au ministère pour qu’il arrête de faire la sourde oreille sur les salaires des PE. Voilà ce que le SNUipp-FSU a déposé mardi 5 février rue de Grenelle. Les revendications restent inchangées : dégel du point d’indice et coup de pouce de l’employeur comme l’a évoqué le président de la République lors de son allocution télévisée du 10 décembre.

Le 10 décembre dernier, le président de la République demandait aux entreprises de verser une prime de fin d’année à leurs salariés. Aucun mot en faveur des agents de la Fonction Publique. Le SNUipp-FSU a donc appelé les enseignants du premier degré à demander un coup de pouce aux salaires des personnels des écoles. Plus de 17 700 mails envoyés au ministre de l’Éducation nationale en 15 jours pour demander un coup de pouce aux salaires des personnels des écoles. Toujours sans réponse.

Dans le cadre de la journée de mobilisation en faveur des salaires et du pouvoir d’achat, c’est donc en format extra-large qu’un mail lui a été déposé mardi 5 février matin par une délégation du SNUipp-FSU rue de Grenelle. Ainsi que plusieurs caisses contenant les milliers de courriers envoyés.

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo


Lire le communiqué de presse...



Au quotidien, les agents publics travaillent au service de l’intérêt général et font vivre des services publics de qualité sur l’ensemble du territoire. Améliorer leur pouvoir d’achat est d’autant plus urgent que, depuis son arrivée, le gouvernement a accumulé des mesures négatives à leur encontre (gel de la valeur du point d’indice, mauvaise compensation de l’augmentation de la CSG, rétablissement du jour de carence…).

C’est pourquoi huit fédérations syndicales de fonctionnaires, la CGT, la CFDT, l’Unsa, la FSU, Solidaires, la FA-FP, la CFE-CGC et la CFTC lancent ensemble une pétition pour exiger une revalorisation salariale de toutes et tous les agents.

Je signe la pétition !






La Fonction Publique et ses agents oubliés des annonces du Président de la République ...
Je clique pour demander "Un petit coup de pouce pour nos salaires !".


Les enseignantes et les enseignants des écoles, comme tous les fonctionnaires, sont les oubliés des annonces présidentielles sur le pouvoir d’achat. Le SNUipp-FSU les invite donc à réclamer au ministre de l’Éducation nationale un « coup de pouce » salarial à l’occasion des fêtes de fin d’année.

Pour écrire au misnistre, cliquez sur l’image



Pour la FSU, les annonces faites par le Président de la République ne répondent pas aux enjeux de réduction des inégalités sociales et territoriales et de préservation du modèle social français. Elle invite à participer aux initiatives unitaires le 14 décembre et à la construction d’une journée nationale d’action dans la Fonction publique.

Le communiqué de la FSU
Les Lilas, le 11 décembre 2018

Annonces du président de la République : quid de la Fonction publique ?

Face aux inégalités grandissantes, au sentiment d’abandon d’une grande partie de la population, il était attendu du président de la République qu’il apporte des réponses en terme de pouvoir d’achat, du rôle des services publics et d’une fiscalité plus juste afin d’améliorer les conditions de vie de tous les salarié-es, chômeurs, retraité-es et jeunes.

S’il répond par 100 euros supplémentaires pour les salarié-es au SMIC, par la défiscalisation et la désocialisation des heures supplémentaires, réactivant ainsi la mesure phare du quinquennat de Nicolas Sarkozy « travailler plus pour gagner plus » avec laquelle la FSU est en désaccord, par l’annulation de la hausse de la CSG pour les retraites inférieures à 2 000 euros et par une éventuelle prime de fin d’année soumise au bon vouloir des employeurs, le Président est resté silencieux sur d’autres sujets.

Il n’a ainsi rien dit sur les bas salaires en général, les minimas sociaux et n’a rien annoncé pour les chômeurs, les jeunes. Il est resté également trop silencieux sur les plus de 5 millions d’agent-es de la Fonction publique.

Le Président n’a rien dit non plus du financement de ses mesures, sinon qu’elles ne coûteraient rien aux employeurs et que l’impôt sur la fortune ne serait pas rétabli, ce qui revient à les faire supporter par les contribuables et par le budget de l’État.

La FSU est très inquiète pour l’avenir de la Fonction publique et de ses agent-es.
Le point d’indice reste gelé. Le Président confirme une réforme de l’État et de la Fonction publique dans l’objectif d’une meilleure maîtrise de la dépense publique.
Pourtant, la FSU avait mis en garde contre toute tentation d’utiliser une nouvelle fois la Fonction publique pour payer les nécessaires mesures sociales à prendre.

Pour répondre à la crise profonde de notre pays, il est indispensable de dégager les moyens budgétaires nécessaires. Sans réforme fiscale juste et plus redistributive, sans le rétablissement de l’ISF, toutes mesures sociales resteront limitées.
Or, le Président a confirmé implicitement la poursuite des politiques libérales mises en œuvre depuis 18 mois : budget 2019, suppression de l’ISF, réforme du système des retraites, financement du chômage, réorganisation de l’État…

Concernant la jeunesse et les questions d’éducation et de formation, le Président a considéré que les politiques en cours répondaient aux exigences. Or, les jeunes sont aujourd’hui mobilisés pour des perspectives d’avenir meilleures que celles promises avec les réformes actuelles (réforme du lycée, Parcours Sup…). Des réformes qui remettent en cause la professionnalité des enseignant-es, leurs conditions de travail et celles d’apprentissage de leurs élèves. La FSU réitère sa demande de d’ouverture de discussions avec les organisations de jeunesses et celles représentatives des personnels de l’éducation.

Pour la FSU, les annonces faites hier soir par le président de la République ne répondent pas aux enjeux qu’elle porte notamment pour réduire les inégalités sociales et territoriales et pour conforter le modèle social de la France.

C’est pourquoi, la FSU invite à développer et à participer à toutes les initiatives qui s’organisent de manière unitaire large dans le cadre de la journée d’action du 14 décembre (Grève, rassemblements, manifestations, AG avec les personnels…).

La FSU considère qu’il est de sa responsabilité de proposer aux fédérations de fonctionnaires d’appeler à une journée d’action nationale pour permettre à la Fonction publique d’assurer des services publics de qualité sur l’ensemble du territoire et pour davantage de reconnaissance des agent-es qui en assurent le fonctionnement au quotidien.

Lire aussi :
- Mesures Macron : L’Europe opposée à la hausse du déficit et les conséquences pour l’Ecole

 

29 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 93, Bourse Départementale du Travail, 1 place de la Libération, 93016 BOBIGNY cedex - Tel : 01.48.96.36.11 - Fax : 01.48.96.36.80 - email : snu93@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis, tous droits réservés.