www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Carrières et Rémunération 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
29 août 2018

En marche vers moins de solidarités ! Pas de vacances pour Cap 22

Si le Premier ministre souhaite « que les Français puissent revenir vers le travail », de toute évidence, il considère que l’État n’a pas à montrer l’exemple en créant les emplois nécessaires dans la Fonction publique. Dans un communiqué daté du 27 août, la FSU dénonce des orientations budgétaires « En marche » vers moins de solidarité.

Le communiqué de la FSU
Les Lilas, le 27 août 2018

Le Premier ministre a confirmé hier dans une interview au JDD les orientations libérales du gouvernement. Il prépare le budget 2019 en conséquence notamment avec une baisse des dépenses publiques. « Nous voulons que les Français puissent revenir vers le travail » explique le Premier ministre. Mais de toute évidence, il considère que l’État n’a pas à montrer l’exemple en créant les emplois nécessaires dans la Fonction publique. Pire, il confirme 4 500 suppressions de postes en 2019.

Alors que nous sommes à la veille de la rentrée, aucun mot, aucun engagement pour l’Éducation nationale, l’Enseignement agricole, l’Enseignement supérieur ou encore pour la Culture !

Alors que depuis plus d’une année, des mesures régressives s’accumulent contre les agent-es de la Fonction publique, ceux-ci sont encore considéré-es comme une charge et non pas comme un investissement.

Pour habiller ces attaques, le Premier ministre feint de laisser croire que la transformation de l’action publique, pour gagner en efficacité, passe par une baisse des emplois. Qui peut croire que les hôpitaux, les Écoles, les services de Justice, de l’agriculture... et les collectivités territoriales peuvent jouer tout leur rôle sans des fonctionnaires en nombre suffisant pour cela ? Sauf à imaginer que nombre de missions n’ont plus à relever de l’État comme le prévoit d’ailleurs le gouvernement dans le cadre de CAP22.

À cette rentrée, la FSU reste engagée et bien déterminée à promouvoir une Fonction publique offrant des services de qualité à toutes et tous les usager-es sur l’ensemble du territoire, à défendre et conforter le rôle des agent-es ainsi que leurs conditions de travail et leur pouvoir d’achat.

De même elle continuera à défendre les retraité.es. Le quasi gel des pensions pour les deux prochaines années, dans un contexte de reprise de l’inflation et après la hausse de la CSG, est une confirmation que le gouvernement les prend directement pour cibles. A l’inverse, la FSU demande des mesures en faveur de leur pouvoir d’achat.

De même, elle ne laissera pas une nouvelle réforme des retraites dégrader encore plus le système de retraites des salarié-es du privé comme celui des fonctionnaires ni le niveau de leurs pensions à venir.

Ce budget de restrictions prévoit aussi la baisse de nombre d’allocations, la suppression des cotisations sociales sur les heures supplémentaires, privant la Sécurité sociale de ressources… Cela pénalisera bon nombre de citoyen.ne.s dans une société où les inégalités sont déjà trop fortes.

La FSU privilégie pour sa part un système de solidarité, une meilleure répartition des richesses produites pour permettre davantage de justice sociale. Elle demande au gouvernement l’ouverture d’un réel dialogue social sur ces enjeux.



C’est en plein été, sans aucune concertation des organisations représentatives des personnels que le Premier ministre a fait des annonces concernant le chantier de la fonction publique "Cap 22". Des mesures qui concernent particulièrement l’Éducation nationale. Les éléments essentiels dans le communiqué de la FSU.

Le communiqué
L’opération « CAP22 » lancée par le gouvernement sur l’avenir de la Fonction publique se traduit par des annonces ministérielles unilatérales concernant l’éducation nationale et ce en plein été...

Un nouvel exemple du peu de cas que le gouvernement fait du dialogue social avec les représentants des personnels.

Le Premier ministre a en effet fait état hier, par communiqué, des orientations décidées pour l’Éducation nationale.

Nombre d’entre elles ont déjà été dévoilées par le Ministre de l’Éducation nationale (réforme territoriale, formation...) et sont déjà prévues à l’agenda social de ce ministère. Par contre, d’autres n’avaient été abordées en aucune manière (profilage des postes, création d’une agence d’évaluation…).

Ce communiqué confirme une orientation que la FSU ne partage pas : fusion des académies qui risque de dégrader le service public et qui préfigure une régionalisation accrue de la politique de l’éducation Nationale, profilage des postes, développement des parts individualisées des rémunérations…, autant de fausses solutions aux problèmes d’attractivité des métiers de l’enseignement.

D’autres mesures restent floues : « pré recrutements », moyens et modalités pour la formation continue, définition de la « RH de proximité », architecture de la formation initiale des enseignants.

Pour prétendre répondre aux enjeux, le gouvernement choisit des projets axés sur l’individualisation des personnels, une gestion plus technocratique du système éducatif donnant de plus en plus de poids au local.

Le gouvernement évite de répondre à bien des questions comme celle des moyens à mettre en œuvre : créations de postes nécessaires, revalorisation des conditions de travail, des rémunérations, véritable développement de la formation initiale et continue. Pour la FSU la qualité du service public d’éducation est indispensable pour réduire les inégalités sociales et territoriales.

Porteuse depuis toujours d’un réel projet éducatif au service de la réussite de tous les élèves, et défendant l’expertise professionnelle des personnels, enseignants et non-enseignants, et leurs métiers, la FSU demande au Ministre de L’éducation à être reçue dès la rentrée pour faire le point sur ces mesures, et l’ouverture de discussions avec les organisations syndicales sur chacun de ces sujets.

Ci-contre : Communiqué de presse de M. Édouard PHILIPPE Premier ministre - Atelier Action Publique 2022 - 30.07.2018.

 

29 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 93, Bourse Départementale du Travail, 1 place de la Libération, 93016 BOBIGNY cedex - Tel : 01.48.96.36.11 - Fax : 01.48.96.36.80 - email : snu93@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis, tous droits réservés.