www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Difficulté scolaire  / Psychologues de l’éducation nationale 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
11 juillet 2018

CAPA Hors-Classe
pour les PsyEN

Résultats

Compte-rendu de la CAPA du 28 juin 2018

Compte-Rendu de la CAPA, Déclaration des élu-es SNUipp-FSU SNES-FSU

Compte-rendu de la CAPA du 28 juin 2018

"Tableau d’avancement à la Hors-classe"

Comme indiqué dans la déclaration, le taux de promus / promouvables n’était toujours pas acté le jour de la CAPA. La CAPA du 22 juin a été reportée et convoquée le 28 juin 2018. Le ministère (DGRH) a demandé aux rectorats d’établir pour chaque CAPA une liste principale et une liste complémentaire, qui devaient constituer la base des promotions dès lors que le taux aura été notifié de façon officielle. Nous avons donc établi une liste de 23 collègues susceptibles d’être promu.e.s, 12 en liste principale et 11 en liste complémentaire.

En CAPA, nous avons obtenu quelques précisions de la part du DRH, M. Moissette, sur des points problématiques évoqués dans notre déclaration :

• Sur les dégradations d’avis par rapport à la campagne précédente : ce sont des campagnes au fonctionnement très différent ; en outre le contingentement implique beaucoup de contraintes.

• Sur les avis des inspecteurs (PsyEN EDA) : la consigne était de ne pas se baser sur les derniers avis lorsque ceux-ci sont très anciens ; pour les PsyEN EDO, les avis des IEN-IO devaient tenir compte de l’ensemble du dossier.

• Les retraitables au 01/09/18 ne peuvent bénéficier d’une promotion à la HC. En revanche ceux dont le départ est prévu au 01/10/18 peuvent en bénéficier et dans ce cas ont la possibilité de reporter leur départ (pour rappel, il faut 6 mois à la HC pour que cela soit pris en compte dans le calcul de la pension).

Ces explications montrent bien les difficultés et les injustices sous-tendues par ces nouvelles règles, avec tout ce que cela a comme conséquences pour les collègues.

Nous avons très fortement insisté sur le fait que l’avis donné est pérenne et que ce sera, dans un grand nombre de situations, très pénalisant pour les années à venir. Lors d’une réunion au ministère, le SNES et d’autres organisations syndicales ont réclamé la mise en place d’une « clause de revoyure », que le ministère n’a pas accepté.

Nous avons également demandé de prendre en compte les résultats des CAPD concernant les PsyEN EDA qui ont opté pour la double carrière. Il en sera tenu compte à l’avenir, les CAPA devraient être programmées après les CAPD.

Résultats

Les résultats ont été publiés sans que les élus en soient avertis le vendredi 6 juillet. Nous pouvons considérer qu’ils sont officialisés à compter de ce jour.

Les deux critères de classement sont l’ancienneté dans l’échelon (entre 0 et 160 points) et l’appréciation portée par le recteur (entre 95 et 145 points).Le ministère a finalement proposé pour l’ensemble des PsyEN de l’académie, un total de 23 promotions, ce qui correspond à 11,60% des promouvables.

Au total, 21 collègues au 11ème échelon ont été proposés, et 2 au 10ème échelon. Il s’agit de 3 PsyEN EDA et 20 EDO. Cette disproportion est liée au fait que les PsyEN EDO au 11ème échelon sont encore très nombreux à ne pas être passé-es à la hors classe, parmi eux 18 étaient à l’échelon 11 depuis plus de 3 ans.

Nous avons insisté sur quatre situations de collègues PsyEN en âge de partir en retraite absents de la liste des promu.e.s en raison de leur barème insuffisant (9e et 10e échelon). L’administration a refusé de les promouvoir, restant fixée sur le barème. Pour deux collègues toutefois, nous avons pu faire changer l’avis « satisfaisant » en « très satisfaisant », ce qui a permis de les faire remonter dans le classement. Au moins l’avis revu cette année sera repris l’année prochaine et leur permettra d’être nettement mieux placés.

------

Déclaration CAPA Hors classe du 28 juin 2018

Nous avons déjà beaucoup communiqué à ce sujet mais vu la gravité de la situation, nous ne pouvons débuter cette déclaration sans évoquer de nouveau les heures sombres que vivent les PsyEN EDO. Entre le projet de loi « Liberté de choisir son avenir professionnel » actuellement dans les circuits parlementaires et les annonces aberrantes de fermetures de CIO, prenant diverses formes selon les scenarii du MEN, la tâche des élu-es du personnel à se concentrer sur la gestion de carrière des collègues est ardue !

La logique du Ministère nous échappe : il annonce vouloir supprimer les CIO alors même qu’il se repose sur eux pour, entre autres, gérer les difficultés générées par Parcoursup, au travers d’un numéro vert et du suivi demandé par les CAAES. C’est un profond sentiment de mépris qui est actuellement ressenti par la profession, ainsi qu’un sentiment d’absence de soutien de la hiérarchie, renforcé par les propos bien méprisants de Monsieur le Recteur, comparant les CIO aux épiceries Félix Potin lors de plusieurs réunions de bassin. Nous souhaitons rappeler aussi que les collègues qui ont choisi de faire grève l’ont fait en conscience, et que les pressions actuelles de la hiérarchie sont insupportables.

Pour revenir à cette CAPA, qui a déjà été reportée, nous constatons que le taux pro/pro pris en compte est de 13%. Il n’est à ce jour pas acté, et n’est pas celui proposé par le MEN (17%), ce qui est fort regrettable. Le tableau présenté par la DPE ne nous convient pas complètement.

En effet, comment des collègues au 10ème échelon avec des barèmes de 195 peuvent être promus alors qu’un collègue au 11ème échelon avec le même barème, retraitable, ne l’est pas ? D’autant plus que les collègues promus, alors qu’ils sont au 10ème échelon, passeront au 11ème l’année prochaine. Plusieurs collègues ne sont pas proposés alors qu’ils ou elles sont en âge de partir en retraite. Pour rappel, la hors classe est un débouché de carrière.

Les constats sont pour le moment amers concernant cette première campagne de hors-classe après la mise en place du PPCR pour le SNUipp comme pour le SNES. En effet, les modalités d’accès à la hors-classe pour 2018 accumulent les problèmes entre avis injustes, sentiments de déclassement.

D’une part, les avis sont basés sur des rapports d’inspection plus ou moins anciens, mais aussi sur une connaissance plus ou moins réelle du travail des psychologues sur leur secteur. Cela engendre de profonds sentiments d’injustice voire de mépris lorsque l’investissement quotidien n’est pas reconnu, à minima, comme très satisfaisant.

De surcroît, ces avis ont un caractère pérenne et figent l’appréciation portée. D’autre part, il n’ y a pas forcément reconnaissance de l’ensemble de la carrière – par exemple les psychologues EDA qui ont été instituteurs et ont été reclassés. Ils ont pourtant une carrière longue. Encore une fois, comment expliquer des dégradations d’avis entre deux campagnes ?

Cette situation est très mal perçue par les collègues d’autant plus que l’avis restera en l’état pour les prochaines campagnes. Nous demandons, une fois de plus, que les néoDCIO puissent accéder à la hors-classe hors contingent.

Certes ce tableau permet de promouvoir un certain nombre de nos collègues qui sont au 11ème échelon depuis un certain temps (parfois plus de 10 ans), il doit devenir rapidement, comme il avait été annoncé, un débouché de carrière pour toutes et tous. Il y a une attente forte des psychologues et plus généralement de tous les corps de l’EN.

 

13 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 93, Bourse Départementale du Travail, 1 place de la Libération, 93016 BOBIGNY cedex - Tel : 01.48.96.36.11 - Fax : 01.48.96.36.80 - email : snu93@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis, tous droits réservés.