www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : GREVES 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
28 septembre 2017

Quatre bonnes raisons de faire grève le 10 octobre
Toutes les raisons


RAISON N°1 : Non au gel du point d’indice !



LE POINT D’INDICE EST RESTÉ GELÉ DE 2010 A 2016
Les fonctionnaires ont perdu 9% de leur pouvoir d’achat durant cette période. Le gouvernement annonce qu’il entend geler la valeur du point d’indice en 2017 et 2018.

DES JUSTIFICATIONS GOUVERNEMENTALES INEPTES !
Le Ministre justifie ce gel en prétendant que les salaries augmentent déjà avec les avancements d’échelon ou de grade. Une carrière reviendrait dès lors à remonter un escalator qui descend !

CE QUE NOUS VOULONS :
- Une amélioration de notre rémunération par une revalorisation régulière de la valeur du point d’indice indexée sur l’évolution des prix.
- Un rattrapage progressif des pertes de pouvoir d’achat depuis 2010.


RAISON N°2 : PPCR doit être maintenu !



LE FRUIT DE NÉGOCIATIONS
Le protocole PPCR (« Parcours Professionnels, Carrières, Rémunérations ») est un ensemble de mesures statutaires et indiciaires obtenues par les organisations syndicales lors de la précédence mandature après une longue phase de concertation et de négociation. La FSU a signé le protocole tout en en soulignant les insuffisances.

UNE VOLONTÉ GOUVERNEMENTALE D’ETALLER PPCR DANS LE TEMPS
En 2018, était prévu :
- Le transfert de primes (ISAE) en points d’indices. Pour une personne partant à la retraite en septembre 2018, c’est 10 à 15 € de perdu sur sa pension.
- Une revalorisation pour les catégories C et B. Quid de l’accès pour tous à la hors classe, des refontes des grilles des PE prévus ?

CE QUE NOUS VOULONS :
- Le respect de la signature gouvernementale à ce processus de concertation et de négociation.
- Une amélioration de notre rémunération par une revalorisation régulière de la valeur du point d’indice indexée sur l’évolution des prix.
- Un rattrapage progressif des pertes de pouvoir d’achat depuis 2010.


RAISON N°3 : Le retour du jour de carence est injuste et inefficace !



INJUSTE !
Pourquoi s’aligner sur la minorité des salariés du privé qui sont concernés par la journée de carence ? Pourquoi punir les agents malades de la Fonction publique ? De quoi sont-ils coupables ?

INEFFICACE ET DANGEREUX !
Le jour de carence est inefficace. Les données comparatives pour les salariés du privé le confirment, il conduit à attendre une dégradation plus avancée de l’état de santé du salarié : les arrêts sont moins nombreux mais plus longs !

CE QUE NOUS VOULONS :
- Améliorer la qualité de vie au travail : des liens entre absences pour raison de santé et mauvaises conditions de travail sont établis.
- « Aucun jour de carence », ni dans le privé, ni dans le public !


RAISON N°4 : Notre métier doit être mieux rémunéré !



UN DÉCLASSEMENT CONTINU !
Dans les années 1980, en début de carrière, un personnel de catégorie A, comme le sont actuellement les Professeurs des écoles, gagnait mensuellement l’équivalent de 2 SMIC. Aujourd’hui, il n’en gagne plus qu’1,25.

CRISE DE RECRUTEMENT
Notre métier connait une crise de recrutement et perd, chaque année dans notre académie, de nombreux postes. Les rémunérations, notamment en début de carrière doivent être revalorisées !

CE QUE NOUS VOULONS :
- Un rattrapage progressif des pertes de pouvoir d’achat depuis 2010.
- Une refonte des grilles de rémunération.
- L’accès pour toutes et tous à l’échelon terminal de la hors classe.

LE 10 OCTOBRE, DANS L’UNITÉ POUR DÉFENDRE LA FONCTION PUBLIQUE !
TOU-TES EN GREVE !


 

24 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 93, Bourse Départementale du Travail, 1 place de la Libération, 93016 BOBIGNY cedex - Tel : 01.48.96.36.11 - Fax : 01.48.96.36.80 - email : snu93@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis, tous droits réservés.