www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Evaluation des élèves 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
17 janvier 2017

LSU :
NON à la marche forcée !


Nouveau courrier du ministère précisant les conditions d’utilisation du LSUN.

En réponse aux questions posées par le SNUipp-FSU, le directeur de cabinet de la ministre a apporté de nouvelles précisions notamment sur les conditions d’utilisation du LSUN.






Première réponse du ministère.
Nouveau RDV du SNUipp-FSU au ministère en janvier.


Position du conseil national du SNUipp-FSU des 15 et 16 novembre 2016 :
Engagé à marche forcée, sans retour d’expérimentations, sans accompagnement, sans garantie sur la confidentialité, le LSU qui interroge l’évaluation en lien avec les programmes n’apparaît pas en adéquation avec la réalité des écoles. En aucun cas le LSU ne doit être un outil qui permettrait de surveiller, ficher, comparer élèves, enseignant-es mais aussi écoles, ni représenter une surcharge de travail pour les enseignant-es et des directrices et directeurs. Le SNUipp-FSU continue de porter sa demande de moratoire. Il soutiendra les collègues qui ne renseigneront pas LSU, préférant les outils qui leur semblent les plus appropriés et portera en janvier auprès du ministère toutes les remontées de terrain.

Le SNUipp-FSU a déjà obtenu des avancées lors de sa première interpellation de la ministre :
« Enfin, le livret scolaire, dans ses différentes composantes, est obligatoire à compter de l’année en cours. Les bilans périodiques, en particulier, remplacent, pour le premier degré, les livrets de compétences utilisés jusque-là. En revanche, ces bilans, à condition qu’ils comprennent tous les éléments de contenu prévus dans les annexes de l’arrêté précisé, peuvent, dans un premier temps, ne pas être complétés sous sa forme numérique. Seul le "déversement" des bilans de fin de cycle dans le LSUN, et notamment en fin de cycle 2, est totalement incontournable. »

Cadrage de la Directrice générale de l’enseignement scolaire au sujet des bilans périodiques et de l’utilisation d’une autre application.
Lire le texte ...


Réponse complète du chef de cabinet de la ministre au courrier du SNUipp-FSU.





Le 7 octobre 2016

Dès le CSE du 15 octobre 2015, le SNUipp-FSU avait émis de nombreuses réserves sur ce livret numérique concernant la confidentialité des données, l’intérêt pédagogique et la charge de travail accrue pour les enseignants.

Par ailleurs, alors qu’une phase test a eu lieu au printemps dernier, les remarques des collègues concernés n’ont fait l’objet d’aucun retour et aucun bilan ne nous a été transmis.

Enfin, la circulaire ministérielle précisant l’ensemble des principes et des modalités de sécurisation de ce dispositif n’est toujours pas parue.

Ce sont les raisons pour lesquelles le SNUipp-FSU a refusé de voter l’arrêté réglementant le LSUN lors du CSE jeudi dernier.

Le SNUipp-FSU a rappelé ses plus vives réserves sur le LSUN concernant :

- son intérêt pédagogique et son efficacité dans la communication auprès des familles notamment celles les plus éloignées de l’école.

- la confidentialité des données et leur conservation à long terme : Quelles sont les modalités de transmission et d’accès des représentants légaux et l’expression de leur consentement ? Quelle est la durée de conservation et le devenir du LSUN à l’issue de la classe de troisième ? Quelles sont les mesures prises pour sécuriser le dispositif ? Quelle articulation du LSUN avec le LSL du lycée et notamment quels documents et sous quelle forme seront mis à disposition des enseignants de lycée des données qui en sont issues ? Est-il envisagé une utilisation statistique de ces données ? Quelles sont les personnes qui seront habilités à renseigner, modifier, consulter le LSUN et les modalités de cet accès ?

- les avancées en termes d’évaluation plus « positive ».

- l’appropriation par les élèves eux-mêmes de l’avancée de leurs apprentissages.

- la vision dynamique des apprentissages : évaluation sommative ou mesure de progrès ?

- l’impact de cet outil sur les pratiques pédagogiques : permet-il de les faire évoluer, les fige-t-il ou les fait-il régresser ?

- le principe de liberté pédagogique : comment s’inscrivent des pédagogies plus alternatives (ICEM, GFEN, pédagogie institutionnelle…) dans ce nouveau dispositif ?

- la régularité des transmissions aux parents est-elle compatible avec la liberté réaffirmée des enseignants ?

En conséquence, le SNUipp-FSU a demandé un moratoire et la publication du bilan de la phase test opérée par le ministère au printemps dernier. Un courrier en ce sens a été envoyé à la Ministre.

Lettre adressée à la ministre

 

35 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 93, Bourse Départementale du Travail, 1 place de la Libération, 93016 BOBIGNY cedex - Tel : 01.48.96.36.11 - Fax : 01.48.96.36.80 - email : snu93@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis, tous droits réservés.