www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Carrières et Rémunération 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
5 décembre 2016

Exclus de l’ISAE :
Après le 30 novembre...


Compte-rendu

Afin d’obtenir le versement de l’ISAE pour ceux et celles qui ne la touchent pas ou l’assurance pour chaque collègue d’obtenir une revalorisation équivalente, le SNUipp-FSU a rassemblé dans le cadre d’une journée d’action nationale l’ensemble des « exclus de la revalorisation » ce mercredi 30 novembre. Coordonnateurs ULIS, enseignants référents, enseignants de SEGPA, d’EREA, coordonnateurs REP, enseignants en prison …ont répondu à notre appel en se rassemblant à Paris devant le ministère ou en participant à des initiatives départementales.

Le SNUipp-FSU avait obtenu au printemps l’ouverture de nouvelles discussions et dans ce cadre, une délégation a été reçue par des représentants du cabinet de la ministre et de la DGRH.

Nous avons rappelé nos revendications au ministère en indiquant qu’il ne saurait y avoir de traitement différent parmi les enseignants du 1er degré, quel que soit leur lieu d’exercice et les fonctions exercées. La création de l’ISAE ainsi que son augmentation ont participé d’une première prise en compte du déclassement salarial des professeurs des écoles. Il n’est pas admissible que ce signal ne soit pas donné à tout le monde. D’autant que la Ministre s’est adressée par deux fois à l’ensemble de la profession pour annoncer le triplement de l’ISAE et son alignement sur la part principale de l’ISOE des enseignants du second degré.

La réalité est tout autre :
• Du fait de la suppression de l’indemnité spéciale (1568 € annuels), remplacée par l’ISAE, certains enseignant-es, exerçant en EREA, SEGPA ou ULIS vont perdre annuellement 368 €. Cela ne répond pas à la reconnaissance de la spécificité de l’exercice dans le second degré et à la faible attractivité de ces postes.
• D’autres connaîtront des augmentations inférieures à 1200€, en vertu du même principe de substitution d’indemnités ; c’est par exemple le cas des enseignant-ts référents ou du fait d’un service partagé comme les PEMF.
• Les Secrétaires de CDOEA, les enseignants mis à la disposition des MDPH, ceux exerçant en milieu pénitentiaire, en classe relais ou en centre éducatif fermé, enseignants affectés au Cned, en ERDP, au CRDP ou dans le réseau Canopé, enseignants en PACD et PALD, des coordonnateurs REP, les conseillers pédagogiques, … ne perçoivent rien.
• Enfin, si certains collègues se verraient attribuer une indemnité de fonctions particulières comme les animateurs TICE, elle ne sera versée qu’à partir de septembre 2017, un an après leurs collègues.

Pour tous ces collègues, le SNUipp-FSU revendique une équité de traitement et continue de demander la révision de leur situation afin de leur permettre de bénéficier de la même revalorisation que la grande majorité de leurs collègues, et ce, avec effet rétroactif au 1er septembre.

Car au vu de l’article 2 du décret du 31 août 2013, qui précise que « l’attribution de cette indemnité est liée à l’exercice effectif des fonctions enseignantes et de direction y ouvrant droit, en particulier au suivi individuel et à l’évaluation pédagogique des élèves, au travail en équipe et au dialogue avec les familles », il n’y a pas lieu d’exclure un-e enseignant-e de l’ISAE ou à défaut d’une revalorisation équivalente.

Les représentants du ministère nous répondent en terme de choix budgétaires. Alors que nous estimons que cela reviendrait à 24 millions d’euros soit 2% du montant total des indemnités versées.

Cette réponse qui met sur la touche 15000 collègues est toujours inacceptable et le SNU soutiendra tous les personnels qui d’ores et dèja se mobilisent : les enseignants en SEGPA, les référents dont le délai de remise des enquêtes DGESCO serait reporté aux vacances de Noël ou les animateurs Tice qui réclament à juste titre un versement à partir de septembre 2016.

Le SNUipp proposera de nouvelles actions pour tous les personnels concernés pour continuer de peser sur la décision du ministère.



Le 25 novembre 2016
Après avoir obtenu la réouverture des discussions sur le versement à tous les enseignants de l’ISAE ou l’équivalent d’une revalorisation de 1200 euros, il n’est pas acceptable que 15 000 collègues en soient encore exclus. En effet, le ministère refuse d’inscrire plusieurs catégories de collègues dans la liste des bénéficiaires de l’ISAE (les secrétaires de CDOEA, les enseignants mis à la disposition des MDPH, ceux exerçant en milieu pénitentiaire, en classe relais ou en centre éducatif fermé, les enseignants affectés au Cned, en ERDP, au CRDP ou dans le réseau Canopé, en PACD et PALD, les coordonnateurs REP, les conseillers pédagogiques).

Pour d’autres, il remplace une indemnité existante par l’ISAE ou crée une nouvelle indemnité en remplacement de celle actuellement touchée. Ainsi, certains personnels sont perdants ou ne bénéficient que d’une revalorisation partielle : enseignants en SEGPA/EREA et ULIS, enseignants référents. Par ailleurs, les PEMF ne perçoivent qu’une partie de l’ISAE.

Nous avons exprimé notre soutien aux actions initiées par différentes catégories de personnels, parfois de manière unitaire.
Cette unité est nécessaire pour rassembler et créer un rapport de force de nature à obtenir une revalorisation à hauteur de 1200 euros pour l’ensemble des personnels.
C’est pourquoi nous nous sommes adressés aux autres organisations syndicales en leur proposant un rendez vous pour envisager un cadre d’action national rassembleur pour les « oubliés » de l’ISAE ou ceux dont la revalorisation est inférieure à 1 200 euros.
Nous proposons l’organisation d’une journée d’action nationale avec un rassemblement à Paris le 30 novembre prochain. Nous demanderons une entrevue à la ministre de l’Education nationale pour faire valoir la situation de chaque catégorie de personnels.

Si vous souhaitez participer à cette journée de mobilisation, adressez un mail à snu93@snuipp.fr.



Le 7 octobre 2016

Les oubliés de l’ISAE : pour une revalorisation pour tous !

Le SNUipp-FSU demande à ce qu’aucun enseignant ne soit exclu d’une revalorisation de salaire, que ce soit le versement de l’ISAE ou d’une indemnité d’un montant équivalent.


Depuis la rentrée, la majorité des professeurs des écoles percevront l’ISAE revalorisée à 1 200 € brut annuels. Dès les premières annonces, le SNUipp-FSU a dénoncé le fait que certains personnels en étaient exclus.
Même si aujourd’hui, le régime indemnitaire a été partiellement revu pour une partie d’entre eux, il reste encore des injustices.

Qui sont les exclus de la revalorisation ?
Aujourd’hui, certains personnels ne bénéficient que d’une revalorisation partielle, d’autres sont perdants : enseignants en SEGPA/EREA et ULIS, enseignants référents. Les PEMF ne perçoivent qu’une partie de l’ISAE.

D’autres personnels sont totalement oubliés de la revalorisation : les secrétaires de CDOEA, les enseignants mis à la disposition des MDPH, ceux exerçant en milieu pénitentiaire, en classe relais ou en centre éducatif fermé, les enseignants affectés au Cned, en ERDP, au CRDP ou dans le réseau Canopé, en PACD et PALD, les coordonnateurs REP et les conseillers pédagogiques.

Des actions pour obtenir une revalorisation pour tous
Aucun enseignant ne doit être exclu d’une revalorisation de salaire, que ce soit par le versement de l’ISAE ou celui d’une indemnité d’un montant équivalent.

Le SNUipp-FSU soutient les actions initiées par les différentes catégories de personnels, notamment celle des enseignants référents qui ont annoncé qu’ils ne feront pas remonter l’enquête lourde.

Il appellera également à des initiatives dans les départements avec les personnels concernés.

Une journée d’action nationale
Le SNUipp-FSU s’adresse à toutes les organisations syndicales du premier degré pour organiser une journée d’action nationale la plus unitaire possible avec un rassemblement à Paris durant le mois de novembre.

 

28 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 93, Bourse Départementale du Travail, 1 place de la Libération, 93016 BOBIGNY cedex - Tel : 01.48.96.36.11 - Fax : 01.48.96.36.80 - email : snu93@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis, tous droits réservés.