www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Carrières et Rémunération 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
2 juin 2016

Carrière, rémunérations :
Enfin l’ISAE à 1 200 euros
Pour tou-tes les exclu-es de l’ISAE :
ACTION !

Enseignants en SEGPA, en EREA, en ESMS, animateurs TICE, formateurs... l’ISAE doit être versée à tous les professeurs des écoles.
Envoyez un mail à la ministre !




Finalement le groupe de travail "indemnités des PE" initialement programmé le 2 juin aura lieu le 16 juin. Promis depuis des mois, il doit examiner la situation indemnitaire, aujourd’hui dépassée, pour certaines fonctions exercées par les PE.

Voilà des mois que le dossier indemnitaire des certaines fonctions (enseignants en SEGPA, en EREA, en ESMS, animateurs TICE...) restait en souffrance. Après plusieurs relances dont plusieurs courriers unitaires, le ministère vient enfin de fixer une date de discussion pour le 16 juin prochain. Pour le SNUipp-FSU, l’objectif de cette réunion est bien de remettre à plat des régimes indemnitaires totalement dépassés et injustes. Aujourd’hui, de nombreuses fonctions indispensables à la réussite de tous les élèves sont encore écartées de toutes mesures financières notamment du bénéfice de l’ISAE à 1 200 euros par an.

Des injustices à réparer
Il en va par exemple des animateurs TICE et des enseignants référents handicap qui sont exclus de toute reconnaissance financière sous prétexte qu’ils ne sont pas devant élèves.

Il en va également des PE de SEGPA ou d’ULIS sous prétexte qu’ils bénéficient déjà des heures de coordination et de synthèse que le ministère avait pour projet de transformer en un forfait.

Il en va de même des enseignants en milieu pénitentiaire et des conseillers pédagogiques… mais aussi des PEMF qui ne touchent pas l’intégralité de l’ISAE.

Reconnaissance indemnitaire et ISAE : il est temps d’apporter des réponses tangibles à l’ensemble de ces personnels. Afin de peser avant cette réunion du 2 juin, participez à notre initiative qui appelle les« exclus de l’ISAE » à écrire à la ministre pour obtenir son versement à toutes et tous.



Le 09 mai 2016

Alors que la ministre de l’Éducation nationale écrit à tous les enseignants du premier degré pour les informer que le montant de l’ISAE sera désormais de 1 200 euros, le SNUipp-FSU lui rappelle que nombre d’entre eux ne bénéficient toujours pas de cette indemnité et lui demande de réparer cette injustice. L’ISAE, à 1 200 euros, ce doit être pour toutes et tous !

Si la décision de porter le montant de l’ISAE à 1 200 euros par an constitue une avancée importante et légitime vers la reconnaissance professionnelle des enseignants du primaire, il reste qu’un certain nombre d’entre eux ne bénéficient toujours pas de cette indemnité. C’est le cas notamment des enseignants de SEGPA, d’EREA, d’ERPD, d’ULIS collège et de classes relais ainsi que des conseillers pédagogiques, des enseignants référents, des animateurs TICE, ou encore de ceux qui exercent en milieu pénitentiaire. Dans un courrier adressé à la ministre de l’Éducation nationale, le SNUipp-FSU lui demande « d’harmoniser la situation de tous les professeurs des écoles et instituteurs afin que tous, quelles que soient leurs fonctions, perçoivent l’ISAE à 1 200 euros par an. »





Paris, le 03 mai 2016

Le SNUipp-FSU se félicite que l’ISAE soit enfin portée à 1 200 euros dès la rentrée 2016. Il demande néanmoins qu’elle soit versée à tous les enseignants des écoles et rappelle que le dossier de la revalorisation reste sur la table.

Communiqué

C’est maintenant officiel. Après une trop longue attente, l’indemnité de suivi et d’accompagnement des élèves (ISAE) va être augmentée de 800 euros dès la rentrée 2016. C’est ce que demandait le SNUipp-FSU.

Le gouvernement a fait le bon choix en portant l’ISAE à 1200€ annuels, à égalité de l’indemnité du second degré (ISOE), soit l’équivalent de 80€ net par mois dès septembre. Cela constitue une avancée importante vers la reconnaissance de l’engagement professionnel des enseignants du primaire qui s’investissent sans compter pour la réussite de leurs élèves. C’est un geste légitime de reconnaissance : « À qualification égale, rémunération égale ».

Pour obtenir gain de cause, il aura fallu que les personnels, à l’appel du SNUipp-FSU, multiplient les initiatives et les actions : lettre à la ministre signée en novembre 2015 par plus de 51 000 collègues, journée de grève le 26 janvier suivie par plus de 100 000 collègues, lettre au Premier ministre signée en 4 jours par plus de 23 000 enseignants et remise à Matignon le 22 mars. Le SNUipp-FSU continue, par ailleurs, de demander que cette indemnité soit versée à tous les professeurs des écoles (SEGPA-EREA, enseignants référents, conseillers pédagogiques, animateurs TICE, coordonnateurs REP en totalité pour les PEMF…) et intégrée au traitement indiciaire afin qu’elle soit prise en compte dans le calcul de la pension de retraite.

Pour autant, le déclassement salarial des enseignants des écoles n’est pas réglé et le métier souffre toujours d’un sérieux manque d’attractivité. Le SNUipp-FSU demande donc que la promesse pour 2017 de refonte des grilles de salaires aboutisse à une revalorisation substantielle de rémunération pour tous. Il faut également améliorer les carrières qui restent parmi les plus lentes des enseignants de l’Éducation nationale. À ce titre, le SNUipp-FSU demande que tous les professeurs des écoles puissent partir à la retraite en ayant accédé au dernier échelon de la hors classe.

Plus généralement, pour le SNUipp-FSU, il est également nécessaire de rattraper les pertes de pouvoir d’achat accumulées depuis des années, ce qui nécessite une forte augmentation de la valeur du point d’indice.



La nouvelle ISAE, comment ça va marcher ?

A partir de la rentrée 2016, les enseignantes et les enseignants des écoles toucheront une ISAE mensuelle d’environ 86€ net par mois. Le SNUipp-FSU détaille les modalités de versement et pointe aussi les manques.

Créée en 2013, l’ISAE était jusqu’à aujourd’hui d’un montant de 400 euros brut par an. Grâce aux actions menées avec les enseignants des écoles, elle vient d’être portée à 1 200€ brut, à égalité avec l’indemnité du second degré (ISOE). Cela constitue une avancée importante vers la reconnaissance de l’engagement professionnel des PE.

Les modalités de versement :

À partir de la rentrée 2016, l’ISAE sera versée mensuellement. Son montant brut est de 1200€, soit 100€ brut par mois. Les enseignants des écoles concernés toucheront donc dès septembre 2016 une indemnité mensuelle d’environ 86€ net. Les personnels à temps partiel percevront mensuellement la somme proportionnelle à leur quotité de service.

NB : Pour les professeurs stagiaires en charge de classe à mi-temps, les personnels en congé (maladie, maternité...), les précisions sur les montants et modalités de versement n’ont pas été encore précisées.

Intégration partielle dans les calculs pour la retraite

Dans le cadre des négociations "PPCR", une partie de cette indemnité sera intégrée dans le calcul du montant de la pension. Le SNUipp-FSU continuera de porter la demande de son intégration intégrale dans le salaire de base, sous forme de points d’indice.

Des personnels toujours oubliés

Plus de 15 000 enseignants du primaire ne bénéficient toujours pas de l’ISAE : ceux qui exercent SEGPA-EREA, les enseignants référents, les conseillers pédagogiques, les animateurs TICE ou sciences, les coordonnateurs REP. Les maîtres formateurs ne la touchent pas en totalité. Pour le SNUipp-FSU, cette indemnité doit bénéficier à tous nos collègues sans exclusive. C’est cette exigence qu’il va continuer de porter auprès du ministère dans les prochains jours.





Le 15 avril 2016

La ministre laisse entendre une augmentation de l’ISAE : pour le SNUipp-FSU, celle-ci doit atteindre les 1200€ de l’ISOE et être versée à tous les PE avant la fin du quinquennat.

Après 2013 et la création d’une indemnité de suivi et d’accompagnement des élèves (ISAE) d’un montant de 400 euros, une seconde marche pourrait être gravie à la rentrée 2016, avec son doublement. C’est en tout cas l’hypothèse avancée par le journal Les Echos suite aux déclarations répétées de la ministre qui promet d’augmenter les rémunérations des enseignants du primaire.

Pour autant, à ce jour, rien n’est encore fait comme vient de le confirmer le cabinet de la ministre au SNUipp-FSU. Si le sujet est bien sur la table, Matignon ne l’a toujours pas arbitré.

Il est temps de mettre fin à cette inégalité de traitement une bonne fois pour toute.

Mais là où le bât blesse surtout, c’est que l’égalité avec l’ISOE du second degré n’est toujours pas acquise. Or, pour le SNUipp-FSU, porter l’ISAE à 1 200 euros pour toutes et tous avant la fin du quinquennat reste plus que jamais notre objectif. Ce ne pourra pas être moins et cette question ne peut pas être renvoyée à un éventuel engagement de l’État au delà de 2017. C’est une fois de plus le message que nous venons de faire passer auprès de Matignon et du ministère de l’Éducation nationale dans la lignée des différentes initiatives que nous avons menées avec les personnels sur le sujet :

- une grève le 26 janvier dernier,
- une lettre pétition à la ministre signée par plus de 50 000 collègues
- et une lettre au Premier ministre signée en quatre jours par plus de 23 000 enseignants et enseignants des écoles et portée à Matignon le 22 mars dernier.

Le SNUipp-FSU vous propose de suivre la négociation au fur et à mesure de son évolution.




23 000 signatures à Matignon

Le mardi 22 mars, le SNUipp-FSU était reçu à Matignon pour remettre la lettre adressée au Premier ministre lui demandant une véritable revalorisation de nos salaires, lettre que plus de 23 000 enseignants des écoles ont signé en quatre jours.


Le message est clair : « On ne relâche pas la pression ». Le rendez-vous salarial du 17 mars dernier et le dégel du point d’indice n’ont pas réglé le contentieux salarial, dû à notre trop faible rémunération.

Les discussions sur les parcours professionnels, les carrières et les rémunérations (PPCR) vont s’ouvrir prochainement dans l’Éducation nationale. Elles doivent aboutir à une réelle amélioration de nos salaires et de nos carrières. A ce titre, il faut régler une bonne fois pour toute la question de l’ISAE qui doit être portée à égalité des 1 200 euros de l’ISOE, d’ici la fin du quinquennat, et garantir l’accès de toutes et tous à la hors-classe.





Le SNUipp-FSU propose à tous les collègues de s’adresser au Premier ministre pour que la revalorisation des salaires des enseignants du primaire soit une priorité. Le 22 mars, nous irons porter publiquement cette lettre à Matignon avec l’ensemble de vos signatures.

RASSEMBLEMENT mardi 22 mars, à 12h, au ministère des finances (place des bataillons du Pacifique), métro Bercy !



Une manifestation à Paris le 22 mars est organisée par la FSU Ile-de-France à partir de 12h, métro Bercy, devant le ministère des finances (place des bataillons du Pacifique).



Cher-es collègues de Seine-Saint-Denis,

Vous le savez, le SNUipp et la FSU ont tout fait pour construire les mobilisations unitaires nécessaires pour contraindre le gouvernement au dégel du point d’indice, à des augmentations significatives de salaire et pour une ISAE à 1200 euros. Après la réussite de la grève du 26 janvier, l’appel au 22 mars était ainsi signé par la FSU, la CGT, Solidaires, la CFDT, la CGC, la FA-FP et l’UNSA (la seule organisation à ne pas appeler était FO).

Aujourd’hui, ce cadre unitaire, tout comme l’appel unitaire national à la grève le 22, n’existent plus :
-  La CGT et Solidaires préfèrent concentrer leurs forces sur le 31 mars,
-  Les autres considèrent que les annonces gouvernementales sur les salaires de la fonction publiques sont intéressantes.

Pour le SNUipp et la FSU 0,6% d’augmentation du point d’indice au 1er juillet 2016 et 0,6% au 1er février 2017 sont à mettre au compte de nos mobilisations, mais ne suffisent pas à rattraper les pertes salariales subies depuis 2010, année du début du gel du point d’indice !

En même temps, nous prenons acte de la dispersion syndicale pour le 22 mars. Cependant, les collègues qui seront en grève le mardi 22 mars seront couverts par notre préavis, et une manifestation régionale est quand même en cours d’organisation.

Le SNUipp-FSU 93 appelle maintenant TOU-TES les collègues à se préparer à une grève massive le jeudi 31 mars :

-  La fonction publique pourra apparaitre fortement au cours de cette journée de mobilisation unitaire nationale, et nous exprimerons notre colère face à l’insuffisance de l’augmentation décidée par le gouvernement.
-  La mobilisation contre le code du travail nous concerne directement : le 1er ministre a annoncé qu’il faudrait appliquer la même logique à la fonction publique ! En exigeant le retrait de la « Loi Travail », nous protègerons la fonction publique et les services publics, tout en refusant une société d’insécurité sociale généralisée.

Depuis le 9 mars, de nombreux collègues nous ont dit qu’ils/elles y étaient prêt-es :

TOU-TES en GREVE le jeudi 31 mars 2016 !


L’équipe du SNUipp-FSU 93



Les discussions sur les carrières et les rémunérations des enseignants des écoles vont débuter en avril à l’éducation nationale. Le SNUipp-FSU vous propose de suivre la négociation au fur et à mesure de son évolution.



15 mars 2016 : revue de détail avant l’ouverture des discussions au ministère

Les discussions sur la mise en œuvre du protocole sur les parcours professionnels, les carrières et les rémunérations dans la fonction publique (PPCR) vont s’engager. Pour les enseignants, les mesures sur les carrières et les rémunérations qui s’étaleront de 2017 à 2020 se négocient au ministère de l’Éducation nationale. Des enjeux déterminants pour les enseignants.

Le cadre de discussion
Les principales mesures envisagées pour les enseignants ont été définies dans le protocole PPCR de la Fonction publique.


- Une nouvelle grille indiciaire avec des indices relevés en début et en fin de carrière : une partie des indemnités (du niveau de l’actuelle ISAE) intégrée au traitement indiciaire.
- Un déroulement de carrière reposant sur deux grades (Classe normale et Hors Classe) que tous les enseignants ayant des carrières complètes devraient parcourir entièrement.
- Un échelon de plus à la Hors-Classe (8 échelons contre 7 précédemment)
- Un avancement de carrière au même rythme pour tous.
- La création d’un 3ème grade après la Hors Classe : le GRAF.

Un certain nombre de points restent à discuter comme les modalités de passage d’un grade à l’autre, le temps de passage entre chaque échelon, les modalités d’évaluation des enseignants et des rendez-vous de carrière…

Ce que va porter le SNUipp-FSU
Pour le SNUipp-FSU, des avancées significatives pour tous les enseignants sont indispensables. Il demandera notamment :


- Un avancement à un rythme unique et le plus rapide pour tous pour passer le plus vite de la classe normale à la hors classe (il faut actuellement environ 20 ans au grand choix pour atteindre le dernier échelon de la classe normale).
- La possibilité pour tous les enseignants de terminer leur carrière à l’indice terminal de la Hors-Classe.
- Une même carrière pour tous, ce qui n’est pas prévu avec le GRAF tel que proposé qui ne serait accessible qu’à certaines fonctions (CPC, direction…) et à certains enseignants en fonction de leur mérite. Or, si certaines fonctions peuvent être reconnues par des indemnités, le SNUipp-FSU refuse le principe d’une carrière différenciée.
- Une évaluation des enseignants respectueuse des personnes, formative, dissociée de l’avancement de carrière et basée sur une observation objective des pratiques professionnelles.

ISAE : pour le SNUipp-FSU c’est 1 200 € !
L’ISAE sera également à l’ordre du jour des discussions à venir. En réponse à l’initiative du SNUipp-FSU pour l’ISAE à 1 200 euros, soutenue par plus de 50 000 enseignantes et enseignants des écoles, la ministre avait affirmé que sa revalorisation serait discutée très prochainement. Mais à ce jour, le gouvernement n’a encore décidé ni du montant de cette revalorisation, ni du principe d’une programmation conduisant aux 1 200 euros de l’ISOE du second degré. Lors des discussions à venir, le SNUipp-FSU défendra deux enjeux majeurs  : la nécessité d’augmenter l’ISAE pour relever enfin les rémunérations des enseignants du primaire, parmi les plus faibles en Europe et la transformation de cette indemnité en points d’indice, afin qu’elle soit prise en compte pour le calcul de la retraite.



Mardi 22 mars 2016 : Mobilisation unitaire dans la Fonction Publique
Pour nos salaires, c’est maintenant !


Les organisations syndicales haussent le ton : si une augmentation significative des salaires n’est pas annoncée le 17 mars par la ministre de la Fonction publique, elles appelleront à la grève le 22 mars.

Le mardi 22 mars, les organisations syndicales FSU, CGT, CFDT, CGC, FA-FP, Solidaires et UNSA appelleront l’ensemble des agents de la Fonction publique à la grève si les propositions salariales ne se traduisent pas par une augmentation significative des salaires. C’est le message porté dans l’unité auprès du gouvernement alors que la nouvelle ministre de la Fonction publique vient d’annoncer aujourd’hui que le rendez-vous salarial promis serait finalement décalé au jeudi 17 mars en raison du récent remaniement ministériel.

Pour les organisations syndicales, l’heure doit être au dégel significatif de nos salaires bloqués depuis plusieurs années.
Déjà, le 26 janvier dernier, la profession à l’appel du SNUipp-FSU avait mis la pression sur le gouvernement et porté ses exigences aussi bien en terme de revalorisation du point d’indice que d’ISAE portée à 1 200 euros et ce, dans la perspective des discussions à venir fin mars sur ce dernier sujet.

Aujourd’hui, avant même l’ouverture des négociations, le gouvernement s’entête à parler de « mesures symboliques » voire même de maintien du gel, ce qui est proprement inadmissible. Les propositions précises vont être dévoilées le 17 mars.

Sans attendre, les organisations syndicales ont décidé de déclencher un dispositif d’alerte sociale pour le 22 mars pour mettre les négociations salariales sous pression.

Le rendez-vous salarial doit déboucher sur des mesures fortes.

Dans le cas contraire, les syndicats dont le SNUipp-FSU appelleront à la mobilisation des agents de la Fonction publique et donc des enseignants des écoles à la grève le 22 mars. La balle est maintenant dans le camp du gouvernement.


Communiqué de la FSU : Depuis 2010, le point d’indice est gelé ...





Salaires de la Fonction Publique
Mardi 26 JANVIER :
TOU.TE.S en GREVE
<


Quatre bonnes raisons de faire grève le mardi 26 janvier ...



Oui, revaloriser les salaires des fonctionnaires, c’est possible !
Lire l’article ...

Pourquoi c’est le 26 janvier qu’il faut faire grève pour nos salaires ?


Parce que pour la première fois depuis 5 ans, des négociations salariales auront (enfin) lieu en février 2016 !

Bien sûr, nous avons de nombreuses autres raisons de nous mobiliser ...
Mais le 26, tous ensemble, nous faisons pression pour que les propositions ministérielles soient à la hauteur de notre situation.

Il y a des rendez-vous à ne pas manquer : pour nos salaires, c’est maintenant !
Alors le 26 janvier, tou.te.s en grève !

Le SNUipp-FSU réuni en conseil national les 13 et 14 janvier rappelle son opposition au SMA et sa consigne de non déclaration d’intention de faire grève qui sera réaffirmée auprès du ministère. Voir l’article...


Ci-dessous et ci-contre le communiqué unitaire de l’intersyndicale de la Seine-Saint-Denis.

Communiqué unitaire Seine-Saint-Denis
26 janvier 2016
Grèves et manifestations pour un service public de qualité et
une nette augmentation du pouvoir d’achat

Les organisations syndicales FSU 93, FNEC FP FO 93, CGT Educ’action 93 et CNT Education 93 estiment que, si la négociation salariale qu’elles réclament depuis plusieurs années est bien confirmée pour le mois de février, elle ne se présente pas dans de bonnes conditions.

En effet, en faisant adopter une loi de finances et une loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2016 avec quasiment aucune marge de manœuvre pour une augmentation générale des traitements, le gouvernement annonce la couleur : la politique d’austérité continue…. et ce n’est pas la nôtre ! De surcroît, les déclarations se multiplient sur les difficultés de la relance, une croissance toujours en berne, qui laissent très mal augurer de ce rendez-vous salarial.

S’ajoutent à cela, la poursuite à une vitesse effrénée et sans réelle négociation, de nombreuses réformes (collèges, territoriales, santé…) qui, si elles sont mises en œuvres, vont avoir de nouveaux et graves impacts négatifs sur le service public rendu aux citoyens et aggraver encore les conditions de travail des personnels. L’intersyndicale 93 exige l’abrogation immédiate de la réforme du collège et l’ouverture de nouvelles négociations.

Enfin, de nombreux secteurs de la Fonction publique, pourtant essentiels au progrès social et à la population, restent confrontés à des sous effectifs absolument insupportables.
L’intersyndicale exige l’ouverture de négociations pour un plan de développement de l’Ecole en Seine-Saint-Denis.

C’est pourquoi, les organisations syndicales FSU 93, FNEC FP FO 93, CGT Educ’action 93 et CNT Education 93 appellent d’ores et déjà à faire de la journée du 26 janvier 2016, un temps fort de mobilisation, par la grève et les manifestations pour :

- une significative augmentation de la valeur du point d’indice, prenant en compte l’inflation subie depuis plusieurs années et, en particulier, depuis 2010,

- des mesures générales permettant de compenser les pertes de pouvoir d’achat,

-  le développement de l’emploi public statutaire par des créations nettes, dans les très nombreux secteurs qui en ont besoin,

- des moyens financiers à la hauteur des besoins de service public,

- la défense d’un service public de proximité garant de la cohésion sociale.

Les organisations syndicales appellent à se rassembler en Assemblée Générale selon toutes les modalités possibles ( Etablissement, ville, Ile de France...).

Voir également ci-contre, l’appel intersyndical national du 1er degré : Les organisations syndicales SNUipp-FSU, CGT ÉDUC’ACTION, SNUDI-FO et SUD-EDUCATION appellent l’ensemble des enseignants et personnels des écoles à se mettre en grève, avec l’ensemble des agents de la Fonction Publique, pour exiger une revalorisation immédiate et significative de la valeur du point d’indice, le triplement de l’ISAE et le rattrapage des pertes de pouvoir d’achat.

Lire l’article Un dégel des salaires en février ? Pas encore gagné

La grille des salaires a été actualisée au 1er janvier. Pour les enseignants du 1er degré, cette actualisation se traduira par une baisse de leurs traitements.
Lire l’article ...


Vous le savez, nos salaires sont bloqués depuis 2010 et notre pouvoir d’achat est en baisse.

⇒ Or, pour la première fois depuis cinq ans, un rendez-vous salarial pour les fonctionnaires, dont les enseignants du primaire, est prévu en février prochain.

Cet engagement n’est pas le fruit du hasard. C’est le SNUipp et sa fédération, la FSU, qui ont obtenu son inscription lors des négociations sur les parcours, carrière et rémunération (PPCR). Ce rendez-vous est aussi le fruit des mobilisations qui ont eu lieu sur le sujet ces dernières années.

⇒ Mais tout reste à faire. Maintenant, il s’agit d’obtenir une vraie revalorisation de nos salaires et pas des mesurettes.

Pour le SNUipp-FSU, deux sujets sont sur la table :
• l’augmentation de nos salaires
• l’ISAE à 1200 euros (parité ISAE/ISOE)

Or, pour le moment, sur ces deux questions prioritaires pour les enseignants des écoles, le gouvernement a prévu très peu de marges de manœuvre budgétaires.
Il est donc nécessaire d’agir tous ensemble pour qu’il desserre la ceinture !
Pour peser sur les discussions à venir, nous devons nous faire entendre en nous mobilisant le 26 janvier pour regagner, tous ensemble, du pouvoir d’achat.

DANS LA FONCTION PUBLIQUE POUR UN VRAI DÉGEL DE NOS SALAIRES
Conséquence de PPCR, le ministère de la Fonction publique va faire des propositions pour les salaires des fonctionnaires. Après six années de gel du point d’indice et de hausse des cotisations retraites, le passif est lourd, et équivaut à une perte de 8% du salaire mensuel soit 193 euros par mois pour un PE au 8èmes échelon. Sans compter qu’au 1er janvier de cette année, une nouvelle augmentation des cotisations retraites de 0,4% provoque une perte de 10€ par mois pour un salaire mensuel de 2458€ (en 2016, la perte cumulée s’élève à plus de 40 euros mensuels).

Sauf que pour l’heure, le gouvernement n’a pas encore budgété le « dégel » et qu’ il privilégierait une hypothèse basse de revalorisation.

Obtenons du gouvernement qu’il revoie à la hausse son scénario de départ et qu’il augmente significativement la valeur du point d’indice.

DANS L’ÉDUCATION NATIONALE, POUR UNE ISAE À 1200 EUROS ANNUELS À PARITÉ AVEC L’ISOE
En réponse à l’initiative du SNUipp-FSU pour l’ISAE à 1200 euros, soutenue par plus de 50000 collègues, la ministre a affirmé que la revalorisation de l’ISAE serait discutée en février-mars dans le cadre du rendez-vous salarial.

Sauf que le gouvernement n’a encore décidé ni du montant de cette revalorisation, ni du principe d’une programmation conduisant aux 1200 euros comme l’ISOE du second degré. Là encore, c’est l’hypothèse basse qui circule  : un coup de pouce de 200 euros supplémentaires et c’est tout.

Exigeons du gouvernement plus d’ambition pour augmenter les salaires des enseignants du primaire, parmi les plus faibles en Europe : une ISAE à 1 200 euros/an pour tous avant la fin du quinquennat.




TOUS LES FONCTIONNAIRES DANS L’ACTION
Ce 26 janvier, ce sont les personnels des trois versants de la Fonction publique (État, Hospitalière et Territoriale) qui sont appelés à se mobiliser pour les salaires. FSU, CGT, Solidaires et FO sont engagés dans cette journée de mobilisation.
Grèves, manifestations et rassemblements sont programmés dans tout le pays.


 

28 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 93, Bourse Départementale du Travail, 1 place de la Libération, 93016 BOBIGNY cedex - Tel : 01.48.96.36.11 - Fax : 01.48.96.36.80 - email : snu93@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis, tous droits réservés.