www.snuipp.fr

SNUipp/FSU 93 Seine Saint Denis

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Carte Scolaire 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
9 septembre 2016

Carte scolaire
CTSD du 5 septembre :
Compte-rendu

Les mesures : 23 ouvertures et 12 fermetures de classes.

CTSD du 5 septembre 2016

Le SNUipp-FSU 93 a porté toutes les situations que les équipes d’écoles nous avaient fait parvenir.
Les échanges avec le DASEN ont été intenses, mais constructifs : nous obtenons au final 23 ouvertures de classes (ou annulations de fermetures du 4 juillet). Le DASEN procède cependant à 12 fermetures. C’est pourquoi le SNUipp-FSU 93 a quand même voté contre l’ensemble des mesures avec 3 voix, et en abstention avec 1 voix. Les mesures s’appliquent immédiatement, il n’y aura pas de CTSD de « repli ».

Pour les mesures :
cliquez ici

Rectificatif : Circonscription de Montreuil 1, l’ouverture actée à l’élémentaire Nanteuil ne pourra se faire faute de locaux disponibles.

Déclaration du SNUipp-FSU 93 :

La déclaration du SNUipp-FSU 93 au CTSD de juin dernier commençait par une alerte de la Ligue des Droits de l’Homme relative à la possible interdiction de manifester qui menaçait les organisations syndicales, et qui s’ajoutait aux débats parlementaires empêchés par l’utilisation du 49.3.

Cette rentrée est marquée notamment par la décision politique très grave de la ministre du travail d’autoriser le licenciement du délégué CGT d’Air France, décision qui s’oppose à l’annulation du licenciement par l’inspection du travail… Les élus de la République choisissent donc la répression syndicale quitte à discréditer les institutions. Nos inquiétudes exprimées en juin sur le fonctionnement démocratique de notre société sont donc renforcées.

Le monstrueux attentat de Nice, et l’assassinat du prêtre de Saint-Etienne du Rouvray, cet été, ont endeuillé la France et jettent une ombre d’inquiétude et de tension fortes sur cette rentrée. Nous avons pleinement conscience de la nécessité d’une vigilance accrue de tous, et vous alertons sur les craintes qui peuvent peser sur les équipes dans les écoles. Nous espérons que nos collègues seront étayés et soutenus sur l’ensemble des problématiques des écoles tout au long de l’année, afin qu’au bout du compte les élèves continuent de se sentir en sécurité à l’école parce qu’accueillis par des adultes les plus sereins possible.

Mais les discours politiques sur la guerre contre le terrorisme et l’instrumentalisation des peurs légitimes de la population sont aussi là pour masquer une sorte de guerre contre le mouvement social et les organisations syndicales, et pour empêcher surtout les nécessaires débats sur les choix politiques, économiques et sociaux qui sont faits, à quelques mois des prochaines élections présidentielles.

Le SNUipp-FSU ne l’accepte pas. Nous appelons d’ores et déjà nos collègues à participer à la journée de grève et de manifestation contre la loi Travail du 15 septembre. Tout comme nous construirons avec nos collègues, dans les semaines qui viennent, toutes les actions encore nécessaires pour une école qui respecte les élèves et les enseignants.

Car quelle rentrée vivons-nous en Seine-Saint-Denis ?

Peut-être, enfin, une rentrée « normale », où les remplaçants ne sont pas tous mobilisés dès le 1er jour de classe ! Nous apprécions à sa juste valeur cette situation, comme nous saluons le travail de vos services, Monsieur le directeur académique, pour organiser la rentrée dans ce département hors normes, qui accueille par exemple 1400 stagiaires.

Pour autant, comment est la rentrée dans les classes ?

Les seuils d’ouverture de classe ne sont pas suffisamment respectés, et les effectifs augmentent. Les postes de RASED, qui étaient 190 à avoir été supprimés entre 2007 et 2012, ne sont que 16 à être recréés, ce qui n’est que très peu perceptible dans les 826 écoles du département.

Comment est la rentrée pour les équipes ?

Le collectif de travail a été mis à mal, d’abord par l’annualisation des 108h du ministre Darcos, puis par la réforme des rythmes scolaires. Il est temps de soutenir les équipes qui doivent retrouver des dynamiques d’élaboration collective. Pour cela, le SNUipp-FSU revendique la suppression des APC. Nous demandons aussi que les équipes qui ont un maître supplémentaire ne soient pas entravées par des injonctions de projets à rédiger et de comptes à rendre, mais qu’elles aient véritablement le temps de l’interrogation, du tâtonnement et des essais.

Comment est la rentrée du côté de la formation ?

Madame la rectrice s’engage à ce que les formateurs du 93 n’aient que 6 stagiaires à suivre. Ce serait positif si tou-tes les formateurs étaient des collègues titulaires du CAFIPEMF. Par ailleurs, dans les évolutions à venir, nous demandons que les PEMF puissent prioriser l’amélioration de l’accompagnement des stagiaires : cet accompagnement est indispensable à la construction du professionnalisme de nos collègues en formation initiale.

Pour finir, nous allons examiner, au cours de ce CTSD d’ajustements, les ouvertures et peut-être des fermetures de classes à opérer quelques jours après la rentrée.

Pour le SNUipp-FSU, un accompagnement satisfaisant des équipes par l’institution passe clairement par les ouvertures de classes partout où les seuils en vigueur depuis 1998 sont dépassés. Il passe aussi par le fait de ne procéder à aucune fermeture s’il n’y a pas eu effondrement des effectifs pendant l’été. En effet, contraindre toute une école à réorganiser l’ensemble de sa structure, et donc obliger l’ensemble des élèves et des enseignants à refaire la rentrée, ne peut se justifier que dans des situations très particulières. Les discours officiels insistent sur la bienveillance due aux élèves ; nous rappelons que cette bienveillance commence par la manière dont l’institution traite les écoles et les équipes.



Le 2 septembre

Le CTSD (comité technique spécial départemental) d’ajustements, qui décidera des ouvertures et fermetures de classes de rentrée, se tiendra ce lundi 5 septembre 2016 après-midi.

Pour que nous puissions porter vos demandes, envoyez-nous vos chiffres dès que vous les aurez vérifiés. Nous invitons toutes les écoles qui ont des effectifs au-dessus des seuils à cette rentrée, à demander très rapidement un comptage de l’IEN afin que tous les éléments nécessaires parviennent à la DSDEN avant le CTSD d’ajustements.

Merci de nous tenir informés de vos mobilisations et/ou des mobilisations des parents d’élèves, contactez-nous pour toute difficulté. Ci-dessous et ci-contre : la fiche école à nous envoyer dès que possible après vérification de vos chiffres avec la mairie.

Très bon courage à toutes et tous !

Fiche école à compléter





CTSD de carte scolaire : ajustements du 4 juillet 2016

Attention : ces mesures s’ajoutent aux mesures actées au CTSD du 29 janvier 2016.

Vous trouverez ci-dessous les mesures du CTSD d’ajustements du 4 juillet 2016 :

-  La liste des ouvertures et fermetures de classes décidées en cette fin d’année : ici.
-  2 listes pour les PDMQDC (« Plus de maîtres que de classes ») : ici et ici.
-  1 liste de TPS (classes de moins de trois ans) : ici.
-  2 listes de « mesures complémentaires » (ASH…) : ici et ici.

Ce CTSD d’ajustements a procédé à 43 mesures négatives (fermetures et annulations d’ouvertures de classes) et 76 mesures positives (ouvertures et annulations de fermetures de classes), soit un « solde » de 33 postes ouverts.

Ce solde s’additionne aux mesures du 29 janvier, pour arriver à un TOTAL, pour la rentrée de septembre 2016, de :

-  212 ouvertures et 77 fermetures de classes (solde : + 135 classes),
-  les décharges de direction restent améliorées dans le 93,
-  110 postes de remplaçants,
-  20 postes de BD REP+,
-  41 postes pour les décharges des formateurs,
-  114 « plus de maîtres que de classes »,
-  20 TPS,
-  7 UPE2A,
-  4 postes de CPC,
-  14 postes pour les enfants en situation de handicap,
-  16 postes de RASED.

Rapide bilan du SNUipp-FSU 93 pour ce CTSD du 4 juillet :
Tout d’abord, près de 20 écoles, qui se sont signalées auprès du SNUipp-FSU 93 comme étant au-dessus des seuils d’ouvertures de classes, n’ont pas la mesure demandée. Cela signifie qu’au CTSD de septembre, il sera vraisemblablement nécessaire d’ouvrir des classes dans de nombreuses écoles, obligeant les équipes à se réorganiser complètement après la rentrée scolaire : structure de classes, répartition des élèves, organisation matérielle, etc. Pour le SNUipp-FSU 93, c’est un très mauvais choix, la recherche d’économie de postes met des écoles en difficulté à chaque rentrée scolaire.

Nous invitons toutes les écoles qui auront des effectifs au-dessus des seuils en septembre, à demander un comptage de l’IEN dès la rentrée, et à nous transmettre leurs chiffres avant le CTSD d’ajustements qui se tiendra très rapidement après la rentrée. Des mobilisations seront sans doute nécessaires partout où les effectifs dépasseront les seuils d’ouvertures de classes.

Pour les « plus de maîtres que de classes », nous avons trouvé affligeant que le DASEN refuse l’attribution de quelques postes demandés par des équipes qui s’étaient projetées dans ce dispositif pour la prochaine rentrée, avec des collègues volontaires. En effet, si 3 ou 4 remplaçants de plus ou de moins ne changent pas beaucoup la situation du non-remplacement dans les 821 écoles du département, 1 poste de « maître supplémentaire » peut, par contre, transformer profondément la manière de travailler, particulièrement en REP+, ou encore dans une école de 19 classes en REP comme c’était le cas des écoles qui demandaient ces postes.

Enfin, le RASED reste le grand absent de cette carte scolaire : la Seine-Saint-Denis avait vu 190 postes supprimés entre 2007 et 2012, nous n’en retrouvons que… 16 !

En conclusion : nos mobilisations nous ont permis d’obtenir 503 postes pour la rentrée 2016 pour les écoles maternelles et élémentaires de Seine-Saint-Denis. Nous allons continuer à construire les mobilisations dont nous avons besoin pour que des dotations au moins comparables continuent d’être attribuées à notre département dans les années qui viennent !

Article du Parisien sur la carte scolaire ici.



Le 24 juin 2016

Déclaration du SNUipp-FSU 93

« La menace du gouvernement d’interdire la manifestation organisée par plusieurs syndicats le 23 juin constitue une atteinte aux libertés publiques inacceptable.
Les organisations syndicales ne sont pas susceptibles de créer un trouble à l’ordre public. Croire, dès lors, que le gouvernement ne serait pas en mesure de faire face à d’éventuels perturbateurs relève de l’alibi.
Le droit de manifester est une liberté publique essentielle, et la restreindre en même temps que le gouvernement a empêché le débat parlementaire d’aller jusqu’au bout et se prépare à recommencer, revient à porter directement atteinte à la vie démocratique de ce pays.
Si le gouvernement persiste dans ses intentions, la LDH appellera à soutenir l’action des organisations syndicales au nom de la défense des libertés publiques. »


Ce communiqué de la Ligue des Droits de l’Homme du 21 juin dit mieux que nous ne saurions le faire, où nous conduit en ce moment le refus du gouvernement d’entendre l’opposition à la Loi Travail de la majorité de la population.
Nous vivons une crise politique grave. Le gouvernement fait le choix de mettre en danger la vie démocratique de notre pays plutôt que de renoncer à sa volonté de détruire le code du travail, qui protège les travailleurs, pour servir les oligarchies financières plutôt que le peuple qui l’a élu.

C’est dans ce contexte que le SNUipp et la FSU 93 souhaitent interroger la notion de « dialogue social ».
Suffit-il, pour mettre en œuvre le dialogue social, d’écouter patiemment ce que les experts du terrain vous apportent comme éléments d’informations et d’explications, puis de décider des ouvertures et des fermetures de classes sans tenir compte de ces éléments ?

Le SNUipp-FSU 93 vous a adressé, à l’issue du groupe de travail du 17 juin, et après réception de vos propositions, une liste d’ouvertures et d’annulations de fermetures absolument nécessaires, que nous complèterons aujourd’hui en séance par d’autres demandes.

Nos demandes de création d’une UPE2A à Clichy-sous-Bois, d’un poste de psychologue scolaire, de 6 PDMQDC d’équipes qui se sont investies dans l’élaboration de projets, doivent également être entendues.

La dotation en postes pour septembre est loin d’être suffisante, mais nous l’avons saluée en janvier comme étant la première depuis de trop longues années, qui ne repose pas sur une sous-estimation chronique des besoins de notre département. Nous avons dénoncé, dès le CTSD de janvier, les manques criants de cette carte scolaire : le RASED étant le très grand absent de la préparation de cette rentrée notamment.

Pour ce CTSD d’ajustement, nous nous concentrons cependant sur les ouvertures de classes nécessaires. Nous ne parlons même pas du non-remplacement qui désorganise encore aujourd’hui gravement le travail des élèves et des enseignants de Seine-Saint-Denis dans tant d’écoles. Nous demandons la prise en compte des demandes des écoles que nous avons relayées. Ces demandes reposent toutes sur le respect des seuils d’ouverture de classes en vigueur en Seine-Saint-Denis depuis 1998. Le respect de ces seuils est indispensable pour la stabilité des écoles dans un département qui cumule toutes les difficultés. Si des « marges de respiration » existent dans certaines écoles, elles doivent être considérées comme le soutien concret de l’institution aux équipes du département.

Pour le SNUipp-FSU 93, la mobilisation que nous avons construite avec nos collègues doit se poursuivre pour un plan de développement du système éducatif en Seine-Saint-Denis ! 503 postes créés, un nouveau 2ème concours, sont des mesures positives, mais pour répondre à tous les besoins, les créations et le recrutement devront se poursuivre les années suivantes. D’ores et déjà, nous demandons à la ministre d’augmenter les places aux concours supplémentaires à hauteur des 424 places perdues au concours externe. Nous vous demandons , Monsieur le directeur académique, de mettre en œuvre une formation initiale qui s’appuie sur l’une des richesses et des spécificités du 1er degré, à savoir les formateurs détenteurs du CAFIPEMF, et de ne pas recourir à des collègues non certifiés : les élèves et les futurs enseignants de ce département ont besoin de cette priorité.

Pour ce CTSD, c’est vous-même, Monsieur le directeur académique, qui avez ouvert les travaux du groupe de travail avec le vœu d’un dialogue social constructif.

Le SNUipp-FSU 93 attend maintenant de voir si les demandes exposées vont être réellement prises en compte ou non.




CTSD d’ajustement du 24 juin 2016

Au CTSD de vendredi 24 juin, toutes les organisations syndicales ont voté contre les mesures proposées par le DASEN.
Pour le SNUipp-FSU 93 :
- trop d’écoles au-dessus des seuils d’ouverture de classes restées sans réponse
- des équipes ayant renvoyé des dossiers de PDMQDC, qui n’ont pas la création du poste demandé, y compris en REP+
- 16 postes de RASED créés seulement contre 190 postes supprimés entre 2007 et 2012 : les RASED doivent être restaurés et renforcés.

Conséquences de ce vote unanime en contre :
le CTSD est reconvoqué le lundi 4 juillet à 14h !

Faites-nous parvenir tous les éléments complémentaires utiles avant cette date.



Le 17 juin 2016

COMPTE RENDU du groupe de travail carte scolaire du vendredi 17 juin de 9h à 13h, préparatoire au CTSD de vendredi 24 juin.

En ouverture, le DASEN a reconnu que les prévisions ministérielles de l’an dernier avaient été dépassées de 900 élèves en plus en Seine-Saint-Denis. Cette année, ses interventions ont fait augmenter les prévisions ministérielles.
Le DASEN annonce être dans « la préparation d’une rentrée qualitative ».
Le SNUipp-FSU 93 a demandé, au titre de cette « rentrée qualitative », que toutes les situations que nous allions présenter soient prises en compte. Nous avons affirmé qu’aucune fermeture ne devait intervenir en septembre, au vu de la déstabilisation que cela représente pour les écoles. Ce qui s’est produit par exemple à Villemomble l’an dernier ne doit pas se reproduire.
Le SNUipp-FSU 93 a exigé le respect des seuils d’ouverture de classes, en vigueur depuis 1998 en Seine-Saint-Denis : en éducation prioritaire, 23 en élémentaire et 25 en maternelle, hors éducation prioritaire, 25 en élémentaire et 27 en maternelle. Le respect de ces seuils est indispensable pour la stabilité des écoles dans un département qui cumule toutes les difficultés. Si des « marges de respiration » existent dans certaines écoles, elles doivent être considérées comme le soutien concret de l’institution aux équipes du département.

Le SNUipp-FSU a porté toutes les situations transmises par les écoles de toutes les villes du département, à savoir 65 demandes d’ouvertures de classes, 1 demande d’ouverture d’UPE2A, d’1 poste de psychologue scolaire et 11 demandes d’annulation de fermetures.

Autres problèmes soulevés par le SNUipp-FSU 93 :
-  Les doubles niveaux GS/CP peuvent être intéressants sur le plan pédagogique… à condition qu’ils soient créés à l’initiative des équipes ! Il est inacceptable que de telles structures soient imposées par des IEN dans deux circonscriptions.
-  Dans certaines circonscriptions, la carte scolaire est préparée… sans associer les équipes et les directeurs-trices ! Nous avons interpellé le DASEN pour que le travail autour de la carte scolaire soit à nouveau construit avec les principaux intéressés dans les circonscriptions concernées.
-  PDMQDC : plusieurs équipes ont présenté un projet pour le CTSD de juin, nous avons relayé leur demande de création d’un poste de maître supplémentaire.
-  Expérimentations CM2/6ème : quelques expérimentations sont en cours de construction dans le département, nous avons exigé la présentation de ces projets dans les instances. La FSU s’opposera à toute déréglementation.
-  Formation initiale 2016-2017 nous avons rappelé notre exigence que soit respecté l’ordre des priorités énoncé par le DASEN lors du conseil de formation du 27 mai dernier, pour le suivi des stagiaires de Seine-Saint-Denis en 2016-2017 :
    • priorité aux titulaires du CAFIPEMF en poste (les collègues à 1/3 ont reçu dès le 27 mai après‐midi une proposition afin d’exercer à 50% en 2016‐2017) ;
    • les titulaires du CAFIPEMF "dormants" volontaires ;
    • Les admissibles CAFIPEMF volontaires ;
    • Les titulaires du CAFIPEMF qui ne sont pas sur des missions de formateurs dans le 77, sur la base du volontariat ;
    • Ensuite seulement : les MAT et les directeurs à 66% volontaires, après avis de l’IEN.

La DSDEN nous transmettra les documents de carte scolaire pour le CTSD de vendredi 24 juin ce lundi 20 juin en fin de journée. Tou-tes les responsables de ville du SNUipp-FSU en auront connaissance, n’hésitez pas à les contacter ou à nous joindre directement au SNUipp-FSU 93.



Le 03 juin 2016
Changement de date, le Groupe de Travail préparatoire au CTSD Carte Scolaire se tiendra le vendredi 17 juin à partir de 9h.

Faites-nous parvenir votre "fiche école" avant le 13 juin 2016.



Le prochain Groupe de Travail Carte Scolaire se réunira le lundi 13 juin pour préparer le CTSD d’ajustement qui se tiendra le vendredi 24 juin.

Remplissez la fiche école ci-contre et faites-la nous parvenir avant le 08 juin ou contactez la-le responsable syndical-e SNUipp-FSU de votre ville.

Tous ensemble faisons respecter les seuils d’ouverture de classe de Seine-Saint-Denis !



le 4 février

CDEN du mardi 16 février : 4 modifications

- Transformation d’une ouverture de classe en "ouverture réservée" : maternelle Paul Bert, Coubron. Faisabilité des travaux à confirmer par la mairie.
- UPE2A :
  ♦ L’UPE2A prévue à l’élémentaire Quatremaire à Noisy-le-sec est finalement implantée à l’élémentaire Alfred de Musset.
  ♦ L’UPE2A créée à Drancy est implantée à l’élémentaire Diderot 2.

- ULIS-école de Gagny : l’ULIS-école "déficients auditif" qui devait être déplacée restera finalement pour une année encore à l’élémentaire Emile Cote.



Suite à toutes nos mobilisations, nous avons obtenu la créations de 503 postes pour les écoles de Seine-Saint-Denis, pour la prochaine rentrée de septembre 2016 !

Rentrée 2016 : 503 postes pour les écoles de Seine-Saint-Denis !
La mobilisation paie, on continue…


503 postes : cette dotation est le fruit de nos luttes !

Déclaration du SNUipp-FSU 93 au CTSD ici.

Déjà le 19 novembre 2014, à la veille d’une grève des enseignants du 93 et d’une manifestation à Paris, la ministre annonçait "9 mesures pour les écoles de Seine-Saint-Denis", avec notamment la création de 500 postes en 3 ans… Nos mobilisations : grèves et manifestations, actions avec les parents d’élèves, interpellations médiatiques, interventions dans toutes les instances… nous ont apporté :
-  240 postes dès la rentrée 2015
-  Le concours supplémentaire pour l’académie de Créteil, pour la 2ème année consécutive
-  503 postes pour la prochaine rentrée 2016 !

503 postes, tout un symbole : entre 2007 et 2012, période de suppression de 80000 postes dans l’Education nationale, les écoles de Seine-Saint-Denis ont accueilli 12000 élèves supplémentaires sans un seul poste de plus, et 500 classes avaient été ouvertes en asséchant le RASED et le remplacement.

Au CTSD de carte scolaire de ce vendredi 29 janvier 2016, le SNUipp-FSU 93 a décidé de voter en abstention pour tout à la fois, engranger le fruit de nos luttes, et en même temps porter tout ce qu’il reste à obtenir.

La mobilisation paie, on continue !

⇒ La hausse démographique se poursuit, et le SNUipp-FSU 93 exige le respect des seuils départementaux d’ouverture de classes. Nous invitons toutes les écoles qui n’ont pas eu satisfaction à ce CTSD du 29 janvier, à construire avec nous les mobilisations qui nous ferons gagner au CTSD d’ajustement du mois de juin. Contactez-nous pour les demandes d’audiences nécessaires.
Rappel : si un.e collègue doit participer au mouvement suite à une fermeture de classe, il/elle doit demander l’école en 1er vœu : ainsi, le/la collègue sera prioritaire en « retour sur poste » dans le cas de l’annulation de la fermeture en juin.

⇒ Le RASED doit être rétabli et renforcé.

Le non-remplacement doit cesser dans les écoles du département. Certes, 110 postes de remplaçants sont créés pour 2016, mais pour MAINTENANT, le SNUipp-FSU 93 continue d’exiger le recrutement des « listes complémentaires » sur les postes vacants ! Nous avons rappelé à la Rectrice que sur le plan réglementaire, rien n’empêche que ces personnels exercent à temps plein jusqu’à la fin de l’année et partent en formation l’année suivante.

⇒ Les créations de postes en Seine-Saint-Denis ne doivent pas se faire en « oubliant » les besoins du 77 et du 94 : c’est toute la dotation académique qui doit être à la hauteur des besoins des écoles de l’académie de Créteil !

La mobilisation doit se poursuivre pour un plan de développement du système éducatif en Seine-Saint-Denis ! 503 postes créés, un nouveau 2ème concours, sont des mesures positives, mais pour répondre à tous les besoins, les créations et le recrutement devront se poursuivre les années suivantes. Enfin, ces mesures doivent avoir une traduction concrète forte sur les droits des enseignants dès cette année : mobilité, temps partiels, etc.

TOUS ENSEMBLE, on continue !


Toutes les mesures de carte scolaire :

Additif du 28 janvier (modifications intégrées dans les mesures ci-dessous) : ici


- Créations et fermetures d’école : ici

- Ouvertures et fermetures de classes banales : ici

- Créations de postes pour le dispositif "plus de maître que de classe" et pour la scolarisation des enfants de moins de 3ans : ici

- Création de postes pour l’accompagnement et la formation des enseignants : ici

- Mesures pour l’ASH et le dispositif UPE2A : ici

- Création de postes pour le RASED : ici

- Mesures complémentaires : ici

Ouvertures – fermetures actées au cours du CTSD du 29 janvier 2016 (modifications intégrées dans les mesures ci-dessus) :

  • Aubervilliers : élémentaire Mathiez, 2 transferts au lieu de trois
  • Dugny : l’ouverture de la maternelle Mandela est annulée au profit de la maternelle Cachin
  • Ile Saint-Denis : élémentaire Bellil, 1 ouverture
  • La Courneuve : élémentaire Doumer, 1 ouverture
  • Saint-Denis 1 : maternelle Opaline, pas de fermeture
  • Saint-Denis 2 : maternelle Francs-Moisins, pas de fermeture
  • Saint-Denis 3 : élémentaire Calmette, pas de fermeture
  • Saint-Ouen : élémentaire Joliot-Curie 1, 1 ouverture
  • Le Blanc-Mesnil : élémentaire Curie, situation à suivre
  • Le Blanc-Mesnil : création d’un poste de CPC
  • Sevran : maternelle Crétier, situation à suivre
  • Tremblay : 1 réserve de ville (ouverture à localiser en juin)
  • Bobigny : maternelle Pasteur, pas de fermeture
  • Montreuil : élémentaire Anatole France, situation à suivre
  • Livry-Gargan : 1 réserve ville (ouverture à localiser en juin)



La totalité de ces mesures représente :
162 ouvertures et 60 fermetures de classes,
les décharges de direction restent améliorées dans le 93,
110 postes de remplaçants,
20 postes de BD REP+,
41 postes pour les décharges des formateurs,
110 « plus de maîtres que de classes »,
25 TPS,
7 UPE2A,
4 postes de CPC,
11 postes pour les enfants en situation de handicap,
15 postes de RASED.


Liste des postes pour les Plus De Maitres Que De Classes au 05 février 2016 dans le document ci-contre

Liste des 13 TPS ouvertes au CTSD du 29 janvier 2016 :

- Aulnay-sous-Bois : maternelle Pisan

- Bagnolet : maternelle Langevin

- Bobigny : maternelle Cachin

- Bondy : maternelle Claudel

- Clichy-sous-Bois : maternelle Eluard

- La Courneuve : maternelle Robespierre

- Montfermeil : maternelle J.B. Clément

- Neuilly sur Marne : maternelle La Fontaine

- Noisy-le-Grand : maternelle Jules Verne

- Pantin : maternelle La Marine

- Saint-Denis : maternelle Montjoie

- Saint-Ouen : maternelle Mandela

- Stains : maternelle Victor Hugo

Les 25 postes prévus devraient être utilisés, des démarches sont en cours sur d’autres villes.

Intervention de la FSU 93 concernant la dotation horaire pour les classes de SEGPA à la rentrée 2016




Le Groupe de travail sur la carte scolaire s’est tenu les lundi 18 et mardi 19 janvier. Des délégués de ville du SNUipp-FSU sont intervenus pour la quasi-totalité des circonscriptions afin de demander les ouvertures nécessaires mais également des postes de remplaçants, de CPC, la reconstitution du RASED à la hauteur des effectifs de 2008, etc.
Nous avons envoyé toutes nos revendications dans une lettre adressée au Directeur Académique.

Lettre au Directeur Académique des Services de l’Education Nationale



La « carte scolaire », c’est la préparation des ouvertures / fermetures de classes pour la rentrée scolaire à venir, et des ouvertures de tous les postes qui concourent au fonctionnement des écoles : RASED, remplacement, formateurs (Maîtres-formateurs, CPC, AFTICE), référents handicap et conseillers à la scolarisation, coordonnateurs REP, médiateurs prévention violence …

La phase principale de la carte scolaire se déroule en janvier :

- Dans le groupe de travail (GT) qui prépare les décisions, le SNUipp-FSU 93 fait intervenir un représentant de chaque ville pour présenter la situation et les besoins ; cette année le GT se tient le lundi 18 (journée) et le mardi 19 (matin) janvier 2016. Retournez votre « fiche-école » avant le jeudi 14 janvier soit au représentant du SNUipp-FSU de votre ville, soit au SNUipp-FSU 93.

- Un CTSD (comité technique spécial départemental) valide les ouvertures et fermetures, il se tiendra cette année le vendredi 29 janvier 2016.

Deux phases « d’ajustement » ont lieu fin juin et début septembre. Le SNUipp-FSU 93 dénonce le fait qu’un nombre de plus en plus important d’ouvertures ou de fermetures de classe ne se décide qu’au dernier moment, dans le but de réaliser des économies au détriment de l’organisation et du travail des écoles.

La mobilisation paie :

Pour mémoire, nous devions avoir, pour le 1er degré en Seine-Saint-Denis, « 500 postes sur 3 ans » (cf : « 9 mesures pour les écoles de Seine-Saint-Denis » annoncées par la ministre le 19 novembre 2014). Nos mobilisations régulières, nos interpellations médiatiques, les journées de grève où 50% des enseignants se sont impliqués, ont payé : tous ensemble, nous avons gagné 240 postes dès la rentrée 2015 ; pour la rentrée 2016, même si la dotation départementale n’est pas encore connue, nous savons maintenant que la dotation académique sera de 650 postes, contre 448 l’an dernier. Certes, les besoins des écoles de Seine-Saint-Denis sont énormes, mais notre mobilisation collective régulière, le travail des élus du personnel du SNUipp-FSU dans toutes les instances, le lien entretenu dans de nombreuses écoles avec les parents d’élèves, notre travail auprès des médias… tout cela constitue un « rapport de forces » qui nous permet de faire mieux reconnaître les besoins de l’école.

De la même manière, nous allons continuer à faire respecter les seuils départementaux d’ouverture de classes. Ces seuils n’existent dans aucun texte de loi, mais notre action à tous, reprise par les parents d’élèves, les élus locaux… fait exister ces seuils depuis 1998, et les impose comme base de discussion dans les instances, groupes de travail et CTSD. Tous ensemble, on continue : les seuils (moyenne par école d’élèves par classe) sont à 23 en élémentaire Education Prioritaire, 25 en élémentaire hors EP, 25 en maternelle Education Prioritaire, 27 en maternelle hors EP, faisons respecter ces seuils !

RASED : pour mémoire, notre département a perdu 190 postes de RASED dans la période 2007-2012, période de suppressions massives de postes à l’Education nationale et dans la fonction publique. Il est temps d’obtenir la re-création de ces postes ! Lors de cette « carte scolaire » 2016, revendiquons les postes E, G et psy dont nous avons besoin dans chaque circonscription !

Le collectif national RASED interpelle les recteurs pour des créations de postes et la relance des départs en formation.
Lire la lettre ...

Maîtres supplémentaires :

Nous nous opposons à la logique des « postes contre des projets ». Toutes les écoles en éducation prioritaire devraient avoir un poste de PDMQDC, et l’aide de l’institution pour développer ensuite un projet. La circulaire 2012-201 du 18/12/2012 ne conditionne pas la création d’un poste à l’élaboration préalable d’un projet. Par ailleurs, ces postes ne peuvent être réservés aux élémentaires REP+ : toutes les écoles en éducation prioritaire qui veulent un « maître supplémentaire » doivent pouvoir s’adresser à la DSDEN. Pour le collègue volontaire demandé par la direction académique : il nous semble évident que le conseil des maîtres peut modifier l’attribution de cette fonction après le mouvement au sein de l’équipe. Ce point notamment sera revu avec la DSDEN.



Le 11 décembre 2015
La répartition académique des 3 835 postes supplémentaires dans le 1er degré est désormais connue.


Chiffres et analyse

La répartition académie par académie des 3 835 postes* créés dans le premier degré à la rentrée prochaine a été dévoilée par le ministère. Ce dernier affiche que ce sont d’abord des critères sociaux et les dispositifs liés à la politique d’éducation prioritaire qui ont présidé à cette répartition, ainsi que la ruralité et l’évolution démographique des territoires.
Résultat : + 650 pour Créteil, 500 pour Versailles et 300 pour Montpellier, mais en revanche, aucune création dans les académies de Paris, de Guadeloupe et de Martinique et cinq postes seulement pour Caen et Besançon.

Et pourtant ...

3 835 créations de postes, c’est tant mieux pour les écoles qui vont en bénéficier mais tous les besoins ne seront pas couverts. En effet, comme le rappelle encore l’OCDE dans son denier rapport, le primaire souffre d’un sous investissement qu’il est urgent de compenser sur le long terme. Près de 20% de moins par an et par élève que dans la moyenne des pays de l’OCDE, la marche est encore haute. L’effort entrepris doit donc se poursuivre et s’amplifier. C’était d’ailleurs le sens de l’adresse envoyée le 26 novembre par le SNUipp aux parlementaires dans le cadre du vote du budget 2016.

Quoi qu’il en soit, le SNUipp-FSU demande que ces nouveaux moyens permettent de réduire la taille des classes, de reconstituer les RASED et les brigades de remplacement, pour notamment reconstruire la formation continue des enseignants actuellement en friche et de déployer de manière significative le « plus de maîtres que de classes » ou la scolarisation des moins de 3 ans. Il s’agit de mesures déterminantes pour la réussite des élèves.

*Sur les 3 911 créations décidées, 76 postes dédiés aux unités d’enseignement Autisme et aux écoles européennes restent en réserve.



Cliquer sur la carte pour l’agrandir

 

23 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 93, Bourse Départementale du Travail, 1 place de la Libération, 93016 BOBIGNY cedex - Tel : 01.48.96.36.11 - Fax : 01.48.96.36.80 - email : snu93@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp/FSU 93 Seine Saint Denis, tous droits réservés.