www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Les débuts/néo
M1 EFS T1 T2 T3

 
/ IUFM  / Stages filés 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}

Documents joints


  • tract élaboré par des formateurs, des PE2, des syndicalistes
    Appel à l’Assemblée générale du mercredi 20 septembre à l’antenne IUFM de Livry Gargan
    PDF - 89.4 ko
    Télécharger

  • Word - 371.5 ko
    Télécharger

  • synthèse élaborée par les délégués des groupes de l’antenne IUFM de Livry Gargan (93)
    Travaux réalisés pendant et après la 1/2 journée banalisée obtenue par les stagiaires PE2 dans le cadre de l’action conduite en septembre 2006 au moment de la mise en place des stages filés
    RTF - 24 ko
    Télécharger
13 octobre 2006

INTERROGATIONS SUR LA NOUVELLE FORMATION - 1er septembre au 13 Octobre 2006

Stages filés, évaluations, difficultés dans la formation
  • prochaine rencontre proposée par le SNUipp : réunion des stagiaires syndiqués au SNUipp FSU mercredi 25 octobre à 11H30 à Livry (salle précisée ultérieurement)
  • compte rendu de la réunion des stagiaires syndiqués le 11 octobre (complété le 13 octobre)
  • historique du mouvement des stagiaires PE2 à propos des stages filés .

Réunion des stagiaires PE2 syndiqués
mercredi 25 octobre à 11h30

  • 1)le point sur le groupe de suivi académique des stages filés qui doit se tenir le mercredi 18 octobre en présence de représentants des syndicats représentés en CTP. Le SNUipp aura trois représentants sur 5 dans ce groupe de suivi.
  • 2)la poursuite de l’action engagée et le suivi des décisions retenues lors de la dernière rencontre des syndiqués(11/10/2006) :

Compte rendu de la réunion du 11/10/2006 des stagiaires syndiqués
  • Des questions reviennent souvent dans les groupes : combien de visites de formateurs pendant le stage filé ? Est-il normal que certaines visites soient des « visites surprises » ? Les stagaires font remarquer qu’ils ne pourront pas utiliser leur dernier « stage massé » dans la rédaction de leur mémoire. Les collègues titulaires présents à la réunion ont exposé comment utiliser ce dernier stage dans la soutenance du mémoire.

  • Les stagiaires revendiquent une grille d’évaluation claire et identique pour tous (déjà de premières grilles d’évaluation circulent "sous le manteau"...). Ils exigent que cette grille unique d’évaluation soit transmise à chaque stagiaire. Ils demandent que les visites de formateurs soient systématiquement annoncées car il s’agit dans une démarche de formation et non pas d’une démarche de "sanction". Ils exigent que toutes les visites fassent l’objet d’un compte rendu. Les stagiaires font la proposition d’un cahier des charges qui régulerait les relations entre le stagaire et l’école ainsi qu’avec l’enseignant "qu’ils remplacent" une journée par semaine. Ils font état de la fatigue que génére le cumul de la formation théorique et la présence en classe une journée par semaine. En lien avec la section départementale du SNUipp, ils demandent une audience à l’Inspecteur d’Académie et au directeur de l’antenne IUFM pour porter ces revendications qui seront aussi exposées lors du groupe de suivi du 18 octobre.Toujours en lien avec la section départementale du SNUipp, ils proposent que les questions de formation initiale et de formation continue fassent l’objet d’un point au conseil syndical du SNUipp 93 de Novembre 2006 pour voir dans quelle mesure une action commune aux titulaires et aux PE2 pourrait se construire sur les questions de formation.

  • 3)Préparation des élections au C.A. de l’IUFM

Vendredi 6 octobre 2006 : les délégués des stagiaires ont rédigé une synthèse des remarques, analyses, propositions et revendications qu’ils portent suite à la mise en place des stages filés.

RTF - 24 ko
synthèse élaborée par les délégués des groupes de l’antenne IUFM de Livry Gargan (93)
Travaux réalisés pendant et après la 1/2 journée banalisée obtenue par les stagiaires PE2 dans le cadre de l’action conduite en septembre 2006 au moment de la mise en place des stages filés

Mercredi 27 septembre 2006 : après l’A.G. de l’après midi à l’IUFM

Les délégués des stagiaires ont proposé la tenue d’une assemblée générale dès 14h15 ce mercredi après midi. Le SNUipp 93 y était présent et a fait des propositions. Nous y revenons plus loin.

Le SNUipp FSU 93 considère comme un élément extrêmement positif la prise en charge par les stagiaires eux mêmes des questions que pose la formation initiale à l’occasion du mouvement consécutif aux conditions très difficiles de la mise en oeuvre des stages filés.

Le SNUipp FSU rappelle que la mise en place des stages filés a servi à assurer des décharges de direction et des compléments de service de personnels à temps partiels, ce qui représente une économie de 39,4 moyens budgétaires en Seine Saint Denis. Les conditions de l’alternance mise en place cette année entraîne une dégradation des conditions de la formation continue des titulaires et une augmentation de la charge de travail des stagiaires en formation. Nous l’écrivions déjà ces derniers jours.

L’assemblée générale a longuement hésité entre plusieurs possibilités :

  • A) Demander le retrait des stages filés
  • B) Améliorer les stages filés, les conditions de l’évaluation de ceux-ci dans la mesure où l’administration de l’IUFM refuse la demande de non prise en compte de ceux-ci dans l’évaluation terminale.
  • C) ne rien demander.

La troisième proposition (C) n’a été défendue par personne. L’hésitation porte donc sur la stratégie à poursuivre .

La question des moyens d’action interférait avec la question des revendications, rendant le débat difficile dans la mesure où la proposition A (demander le retrait des stages filés) pouvait être comprise comme "dans le même temps faire grève les jours de stages filés.

Demander l’aménagement et travailler la question de l’évaluation du stage filé apparaissait comme "en recul" sur la possibilité d’agir que représente une grosse assemblée générale comme celle de cet après midi.

Le SNUipp FSU 93 analyse la situation de la manière suivante :

D’abord sur le fond : arguments numérotés 1 à 6 (la liste n’est pas exhaustive et pourra s’allonger avec les réflexions des stagiaires).

Puis sur la forme : arguments 7 à 11

  • 1 L’alternance et les stages filés peuvent être un élément positif d’aller-retour entre théorie et pratique et améliorer la formation initiale. Mais, cela ne peut servir de prétexte aux économies budgétaires d’une part, ni prendre une place démesurée dans la formation. Pour le moment les stagiaires ont un emploi du temps surchargé avec une amplitude hebdomadaire s’étalant du lundi matin au samedi midi sans interruption, avec la responsabilité de la classe un jour par semaine pendant 30 semaines. Le réglement de cette question passe par un allongement de la formation initiale sur deux années et un étalement de l’alternance afin de rendre à chacun une journée hebdomadaire de travaux personnels.
  • 2 La rédaction du mémoire va être "sous l’effet des dégâts collatéraux" des stages filés.
  • 3 Le stage filé qui prend tant de place dans la formation initiale (et tant de temps chaque semaine à chaque stagiaire) pourrait prendre une place surdimensionnée dans l’évaluation terminale alors qu’il ne fera l’objet que de trois visites de formateurs (on rejoint ici le problème du manque de moyens). Il faut donc aménager des protections pour les stagiaires et y réfléchir collectivement avant de faire des propositions.
  • 4 Les conditions générales de l’évaluation des stagiaires vont poser problème cette année, compte tenu de la prégnance du stage filé dans la formation.
  • 5 les stages filés ne sont pas le problème des seuls stagiaires PE2. Les titulaires en poste ont été l’objet de pressions inadmissibles pour libérer leurs classes. La formation continue sous forme de stages massés (3 semaines) se voit amputée d’un tiers par la suppression d’un "R3" transformé en stage filé.
  • 6 Dans le cadre de la réforme des IUFM, les évolutions en cours sont lourdes de signification : la disparition de la formation initiale est un risque réel. Combattre efficacement ces "ruptures" sur le long terme est une responsabilité collective que le SNUipp propose d’ insérer dans le cadre plus large de la FSU .

-*7 Obtenir les conditions d’une évaluation réelle et formative :

  • 7 a) Le stage filé doit compter comme le premier stage d’une série de trois. Les conditions catastrophhiques de sa mise en oeuvre ne doivent pas pénaliser ceux qui ont "essuyé les plâtres".
  • 7 b) 30 journées de préparation de classe et d’exercice de la classe méritent mieux que trois visites. Il faut réfléchir à la possibilité de demander davantage de visites de formateurs et la systématisation de traces écrites de ces visites, car sans formalisation des domaines à retravailler il ne peut y avoir de remédiation posssible du stagiaire.
  • 7 c) les propositions des stagiaires sont les bienvenues.

-*8 Mener une bataille de médiatisation de la situation :

faire un livre blanc des stagiaires PE2 et le diffuser à toute la profession et aux médias, le SNUipp peut en assurer le tirage et la diffusion :

  • 8 a) chapitre 1 du livre blanc rédigé par les stagiaires : le vécu des stagiaires en ce début d’année : pas d’affectation en SF, changements incessants de SF, changements incessants de groupe de stagiares, etc...
  • 8 b) chapitre 2 : les propositions de transformation de l’évaluation.
  • 8 c) chapitre 3 : les revendications.

L’objet de ce livre blanc est de faire connaître les conditions qui furent celles des stagaires en ce début d’année et d’en conserver la trace pour peser dans les débats au moment de la certification. Ce livre blanc aurait aussi le mérite de peser dans l’évolution de ce que sera la formation à venir grâce à la conservation de tout ce qui est dit dans les groupes concernant la formation.

  • 9 Préparer une mobilisation avec l’ensemble des titulaires dans quelques semaines quand l’ensemble des problèmes soulevés par les stages filés seront remontés au grand jour avec le temps et la fatigue qu’ils vont engendrer.
  • 10 Le SNUipp FSU 93 propose aux stagiaires de l’antenne de Livry de débattre de ces propositions, de les améliorer, de les transformer en participant aux 1/2 journées d’informations syndicales proposées ce mardi 3 octobre et jeudi 5 Octobre. Nous rappelons à chacun que vous ne pouvez participer qu’à une seule demie journée d’information syndicale par semestre, et qu’il vous faut donc faire un choix.
  • 11 L’action collective passe par la syndicalisation et le regroupement des intéressés pour réfléchir ensemble et faire des propositions. La syndicalisation permet d’être informé et donne les moyens de se défendre collectivement. Syndiquez- vous !

lundi 25 septembre 2006 :

Proposition des stagiaires PE2 d’organisation d’un temps banalisé pour réfléchir aux conditions de "la formation nouvelle formule 2006" acceptée par la direction de l’IUFM.

La direction de l’IUFM a accepté de banaliser 1/2 journée de cours ce mercredi 27 septembre après midi pour permettre aux stagiaires de se rencontrer par groupes de formation.

Le SNUipp FSU 93 prend acte de cette décision positive à mettre à l’actif de la mobilisation des stagiaires PE2 de Livry Gargan et considère que les propositions des stagiaires doivent continuer d’être écoutées, notamment la possibilité de construire un temps de synthèse des travaux des groupes.

Le SNUipp FSU rappelle que la mise en place des stages filés a servi à assurer des décharges de direction et des compléments de service de personnels à temps partiels, ce qui représente une économie de 39,4 moyens budgétaires. Les conditions de l’alternance mise en place cette année entraîne une dégradation des conditions de la formation continue des titulaires et une augmentation de la charge de travail des stagiaires en formation.

Pour toutes ces raisons, les stagiaires PE2 auront toute leur place dans la grève du 28 septembre 2006 (on peut faire grève quand on est stagiaire, il n’y a aucune conséquence possible si ce n’est comme chaque salarié de voir une journée de traitement retirée). Les stagires PE2 de Livry auront toute leur place dans le cortège de la FSU 93 dans la manifestation au départ du boulevard Saint Michel (14h 30 à hauteur de la rue des écoles).

21 septembre 2006 :

Plus d’une centaine de PE2 de l’antenne IUFM de Livry Gargan se sont rendus à un rassemblement à BONNEUIL décidé la veille lors de l’A.G.

L’objectif était d’imposer à l’ordre du jour du Conseil d’Administration les très mauvaises conditions de mise en place des stages filés, les graves interrogations qu’ils font peser sur la formation intiale et de soummettre au recteur la volonté des stagiaires de ne pas voir ces stages compter dans l’évaluation terminale.

Pendant que se tenait le C.A.(nous avions appris très rapidement que les points portés par les stagiaires allaient être évoqués en première partie), les stagiaires présents ont décidé de créer un groupe de délégués chargé de préparer la journée banalisée du mercredi 27 septembre. Les groupes suivants sont représentés : A1.1 ; A1.2 ; A3.5 ; A5.9 ; A4.7 ; A4.8 ; A’6.13 ; A’6.15 ; B1.1 ; B1.2 ;B1.3 ; B2.3 ; B2.4 ; B1.3 ; B3.5 ; B3.6 ; B4.8 ; B5.11 ; B5.9 ; B5.10 ;B5.11 ; B’7.16 ; B’6.14 ;

Les délégués se sont échangé noms et numéros de téléphone.

Les délégués ont rédigé une demande de banalisation de la journée du mercredi auprès du directeur de l’antenne IUFM de Livry :

« A l’ attention de Monsieur Gérard Phelippeau, directeur de l’iufm de Livry Gargan ,

La mise en place des stages filés pose de nombreux problèmes tant sur le fond que sur la forme .Les difficultés de ce début d’année nous ont conduit à organiser l’action collective pour demander dans un premier temps la non prise en compte des stages filés dans l’évaluation finale de notre formation.

Nous souhaitons être acteurs de notre formation professionnelle et les problèmes de fond posés à l’occasion de notre mobilisation de ce début d’année nous conduisent à souhaiter un moment de réflexion collective sur l’ensemble de la problématique.

Réunis en assemblée générale le mercredi 20 septembre 2006 , nous avons adopté à la quasi unanimité des 310 à 400 présents la proposition d’organiser une journée banalisée le mercredi 27 septembre 2006.

Nous avons donc l’honneur de vous demander la possibilité d’organiser cette journée et de vous rencontrer pour en adopter les modalités organisationnelles .

Courrier rédigé collectivement par les délégués du mouvement des PE2 ».

Le SNUipp-FSU 93 a écrit au directeur de l’IUFM antenne de Livry et faxé le courrier ci dessous, téléchargeable en ligne :

Word - 371.5 ko

COMPTE RENDU DU DELEGUE SNUipp FSU au C.A. :

Alors que l’ordre du jour de cette séance ne prévoyait pas qu’un premier bilan de la mise en place des stages filés puisse être évoquée, l’action collective des PE2, accompagnée de représentants des personnels a permis qu’un débat s’instaure entre les membres du C.A. sur l’ensemble de ce dossier. Le satisfecit adressé par le Recteur aux inspecteurs d’académie et à la direction de l’IUFM sur la mise en oeuvre des stages filés après trois semaines de rentrée ne pouvait rester sans réponse.

Les représentants de la FSU ont d’une part rappelé leur opposition au dispositif des stages filés dans les conditions actuelles et dénoncé la précipitation avec laquelle le ministère a voulu mettre en oeuvre ces nouvelles formations initiales et continues. D’autre part, nous avons démontré en nous appuyant sur les situations vécues depuis le début de l’année par bon nombre de PE2 (affectations aléatoires, affectations changeantes, conditions très disparates de la prise en responsabilité de la classe, heures de cours à l’IUFM perdues suite à des changements de groupe, ...) que l’auto-satisfaction de l’administration et les chiffres annoncés ne correspondaient pas à la réalité. Ces situations si différentes d’un P.E 2 à l’autre sont porteuses d’inéquité. Face à des critères d’évaluation non-transparents et non-lisibles et aux dysfonctionnement sans précédent de ce début d’année, la FSU, dont le SNUipp, a avancé la proposition que le stage filé ne rentre pas dans la certification et qu’en même temps le suivi des stagiaires soit assuré et renforcé : trois visistes seulement pour 30 journées de stage ! Il est tout aussi inacceptable que cette évaluation repose davantage sur les équipes de circonscription et en premier lieu les IEN.

A ce jour les conditions d’une évaluation formative ne sont pas assurées. Le Recteur n’a pas voulu l’entendre en arguant que l’hétérogénéité des lieux d’affectations a toujours existé et que le stage filé devait être un stage à part entière "permettant de construire une culture commune et une culture de classe". Il a demandé cependant une vigilance accrue des formateurs sur les situations vécues lors des visites et que tous les éléments soient portés à la connaissance du stagiaire et de ses formateurs. Ceci se traduira-t-il par des écrits circonstanciés ? La réponse est en suspend.

Le Recteur et la direction de l’IUFM considérent que cette évaluation pourra s’exercer dans des conditions staisfaisantes. Nous pensons qu’il en est autrement et que nous devons rester unis dans l’action dans les semaines à venir pour faire connaître tous les dysfonctionnements et exiger que la formation initiale demeure une formation professionnelle alliant théorie - pratique et recherche.

Les futurs enseignants de cette académie, et plus particulièrement du 93, ont besoin d’être bien formés pour appréhender la complexité et les difficultés du métier.

20 septembre 2006 :

Environ 400 PE2 présents à l’assemblée générale ce mercredi 20 septembre-15h- à l’appel de PIUMF (syndicats représentés : SNESUP/FSU, sud Education), de formateurs de terrain (avec la présence de responsables départementaux du SNUipp FSU 93).

Ont été exposées les difficultés des stagiaires en stage filé :

  • avec 76 stagiaires qui n’ont toujours pas de stages filés à cette date
  • de très nombreux stagiaires qui ont déjà changé de lieu de stage trois fois,
  • des stagiaires en cycle 1 affectés dans des groupes de formation de cycle 2 ou 3
  • des stagiaires qui arrivent dans des écoles qui n’ont pas été prévenues de la mise en place d’un stage filé...
  • des stagiaires qui arrivent sur des berceaux de stage où les IEN ont forcé la main aux instits avec des injonctions voire des chantages à la note d’inspection.

Les formateurs PIUMF ont exposé les critiques qu’ils apportaient à la mise en place des stages filés et les difficultés budgétaires (insuffisance de postes) rendant très difficiles un suivi correct de ces stages.

A été débattue la proposition du SNUipp FSU 93 de demander en conseil d’administration ce jeudi 21 octobre que les stages filés générant tant d’inéquités entre les stagiaires ne comptent pas dans l’évaluation finale des stagiaires, et qu’ils soient malgré cela l’objet d’un suivi des formateurs. POUR : unanimité moins cinq abstentions.

Les représentants de la FSU ont indiqué qu’ils porteraient donc ce mandat au C.A. ce jeudi 21 septembre et qu’ils feraient la demande d’une augmentation du nombre de postes de formateurs Terrain et IUFM pour améliorer le suivi des stagiaires.

Sur proposition d’une PIUMF, a été adoptée par 76 voix, une quarantaine d’abstentions déclarées, la proposition de se rendre à l’IUFM de Bonneuil ce jeudi 21 septembre au moment du C.A.

Sur proposition d’un PE2 a été adoptée à l’unanimité la proposition d’organiser une journée banalisée à l’IUFM de Livry le mercredi 27 septembre 2006 pour permmettre à tous les PE2, formateurs, de se retrouver pour débattre des problèmes posés par la formation initiale des P.E., la mise en place des stages filés.

19 septembre 2006

Vous trouverez ci-dessous le texte élaboré par des représentants des formateurs, des PE2, des syndicalistes du SNESUP/FSU du SNUipp/FSU et de SUD éducation lors de la rencontre organisée à l’IUFM le 13 septembre 2006.

Pour télécharger le tract :

PDF - 89.4 ko
tract élaboré par des formateurs, des PE2, des syndicalistes
Appel à l’Assemblée générale du mercredi 20 septembre à l’antenne IUFM de Livry Gargan

INTERROGATIONS SUR LA NOUVELLE FORMATION ET LES STAGES FILES

- « Moi, on me demande de faire la musique et les arts plastiques. »
- « Et moi l’EPS. »
- « je ne vois jamais le titulaire. »
- « être dans une classe c’est bien mais on n’est pas préparé. »
- « Moi, je dois mettre en place les préparations du titulaire. »
- « Moi je n’ai pas d’affectation. »

Voilà quelques échos des stagiaires concernant leur stage filé.

Aujourd’hui commencent à émerger les problèmes liés à la mise en place de la nouvelle formation et des stages filés sans compter que les PE2 ne mesurent pas encore qu’ils n’auront pas de formation pour certains en arts plastiques et en musique et très peu d’heures dans certaines disciplines.

Les alertes formulées par les formateurs dès le mois de juin prennent une réalité. Même les propositions syndicales de report du démarrage des stages filés ont été refusées par le Recteur et l’Inspecteur d’Académie. Ces décisions aboutissent au résultat que l’on constate.

Les stagiaires sont demandeurs de stages dans les écoles, c’est légitime, mais la réponse de ces stages filés n’est pas satisfaisante. Ce sera l’adaptation à des situations (par ailleurs très diverses) qui constituera le ressort de ces stages, le plus souvent incompatible avec une démarche de formation. (absence de formation dans certaines disciplines au programme des classes, manque de disponibilité pour les lectures et les recherches personnelles ; décentration des stagiaires par cette mobilisation hebdomadaire pour la préparation et l’exercice de la classe).

Un jour par semaine dans la classe d’un même titulaire toute l’année ne permet pas que le stagiaire se construise une posture professionnelle indépendante ; il sera dans tous les cas de figures tributaire d’une situation qu’il ne maîtrise pas. De plus, le suivi du stage filé par l’IUFM (3 visites de formateurs sur l’année : 2 IMF terrain, 1 formateurs IUFM) s’avère très insuffisant et vraisemblablement inopérant.

En effet qu’est-ce qui peut être évalué ? Les formateurs refusent de donner un avis sur un travail dans une classe dont le stagiaire n’a que partiellement la responsabilité, sur la capacité du stagiaire à mettre en oeuvre une situation d’apprentissage qu’il n’a pas toujours conçu lui-même, sur la mise en place d’une séance de motricité par exemple qui n’a fait l’objet d’aucune formation professionnelle préalable. (Les IUFM de Paris et Versailles ont décidé que le stage filé ne serait pas pris en compte dans l’évaluation finale).

Rappelons par ailleurs que ces stages filés ont aussi pour raison de faire des économies budgétaires en transformant les PE2 en remplaçants pour des temps de décharge et pour couvrir les compléments de service de collègue à temps partiel. Il devient urgent de questionner la transformation radicale de la formation professionnelle initiale et continuée, inaugurée par cette réforme, mise en place dans la précipitation.

Dès la mi-septembre les interrogations se multiplient sans compter l’attente des PE2 non encore affectés sur un stage filé.

Le conseil d’administration de l’IUFM de Créteil se réunit le 21 septembre pour entériner la rentrée. La question des PE2 n’est pas prévue au programme...

Réagissons collectivement à ce passage en force du ministère contre l’avis quasi unanime des professionnels.

ASSEMBLEE GENERALE des PE2 et des formateurs mercredi 20 septembre 15 h heures hall de L’IUFM

des formateurs, des PE2, non syndiqués, syndiqués Syndicats représentés : SNUipp/FSU, SNESUP/FSU ; SUD éducation 15 /9/06

 

18 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 93, Bourse Départementale du Travail, 1 place de la Libération, 93016 BOBIGNY cedex - Tel : 01.48.96.36.11 - Fax : 01.48.96.36.80 - email : snu93@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 93 Seine Saint Denis, tous droits réservés.